Pressenti pour devenir le Premier ministre d’Emmanuel Macron en cas de victoire de la droite aux législatives, François Baroin avait été accueilli comme le favori de la présidentielle par le Bilderberg, organisation impliquée dans le terrorisme sous faux drapeau selon un juge italien anti-mafia.

Mercredi 26 avril, François Baroin, sénateur-maire LR de Troyes, a confirmé la rumeur auprès de Jean-Pierre Elkabbach : il se dit prêt à diriger le gouvernement d’Emmanuel Macron en conséquence de l’éventuelle victoire de son camp aux élections législatives.
Le Figaro souligne d’ailleurs que Baroin était déjà le Premier ministre idéal pour les candidats Fillon et Sarkozy.

Introduit (via son père) dans les réseaux influents de la franc-maçonnerie, Baroin cultive une particularité : il est l’un des rares Français à participer au rassemblement tenu à huis-clos du Bilderberg, club secret fondé aux États-Unis.

À souligner : Baroin et Macron étaient réunis la même année au Bilderberg. En 2014, le nouveau ministre de l’Économie de Manuel Valls (lui aussi,participant du Bilderberg en 2008) et l’ex-député UMP étaient ensemble à Copenhague.

Proche du tandem Hollande/Valls, le dirigeant du Bilderberg est Henri de Castries, président de l’Institut Montaigne, ex-PDG d’Axa, soutien malheureux de François Fillon et défenseur revendiqué des « racines judéo-chrétiennes de l’Europe ».

Rappel : les médias français prétendument libres et « d’investigation » (Le Monde, Mediapart, Libération, Le Figaro, Le Canard Enchaîné sans oublier les émissions Cash Investigation et Envoyé Spécial de France Télévisions) n’ont jamais enquêté ou débattu de la nature et de l’influence exactes du groupe Bilderberg.
Une seule exception notable : un bref reportage de TF1 datant de…1977 – Voir la vidéo

À noter : le 14 janvier 2013, Ferdinando Imposimato, célèbre juge italien anti-mafia (aujourd’hui président honoraire de la Cour suprême de Cassation), avait accusé le groupe Bilderberg de mettre en place -depuis les années 60 un « État profond » mondialisé pratiquant une « stratégie de la tension » au moyen d’«attentats» réalisés sous faux drapeau tels ceux imputés à « Ordre nouveau », groupe néofasciste italien qui fut soutenu par le Mossad.

Détail-clé : le 22 octobre 2015, lors d’une interview avec TV Libertés, Philippe de Villiers, ancien ministre de Chirac, ex-député de l’ultra-droite et militant islamophobe, avait incidemment rapporté (à 2’31) une confidence révélatrice de François Fillon : « Les Bilderberg, c’est eux qui nous gouvernent ».

Awake

Awake

Personne n’entrera dans le Nouvel Ordre Mondial à moins qu’il ou elle ne fasse le serment de vénérer Satan. Personne ne fera parti du Nouvel Age sans recevoir une initiation Luciférienne.

Laisser un Commentaire

dapibus felis Aenean eleifend Praesent sed velit, id ipsum libero