relation-Controle-Mental-et-Abus-Rituels

La relation entre le Contrôle Mental et les Abus Rituels

Les diverses organisations autant politiques que criminelles ont toujours compté sur les interrogatoires coercitifs ainsi que sur différentes méthodes de lavage de cerveau pour forcer l’ennemi/victimes à la soumission, de soutirer de l’information, d’endoctriner, et d’accroître une coopération. Aujourd’hui, ces techniques sont utilisées par des organisations politiques / militaires / de renseignement,espionnage / groupes racialistes radicaux / criminalité: pornographie, réseaux de prostitution, trafique de femmes et d’enfants, d’armes, de drogues…etc. Mais elles sont également utilisées par des sectes/cultes destructeurs. Les méthodes de « réforme de la pensée » utilisées par ces groupes comprennent l’intimidation, l’isolement social, l’endoctrinement spirituel, les menaces contre les victimes ou leur proches, la torture, le lavage de cerveau à travers l’influence sociale ou la privation des besoins fondamentaux comme le sommeil ou l’alimentation.

Des professionnels de la santé mentale et du droit, ayant travaillé avec des survivants de graves traumatismes, voient de plus en plus  de victimes ayant subit des tortures dont le but était la mise en place d’un contrôle mental discret ayant été« installé » de par un état de profonde dissociation (inconsciemment) et donc ces personnes étaient/sont manipulées à partir de leur inconscient, de cet état dissocié.

(Boyd , 1991; Coleman , 1994; Hersha , Hersha , Griffis , & Schwarz , 2001; Katchen & Sakheim , 1992; Keith , 1998; Marks, 1979; Neswald & Gould 1993 ; Neswald , Gould, et Graham- Costain , 1991; Noblitt & Perskin , 2000; Oksana , 2001; Ross , 2000; Ryder , 1992; Rutz , 2001; Sheflin & Opton , 1978; Smith , 1993; Weinstein , 1990)

La preuve de l’existence d’un contrôle mental secret a commencé à faire surface dans l’arène judiciaire avec par exemple ce dossier: Orlikow v US , 682 FS 77 (DDC 1988) (Mk-Ultra)

La liste suivante décrit 12 formes de contrôle mental, en commençant par le travail sur la pensée et la mémoire de la victime qui en a conscience, jusqu’aux formes les plus cachées/occultes dans lesquelles la victime n’a aucun souvenir de la mise en place de la programmation, c’est un contrôle qui va au-delà de la conscience. Ces différents niveaux de lavages de cerveau et de programmation mentale, du plus simple au plus complexe sont souvent utilisés de manière combinée, en particulier dans les abus rituels.

