Plus de 100 groupes mettent en garde contre l’exploitation d’une pandémie pour étendre de façon permanente l’état de surveillance.

« Ce sont des moments extraordinaires, mais les Droits de l’Homme s’applique toujours. »

Alors que le nombre de cas de COVID-19 grimpait à un million dans le monde le 2 avril, plus de 100 groupes de défense des droits humains ont publié une déclaration conjointe avertissant que la réponse des gouvernements à la pandémie de coronavirus « ne doit pas servir de couverture pour inaugurer une nouvelle ère afin d’élargir considérablement les systèmes de surveillance numérique invasive. »

Les groupes reconnaissent que la crise de santé publique « nécessite une réponse coordonnée et à grande échelle» mais exhortent les gouvernements «à faire preuve de leadership dans la lutte contre la pandémie d’une manière qui garantisse que l’utilisation des technologies numériques pour suivre et surveiller les individus et les populations soit réalisée. strictement conforme aux droits de l’homme. »

Une augmentation des pouvoirs de surveillance numérique de l'État, tels que l'accès aux données de localisation des téléphones mobiles, menace la vie privée, la liberté d'expression et la liberté d'association, de manière à violer les droits et à nuire à la confiance dans les autorités publiques, ce qui compromet l'efficacité de toute intervention de santé publique. Ces mesures présentent également un risque de discrimination et peuvent nuire de manière disproportionnée aux communautés déjà marginalisées.

Ce sont des moments extraordinaires, mais les droits de l'homme s'applique toujours. Plus que jamais, les gouvernements doivent rigoureusement veiller à ce que toute restriction à ces droits soit conforme aux garanties des droits de l'homme établies de longue date.

La Déclarationwww.amnesty.org/download/Documents/POL3020812020ENGLISH.pdf

Les groupes à l’origine de la déclaration viennent du monde entier et comprennent Amnesty International, Access Now, Big Brother Watch, le Committee to Protect Journalists, l’Electronic Privacy Information Center (EPIC) Human Rights Watch, Privacy International, Public Citizen, WITNESS et le World Wide Web Fondation.

Même avant le début de l’épidémie du coronavirus Covid-19 en Chine à la fin de l’année dernière, le pays était largement connu et critiqué pour sa surveillance de masse, y compris la technologie de reconnaissance faciale. Ces derniers mois, a rapporté The Guardian en mars, «les citoyens chinois ont dû s’adapter à un nouveau niveau d’intrusion du gouvernement», craignant que les critiques ne persistent même après la fin de la pandémie.

Bien que la capacité de suivre le virus à l’aide de la technologie numérique ait été cruciale pour comprendre le développement de l’épidémie, des préoccupations concernant la façon dont les gouvernements et le secteur privé utilisent la technologie de surveillance – comme la collecte de données à partir de smartphones – pour suivre les personnes pendant la pandémie sont également apparues ailleurs, comme à Singapour, aux États-Unis et au Royaume-Uni.

« Il y aura des séquelles à l’épidémie de COVID-19. Nous devons nous assurer que les mesures que les gouvernements prennent actuellement ne transforment pas cette crise sanitaire en crise mondiale des droits humains. »

« Les gouvernements risquent d’aggraver les méfaits de cette épidémie en bafouant notre vie privée et notre dignité, et en ignorant les protections qui ont surgi en réponse directe à des dépassements de la portée lors des crises mondiales passées », a averti Peter Micek, l’avocat général d’Access Now, dans un communiqué. « En vendant des outils de surveillance en tant que solutions de santé publique, les autorités et les entreprises trop disposées pourraient réécrire les règles de l’écosystème numérique à l’encre couleur corona – qui, nous le craignons, est permanent. »

Le directeur adjoint d’Amnesty Tech, Rasha Abdul Rahim, a déclaré jeudi :

La technologie peut jouer un rôle important dans l'effort mondial de lutte contre la pandémie du COVID-19; cependant, cela ne donne pas aux gouvernements carte blanche pour étendre la surveillance numérique. Le passé récent a montré que les gouvernements sont réticents à renoncer à leurs pouvoirs de surveillance temporaire. Nous ne devons pas somnoler dans un état de surveillance élargi permanent maintenant.

Une surveillance numérique accrue pour faire face à cette urgence de santé publique ne peut être utilisée que si certaines conditions strictes sont remplies. Les autorités ne peuvent pas simplement ignorer le droit à la vie privée et doivent veiller à ce que toute nouvelle mesure dispose de solides garanties en matière des droits de l'homme. Partout où les gouvernements utilisent le pouvoir de la technologie dans le cadre de leur stratégie pour battre le COVID-19, ils doivent le faire d'une manière qui respecte les droits de l'homme.

La déclaration des groupes détaille huit conditions qui, selon eux, doivent être remplies pour justifier une surveillance numérique accrue dans le cadre des efforts de confinement contre le coronavirus covid-19. Les conditions comprennent des exigences de transparence, des délais, des restrictions sur la façon dont les données peuvent être utilisées, des protections de la vie privée, des mesures pour prévenir la discrimination et la participation des parties prenantes concernées.

Cette crise offre l'occasion de démontrer notre humanité commune. Nous pouvons faire des efforts extraordinaires pour lutter contre cette pandémie qui soient conformes aux normes des droits de l'homme et à l'état de droit. Les décisions que les gouvernements prennent maintenant pour faire face à la pandémie détermineront à quoi ressemblera le monde dans le futur.

S’abonner
S'abonner aux
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Populaires
Inline Feedbacks
Voir tous les Commentaires
awake
Invité
awake
il y a 3 mois

Tracking contre le coronavirus: Castaner estime que cela pourrait être « soutenu par les Français »

https://lesmoutonsenrages.fr/2020/04/06/tracking-contre-le-coronavirus-castaner-estime-que-cela-pourrait-etre-soutenu-par-les-francais-2/

Partager
eget suscipit mi, ipsum pulvinar in quis, id risus felis ultricies elementum
Partager avec un ami
Bonjour, ceci peut vous intéresser : Big Brother à l'ère du Covid-19
Suivre ce lien : https://ordo-ab-chao.fr/big-brother-covid-19/