Le Triomphe de la Mort

Répondre


Entrez le code exactement comme vous le voyez dans l’image. Notez que le zéro n’existe pas et que le code n’est pas sensible à la casse.
Smileys
:grin: :-( :shock: :-? +1! :luv1 :dev1 :mrgreen:
Voir plus de smileys
Les BBCodes sont activés
[img] est activé
[flash] est désactivé
[url] est activé
Les smileys sont activés
Revue du sujet
   

Etendre la vue Revue du sujet: Le Triomphe de la Mort

Message de magdalena le Mar Juil 22, 2008 11:59 pm

je vais faire des cauchemars moi :-(

Le Triomphe de la Mort

Message de olivier le Lun Juil 21, 2008 10:46 pm

Image
Code: Tout sélectionner
Pieter Bruegel l'Ancien, 1562
Huile sur panneau
117 × 162 cm
Musée du Prado


Le Triomphe de la Mort (1562) est une œuvre de Pieter Bruegel l'Ancien conservée au musée du Prado.

Cette œuvre témoigne de l'influence de Jérôme Bosch sur le travail de l'artiste.

« Quelque chose d'effroyable avait eu lieu là. Partout à l'horizon s'élevaient des flammes dans un grand effort d'arrachement pourpre, ainsi que des cris. Nous avons atteint les premières fermes, dont les murs calcinés étaient méconnaissables. Dans les cours gisaient pêle-mêle des cadavres de moutons, porcs, vaches, ainsi que d'étranges flaques de chair dont on devinait vaguement l'origine humaine: ici et là subsistaient un pied, un bras, une tête écrasée, une purée de cervelle. (...) La fumée des incendies, rabattue par le vent du nord, m'étouffait à demi, m'empêchait de voir que le soleil brillait déjà haut. Une telle fumée portait un nom précis : l'Espagnol, l'Ennemi, le Dominateur exécré d'un pays innocent dont il me faudrait dorénavant découvrir les trésors, s'il en restait du moins[1]. »

Comme précité dans cet extrait de D. Rollin, ce tableau est une allégorie qui se présente comme une mise en scène exposant diverses formes de morbidité : crime, exécution, maladie, combat, suicide, etc.

On y voit, à l'horizon, plusieurs villages ravagés et incendiés par la barbarie espagnole de l'époque du peintre. Les tons ocres rappellent et accentuent l'effet d'un témoignage réaliste.

Le lecteur du tableau s'aperçoit que le peintre rappelle que personne n'échappe au destin de la mort, le sol est jonché de carcasses d'animaux morts et des corvidés planent sur la scène.

Cette œuvre est voulue comme une vue apocalyptique de la condition humaine via la représentation d'une multitude de personnages. Les croix sont bien représentées et semblent être, dans ce contexte, l'emblême de l'armée de squelettes.

Haut