Chemtrails expliqués - Le projet New Manhattan

Aluminium, baryum et strontium

Depuis maintenant environ 20 ans, ceux qui dirigent le projet New Manhattan saturent notre atmosphère et nous forcent à ingérer une concoction de sorcière éjectée de l’arrière de leurs avions. Ce n’est pas l’échappement normal d’un moteur à réaction. Contrairement à ce que proposent les ignorants et les menteurs, les pulvérisations de chemtrails les plus courantes contiennent de l’aluminium, du baryum et du strontium, dans cet ordre. Probablement des centaines de fois, des analyses de laboratoire menées dans le monde entier l’ont confirmé. Si vous ne savez pas ce qu’est le projet New Manhattan, s’il vous plaît, lisez mon précédent article “Chemtrails Exposed: Une histoire du projet New Manhattan.”

Les résultats d’analyses d’échantillons d’eau de pluie, en Europe et en Amérique, révèlent des niveaux élevés de d”aluminium, de baryum et de strontium publiées sur geoengineeringwatch.org et chemtrailsprojectuk.com. Beaucoup d’autres résultats d’analyses sont disponibles sur globalskywatch.com. Partout sur internet, et partout dans le monde, d’innombrables autres résultats d’analyses vérifiables ont été publiés.

Comme l’a démontré l’auteur à maintes reprises, chaque fois que nous comprenons mieux un aspect donné du ­projet New Manhattan, nous trouvons également par la suite beaucoup de preuves à l’appui de son évolution historique, dans un ordre chronologique cohérent. Notre découverte des ingrédients de pulvérisation des chemtrails et le développement historique de celle-ci n’y font pas exception. Ce n’est pas une coïncidence, mais c’est très intéressant de constater que tous les gouvernements occidentaux continuent de prétendre qu’il n’existe pas de tel projet. Dans ce cas, l’évolution historique à étudier est celle de l’aluminium, du baryum et du strontium utilisés comme ingrédients dans les pulvérisations de produits chimiques conçues pour la modification du climat et les sciences de l’atmosphère. A l’aide de brèves discussions techniques, le présent article étudie cette évolution.

Différentes substances, différentes utilisations

L’oxyde d’aluminium est la substance principale et l’objet du présent texte. Dans cette partie, une ribambelle d’éléments de preuves selon lesquelles l’aluminium est utilisé comme agent de nucléation (comme ils l’appellent) pour la modification du climat sont présentées.

Le projet New Manhattan utilise des particules d’oxyde d’aluminium pour modifier le temps. Lorsque des particules minuscules sont dispersées et ensuite activées par l’énergie électromagnétique requise, elles se réchauffent. Perturber électromagnétiquement des particules atmosphériques dans le but de modifier le temps, c’est ce qui distingue le projet New Manhattan. Lorsque de larges volumes de particules de la basse atmosphère sont chauffés, une zone de haute pression est créée. Si on peut créer une zone de haute pression, on peut pousser les systèmes de basse pression aux environs. Combiner la capacité documentée de chauffer l’ionosphère et celle de modifier les courants d’air, ainsi que de nombreuses autres techniques, voilà comment on modifie le temps.

Le baryum est utilisé non pour modifier le temps, mais plutôt comme traceur pour la collecte de données atmosphériques. En effet, le baryum est efficace comme traceur parce qu’il peut être radioactif. 0n le voit bien sur les radars. La littérature relative à la modification du climat et les sciences de l’atmosphère est pleine de références à des matériaux radioactifs tels que le baryum utilisés comme traceurs atmosphériques. Référons-nous à un rapport de 1962 de l’Académie Nationale des Sciences intitulé : ” Les sciences de l’atmosphère de 1961 à 1971.” Ce rapport déclare: ” Les substances radioactives ayant des demi-vies appropriées [sic], quand elles sont pulvérisées dans l’air, sont très utiles comme balises pour étudier les mouvements de l’air à de multiples échelles. Les traceurs utilisés en quantités suffisantes à cette fin pourraient ajouter énormément à notre connaissance des courants de l’atmosphère et de leur dispersion dans les masses d’air “.

Un peu plus tard dans “Les sciences atmosphériques 1961-1971”, les auteurs s’étendent davantage sur l’utilité des isotopes radioactifs. Sous le titre « La recherche sur les traceurs », les auteurs du rapport écrivent :
“Quand sont utilisés des composés radioactifs contenant du tritium ou du carbone 14, leurs temps de désintégration radioactifs conduisent à un calcul du temps écoulé depuis la formation de l’eau ou du dioxyde de carbone dans l’échantillon. Ainsi, il est possible de dater l’eau de pluie et l’eau dans les puits, les rivières et les océans, et d’utiliser cette information pour étudier les processus d’échange entre la haute atmosphère et la basse atmosphère, entre l’atmosphère et les océans, et entre l’atmosphère et la Terre. La recherche dans ce domaine doit être poursuivie vigoureusement.”
Ce passage explique comment le baryum est utilisé aujourd’hui comme moyen pour retracer l’ensemble du cycle hydrologique.