  1. Soumission à la terreur: gain de respect des bourreaux. La victime garde ses propres croyances et son identité/personnalité est préservée.
  2. Soumission volontaire: un enfant/adolescent maltraité aura en compensation des objets, de la drogue, de l’affection, du sexe, de la « liberté », etc… et il pourra choisir son abuseur.
  3. Syndrôme de Stockholm: terreur (l’agresseur nuit aux victimes ou menace avec violence la victime et sa famille), cela combiné à un isolement de tout soutient extérieur possible, souvent accompagné de mensonges concernant l’abandon de la victime par sa famille. Cela mène à une dépendance et une loyauté envers l’agresseur.Le 23 août 1973, la « Sveriges Kreditbank » de Stockholm en Suède a été secouée par des tirs de mitraillettes. (1) « Un évadé de prison de 32 ans du nom de Jan-Erik Olsson a prit en otage dans la banque 4 employés pendant 131 heures, soit cinq jours et demi…. Plus tard les 4 victimes/otages ont témoigné de choses surprenantes qui ont été confirmées par les dires de nombreux autres victimes de prises d’otages dans les années suivantes. Même si les captifs n’étaient pas en mesure de l’expliquer, ils faisaient preuve d’un étrange rapprochement avec leurs ravisseurs, cherchant à s’identifier à eux et craignant même ceux qui cherchaient à les délivrer. Dans certains cas, ils ont témoigné en faveur des ravisseurs ou récolté des fonds pour leur défense juridique. C’est la ville ou était située la « Sveriges Kreditbank » qui a donné son nom à cette abérration mentale qu’est le « syndrôme de Stockholm ».
  4. Endoctrinement spirituel: une personne psychologiquement faible ou dépendante est soumise à un leader charismatique qui prétend être spirituellement relié à une sorte de dieu, professant avoir été choisi pour une mission spirituelle et promettant le salut aux fidèles et la damnation éternelle aux non-adeptes.
  5. Lavage de cerveau par l’influence sociale: un individu se retrouve seul parmis des « convertis » au culte qui ne cesseront de professer les croyances du groupe, tandis que l’individu est isolé de sa famille et de ses activités hors culte.
  6. Lavage de cerveau à travers la privation des besoins essentiels: sommeil, nourriture, eau… cela combiné avec l’isolement social….ce système de lavage de cerveau est un processus d’endoctrinement qui a été utilisé chez certains prisonniers américains lors de la guerre de Corée (1950-1953). Le journaliste Edward Hunter a rapporté cela en 1951 sous le terme « réforme de la pensée » grâce à des programmes et des méthodes développées par les communistes chinois après la prise de contrôle de la Chine en 1949. Les communistes chinois tentaient de manipuler ainsi certains de leurs propres citoyens et certains prisonniers de guerre pour les amener à changer leurs croyances et convictions pour accepter comme vrai ce qu’ils considéraient auparavant comme faux. Leurs méthodes comprenaient la privation d’aliments, la privation de sommeil, l’isolement des victimes dans une cellule ou une petite pièce pendant un longue période de temps provoquant une crainte de la mort. Les convictions politiques, religieuses, sociales se conforment alors à celles des ravisseurs.
  7. Se voir soi-même comme complice ou mauvais: les abuseurs forcent les victimes à se retrouver en position de culpabilité en les forçant à commettre des actes répréhensibles.
  8. Des ordres/directives sont données pendant les abus, ce qui a pour but de convaincre la victime que cette même violence se reproduira si l’ordre/programmation est violée. « Rappellez-vous d’oublier », « Ne le dites pas« …..Une fonction centrale du contrôle mental est de faire revivre, de répéter une torture physique et psychologique pour installer la programmation des conséquences qu’il y aurait s’il y avait violation de ces ordres/directives. La ré-expérimentation des tortures initiales passe souvent par des manifestations somatiques des blessures d’origines, tels que des echymoses ou des gonflements, mais pas au même degré que la lésion initiale.
  9. Programmation spirituelle: malédictions, alliances etc… rituels de sorcellerie visant à « attacher » des entités maléfiques (esprits des agresseurs et de démons) aux victimes dissociées afin de les harceler et de les contrôler durant leur vie entière. Les malédictions, les pactes, les sortilèges etc… sont utilisés pour rendre la personne mauvaise/malsaine, sorcière, maladephysiquement ou mentalement , socialement isolée et dévalorisée, réduite à l’esclavage sexuel, utilisée comme assassin, …etc.
  10. Conduite psychique: messages enregistrés qui tournent en boucle pendant des heures alors que la personne est dans un état de conscience altéré par le sommeil, par des électrochocs, par de la privation sensorielle, privation d’alimentation-eau-sommeil-oxygène, confinement et autres actes de torture. Cette méthodologie et été utilisée par Ewen Cameron dans les années 50. En 1997, la CIA a été poursuivi par un certain nombre d’anciens patients du Dr Cameron. Le tribunal canadien a statué en faveur des victimes qui ont enduré les tortures du Dr Cameron dans la recherche pour créer unManchurian Candidate pour la CIA. Projet défendu par Allen Dulles, l’homme à l’origine de MK-Ultra.Les électrochocs, selon le protocole du Dr Cameron (Emery, 1977) :Première étape : le premier stade de l’amnésie électrochoc, le sujet perd une grande partie de sa mémoire récente. « Mais elle savait toujours où elle se trouvait, pourquoi elle était là et qui étaient les gens qui la traitaient. » (J. Marks 1979. p135). C’est ce qu’on appelle garder votre « image espace-temps ». Le sujet sait où il est, pourquoi il est là et il reconnaît les visages familiers. Les noms plus difficilement.