Dans le rapport de 1972 du Comité interministériel pour les sciences atmosphériques, on trouve une discussion plus technique sur ce type de programme. On y lit page 18:­­ La recherche de la commission de l’énergie atomique sur la récupération des précipitations par des tempêtes de convection nécessite la connaissance de la dynamique des tempêtes et de la dynamique des nuages ​​ainsi que la microphysique des processus de précipitation. Les laboratoires de la commission de l’énergie atomique et les entrepreneurs ont développé une expertise considérable dans l’utilisation des traceurs chimiques sélectifs qui peuvent être injectés dans la tempête ou dans un nuage en fonction du temps, de l’altitude ou de la position. Une analyse ultérieure des traceurs dans les précipitations qui en résultent, fournit des détails sur les caractéristiques dynamiques de la tempête, les rythmes de croissance de l’humidité et les mécanismes de distribution spatiale et temporelle des précipitations.

Deux types de traceurs ont été utilisés, des éléments chimiques spécifiques, des isotopes rares, en abondance dans l’atmosphère, et des radionucléides “cosmogéniques” produits naturellement dans l’atmosphère par l’action des rayons cosmiques sur l’argon. Les traceurs chimiques sont introduits dans la tempête sous forme d’aérosols par des avions et /ou des “générateurs de surface”. L’analyse des éléments traceurs dans les précipitations qui en résultent donne un aperçu des échelles de temps et les trajectoires des mouvements de l’air dans les orages de convection et dans les rythmes de croissance de l’humidité et les modes de dépôt au sol.

Les radionucléides “cosmogéniques” (notamment Na-24, CL-38 et CL-39 avec respectivement15 h, 37 min et 55 min de demi-vies ) peuvent également être mesurés dans les précipitations. Ils sont produits dans l’atmosphère à des rythmes de production connus, liés à l’aérosol et coexistent avec les aérosols naturels, sans doute avec les noyaux de congélation, les noyaux de condensation et des aérosols inactifs. En raison de leurs demi-vies différentes, les ratios de nucléides “cosmogéniques” peuvent être utilisés pour déterminer les temps de développement des nuages, leurs rythmes de croissance en humidité, et leurs mécanismes. L’utilisation conjointe de traceurs chimiques inertes et de radionucléides “cosmogéniques” offre ainsi la possibilité de relier la dynamique d’un système nuageux ou d’une tempête aux effets des précipitations tels de fortes pluies ou des grêles destructrices par des programmes de recherche sur les gros orages, comme NHRE ( Natural Hazards and Risks in structural Engineering), STORMFURY et Metromex. Les techniques de traçage offrent également la possibilité unique d’évaluer les différents projets de modification artificielle du temps actuellement menées par les différents organismes fédéraux.

Actuellement, le soutien AC de l’enquête sur l’eau dans l’Illinois avec Metromex est menée en utilisant des traceurs chimiques pour déterminer la dynamique et l’efficacité de violentes tempêtes modifiées pour ingérer et précipiter des aérosols atmosphériques. Les traceurs sont libérés soit par avion dans le courant ascendant de la tempête ou à sa surface.

Bien qu’on connaisse mal, à l’heure actuelle, la raison pour laquelle le strontium apparaît dans les analyses, on sait qu’il peut être utilisé comme catalyseur photosensible. Il pourrait être utilisé pour libérer l’aluminium lié sous forme d’oxydes, lors d’une exposition aux UV et à la lumière visible. L’aluminium libre est beaucoup plus conducteur que l’oxyde d’aluminium et permet donc une meilleure propagation des ondes électromagnétiques du Projet New Manhattan.

Le strontium pourrait aussi provenir, à l’ouest des Rocheuses, des retombées de la catastrophe nucléaire de Fukushima. Il y a des chances pour que les courants ascendants des tempêtes sur l’océan Pacifique rapportent du strontium de Fukushima, où des produits radioactifs et des polluants atmosphériques continuent à se décharger dans l’eau de mer.

Aluminium et modification du temps

Depuis au moins 1954, les chercheurs se sont consacrés à développer des concoctions d’aluminium finalement utilisées dans le projet New Manhattan d’aujourd’hui. Cette partie retrace l’évolution chronologique de la nucléation à l’aluminium utilisée dans la modification du temps et les sciences de l’atmosphère.

En 1958, Norihiko Fukuta (1931-2010) de l’Université de Nagoya au Japon a publié un document intitulé :« Enquêtes expérimentales sur la capacité de formation de glace de diverses substances chimiques», paru dans le journal de météorologie. Ce document fait référence à un document antérieur (1954) écrit par Asada, T., H. Saito, T. Sawai, et S. Matsumoto. Fukuta, qui affirme avoir découvert l’utilité de l’oxyde d’aluminium comme agent de nucléation. Le document de Fukuta explique :
“Asada a testé les activités de diverses substances de forme cubique et hexagonale considérées comme similaires à la structure de la glace et par conséquent a découvert l’efficacité de l’oxyde d’aluminium.”
L’auteur a été incapable de trouver ce document datant de 1954. 1954 est la première référence, connue de l’auteur, à l’oxyde d’aluminium utilisé comme agent de nucléation.

Dans un article de 1958, Fukuta détaille également ses recherches utilisant Al2O3 (oxyde d’aluminium) comme agent de nucléation.
Awake
Administrateur
L’opinion publique est la clé. Avec l’opinion publique, rien ne peut faillir. Sans lui, rien ne peut réussir. Celui qui manipule les opinions est plus important que celui qui applique les lois. – Abraham Lincoln
Awake on FacebookAwake on GoogleAwake on Twitter

Commentaire

Il n'y a pas encore de commentaires sur ce post. Soyez le premier !

Laisser un commentaire

59a5e7363bd47fc502d545e82d161a2abbbbbbbbbbbbbbbbbbbb

Pin It on Pinterest

Partages
PARTAGER