    Deuxième étape : Amnesia électrochoc, le sujet perd cette « image espace-temps » amis il est conscient de cette perte. Cette prise de conscience provoque une extrême anxiété. Le sujet veut se souvenir. À ce stade, il demande à plusieurs reprises: « Où suis-je ? », « Comment suis-je arrivé ici ? », « Pourquoi suis-je ici ? ».

    Troisième étape : Dans cette dernière étape, le sujet devient étrangement calme. Toute l’anxiété précédente a disparu. À ce stade, le patient est transféré dans sa chambre, où un magnétophone placé près de son oreillé répètera en boucle une même commande durant des heures. Dans cet état, les victimes présentaient une incontinence urinaire et fécale.Une grande partie de ces traitements inhumains semblent avoir pris naissance 50 ans plus tôt avec les expériences abusives de Pavlov avec des chiens.

  11. Manipulation machiavélique du monde psychique intérieur de l’enfant: exemple de processus: « Les cinq dernières étapes de la discipline » (Svali 1999)La troisième étape: Ne plus avoir d’envie. L’enfant est placé dans une chambre avec ses jouets ou objets préférés. Un adulte entre dans la pièce et propose à l’enfant de jouer, cet adulte peut-être un ami, une tante, un parent ou un formateur/programmeur. L’enfant et l’adulte jouent donc ensemble selon l’imaginaire de l’enfant, ses rêves, ses désirs, ses secrets…. Cela sera reproduit à plusieurs reprises et la confiance de l’enfant sera gagnée. Ensuite l’enfant sera sévèrement puni dès qu’il voudra jouer/partager son imaginaire avec l’adulte. Cette étape est répétée de nombreuses fois au cours des années suivantes. Le but de ce traitement est de faire que l’enfant n’ai plus aucuns désirs intérieurs mais qu’il soit totalement tourné vers l’extérieur. En d’autres termes, l’enfant doit se tourner vers l’adulte pour recevoir les autorisations concernant tous les aspects de sa vie, y compris intérieurement. Cette étape détruit tous les endroits sûrs que l’enfant a pu créer intérieurement afin d’échapper aux horreurs qu’il subit. Cela crée également chez l’enfant le sentiment qu’il n’y a pas de véritable lieu (interne ou externe) ou il peut-être en sécurité, que la secte connaît tout ce qu’il pense. Les traitements de ce genre sont également utilisés pour créer de jeunes alters (personnalités) chez l’enfant qui rapporteront aux programmeurs les lieux de refuges intérieurs ou les sentiments cachés étant hostiles au culte. Ensuite commencera à être mis en place le système interne, avec lequel le culte manipulera et contrôlera la personne tout au long de sa vie.
  12. Contrôle mental basé sur le traumatisme: cela peut-être défini comme une torture systématique bloquant la capacité de la victime à prendre conscience du traitement infligé (douleur, terreur, drogue, privation sensorielle, sur-stimulation sensorielle, privation d’oxygène, froid, chaleur, stimulation cérébrale, état proche de la mort….) avec emploi de suggestions et/ou un conditionnement (avec des principes de modification du comportement bien établis) pour implanter des pensées, des directives et des perceptions dans l’inconscient, généralement dans de nouvelles identités dissociées induitent par les traumatismes, ce qui force la victime à agir, ressentir, penser ou percevoir les choses comme le souhaite le programmeur. L’objectif étant que la victime suive des directives sans en avoir conscience. Y compris le fait de faire effectuer des actes à la victime en violation flagrante avec ses principes moraux ou spirituels.
MK-polis
0 réponses

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire