Un regard sur le symbolisme cryptique trouvé sur la couverture de The Economist «The World in 2019», qui inclut les Quatre cavaliers de l’Apocalypse. Qu’est-ce qu’ils essaient de nous dire ?

Chaque année en décembre, le célèbre magazine The Economist publie un numéro spécial qui prédit les tendances et les événements de l’année à venir. Et chaque fois, la couverture de ces éditions est une collection élaborée d’images faisant référence à diverses personnes et concepts. Bien que la signification de certaines de ces images soit évidente, d’autres semblent codées pour «les connaisseurs». L’édition de cette année ne fait pas exception. En fait, elle est plus cryptée que jamais.

Pourquoi quelqu’un passerait-il du temps à déchiffrer ces couvertures ? Parce que The Economist n’est pas une publication quelconque, elle est directement liée à l’élite mondiale. Elle appartient en partie à la famille bancaire britannique Rothschild et son rédacteur en chef, John Micklethwait, qui a participé à plusieurs reprises à la conférence Bilderberg. En bref, les dirigeants de The Economist ont une connaissance approfondie du programme de l’élite et font de leur mieux pour le promouvoir.

Cette couverture de The Economist de 1988 appelait à la création d’une monnaie mondiale appelée Phoenix, l’un des symboles préférés de l’élite occulte. L’oiseau se dresse sur un tas de billets en feu.

Comme indiqué dans les articles sur les éditions 2015 et 2017 de The Economist, ces couvertures regorgent souvent de symboles occultes de l’élite, mélangés à des messages subtils sur les nombreuses façons dont l’élite contrôle les masses. L’édition 2019 est plus flagrante que jamais.

The World in 2019 (Le monde en 2019)

Voici la description publiée par The Economist sur son site officiel :

The World in 2019 s'appuiera sur trois décennies de succès en matière d'édition : il s'agira de la 33e édition. Il se penchera sur les perspectives de l'administration Trump avec un nouveau congrès, sur la réalité du Brexit, sur les élections en Inde, en Indonésie, au Nigeria et dans toute l'Europe, sur les perturbations technologiques causées par l'IA et la Chine (2019 pourrait-il marquer le «pic de la Sillicon Valley» ?), voyage dans l'espace 50 ans après l'atterrissage sur la Lune et culture 500 ans après Léonard de Vinci.

Notez que la description soulignait le fait que “ce sera la 33ème édition”. Pourquoi insister sur ce fait numérologique aléatoire ? Est-ce parce que 33 est le chiffre le plus important de la franc-maçonnerie ? Cela aurait du sens car la couverture présente un symbolisme maçonnique intense à travers les œuvres de Léonard de Vinci.

Léonard de Vinci

Le thème principal de cette couverture est Léonard de Vinci, car 2019 marquera le 500e anniversaire de sa mort. En tant que tel, le style artistique est fait pour ressembler à un manuscrit de Vinci.

Le premier détail que l’on peut remarquer est l’écriture miroir. Pourquoi tout est écrit à l’envers ? Eh bien, Léonard de Vinci a écrit souvent dans l’écriture miroir et la raison pour laquelle il a fait cela reste un mystère. Certains prétendent qu’il ne voulait pas maculer d’encre pendant qu’il écrivait; d’autres pensent qu’il ne voulait pas que d’autres personnes lui volent ses idées. Ceux qui ont fait des recherches sur les tendances occultes de Vinci croient que ses écrits arriérés pourraient avoir quelque chose à voir avec ses tentatives de dissimulation de connaissances ésotériques. En son temps, ceux qui accusaient Léonard de Vinci d’être un hérétique appelaient même son écriture miroir « les écritures du diable ». Dans les cercles occultes, l’écriture miroir est souvent associée au satanisme et à la magie noire, basée sur l’inversion des symboles.

Regardons le symbolisme de la couverture.

L'homme de Vitruve

Au centre de la couverture se trouve l’homme de Vitruve, le célèbre dessin de De Vinci représentant un homme étendu entre un cercle et un carré. On dit que c’est une représentation de «l’homme parfait».

L’homme de Vitruve original avec les commentaires De Vinci en écriture miroir.

Bien que l’homme de Vitruve soit souvent décrit comme une «étude des proportions humaines», il revêt une signification symbolique beaucoup plus profonde dans les cercles occultes, en particulier en franc-maçonnerie. Il représente ésotériquement le corps humain (le microcosme) en tant que reflet de l’univers entier (le macrocosme) – un principe hermétique résumé par le dicton «Comme ci-dessus, donc ci-dessous».

Le dessin de De Vinci est basé sur les travaux de Vitruve, un architecte romain considéré comme le «premier grand maître» de la franc-maçonnerie. De manière assez appropriée, l’homme de Vitruve décrit visuellement le but ultime de la franc-maçonnerie : la quadrature du cercle.

Dans le symbolisme maçonnique, le carré représente le corps physique et le cercle représente l’âme. Sur une plus grande échelle, le carré représente le monde matériel, tandis que le cercle représente le monde spirituel. L’un des objectifs de la franc-maçonnerie est d’harmoniser ces deux mondes opposés (physique et spirituel) pour créer «l’homme parfait». Ce concept est pleinement représenté dans le logo de la franc-maçonnerie.

Le logo de la franc-maçonnerie combine une Equerre et un Compas, deux outils utilisés en architecture. L’Equerre sert à dessiner des carrés tandis que le Compas sert à dessiner des cercles. En «quadrillant le cercle», on dit que le franc-maçon réalise la divinité.

Je ne vais pas approfondir les liens entre De Vinci et l’occultisme car cela exigerait un livre entier (et je ne parle pas de Da Vinci Code). Rappelons-le, pour sa 33e édition de fin d’année, The Economist met en vedette un «homme moderne» de Vitruve.

L’homme de Vitruve 2019 porte des lunettes de vision nocturne, ou peut-être un casque VR. Sa vue est-elle améliorée ou est-il aveuglé ? Il tient dans ses mains une feuille de cannabis, une balle de baseball et un smartphone. On pourrait soutenir que toutes ces choses sont utilisées pour distraire et pacifier l’homme moderne par le biais de sociétés pharmaceutiques, de technologies de pointe et de divertissements.

L’homme de Vitruve a également deux tatouages. Sur son avant-bras une double hélice, le symbole représentant l’ADN. Il s’agit très probablement d’une référence aux recherches intenses menées dans le secteur privé sur la modification de l’ADN. L’ADN de l’homme de Vitruve at-il été modifié ?

Sur son cœur est tatoué « #MeToo ». Bien que le mouvement #metoo ait révélé certaines angoisses hollywoodiennes, il a également créé un climat de censure et de répression dans lequel de nombreuses personnes ont accusé, jugé et expulsé dans la sphère publique.

Sur une note quelque peu connexe, l’homme de Vitruve détient une balance – un symbole classique représentant la justice. Cependant, la balance est fortement penchée du côté des 5 personnes contre 4. Est-ce la Cour suprême des États-Unis, qui vient d’avoir un nouveau juge controversé, ou s’agit-il simplement de la balance inclinée de la justice en 2019 ?

Globalement, l’homme moderne de Vitruve semble être aveuglé, affaibli, distrait et refoulé. Le cercle autour de lui qui symbolisait jadis le monde spirituel est maintenant la Terre. L’homme de Vitruve a-t-il perdu son âme ? S’intéresse-t-il maintenant uniquement aux affaires terrestres ?

Reconnaissance Faciale

La couverture présente une réplique exacte du croquis de De Vinci analysant les proportions de la tête humaine. Au-dessus de l’image est écrit (en sens inverse) « Reconnaissance faciale », qui constitue la prochaine étape de la technologie de surveillance de Big Brother.

La couverture de The Economist analyse également les proportions de la tête de Donald Trump.

Les lignes sur la tête de Trump sont différentes de celles ci-dessus. Avez-vous remarqué les contours d’un drapeau américain à l’envers ?

Pipelines de Poutine

L’autre chef d’État qui figure sur la couverture est Vladimir Poutine, qui porte la mention «pipelines de Poutine». Il s’agit d’une référence aux gazoducs construits par la Russie, en Syrie, dans les États post-soviétiques et même en Europe. NordStream 2, un gazoduc reliant la Russie à l’Allemagne, devrait être achevé en 2019. Ce projet très controversé a été qualifié de «trahison» de la part de l’Allemagne. Les critiques affirment qu’il laissera l’Europe à la merci de l’énergie russe.

TurkStream, un pipeline Russie-Turquie, a été lancé en novembre 2018 et contribuera à consolider l’économie et l’influence régionale de la Russie.

Pinocchio

Juste derrière Poutine se trouve Pinnochio – une marionnette dont le nez pousse après avoir menti (Fait amusant: le conte de Pinocchio est aussi une profonde allégorie maçonnique). Donc, la couverture implique que quelqu’un mentira en 2019. Mais qui ? Trump et Poutine (les deux seuls politiciens sur la couverture) ? L’élite en général ? Kanye West ? Pas de réponse claire. C’est juste The Economist qui dit aux masses qu’elles se font mentir en général. Merci les gars.

Les Quatre Cavaliers

Juste sous Poutine, au nord de l’Europe et face à l’Amérique, ne sont autres que les Quatre cavaliers de l’Apocalypse. Le livre de l’Apocalypse décrit le cavalier comme annonciateur du Jugement dernier. On dit que le cheval blanc symbolise la conquête, la peste et la venue de l’Antéchrist; Le cheval rouge représente la guerre; le cheval noir est associé à la famine et le cheval pâle apporte la mort. C’est quelque chose de lourd dans la prévision des catastrophes.

Pourquoi The Economist a-t-il ajouté cette figure biblique extrêmement inquiétante sur sa couverture ? Il n’y a pas d’explication claire.

Une Cigogne

Celui-ci peut être interprété de plusieurs manières et toutes sont bouleversantes. C’est une représentation classique d’une cigogne portant un nouveau-né. Cependant, il y a un détail important : il y a un code à barres sur le sac avec un bébé.

Cela pourrait être une référence aux «bébés concepteurs», une pratique controversée qui devrait prendre de l’ampleur en 2019.

Un bébé de concepteur est un embryon humain qui a été modifié génétiquement, généralement suivant les lignes directrices établies par le parent ou scientifique, pour produire des traits souhaitables. Ceci est fait en utilisant diverses méthodes, telles que l'ingénierie de la lignée germinale ou le diagnostic génétique préimplantatoire (DPI). Cette technologie fait l’objet de débats éthiques et fait émerger le concept de «surhumain» génétiquement modifié, qui doit se métisser et éventuellement remplacer l’homme moderne.

Le deuxième sens de cette image pourrait être le trafic d’enfants. Des codes à barres sont placés sur les produits pour suivre les stocks et effectuer les transactions. La traite des enfants consiste à traiter les êtres humains comme des produits à vendre. C’est un moyen assez efficace (et dérangeant) de symboliser le trafic d’enfants.

Enfin, compte tenu du fait que la cigogne se trouve sous les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse, cette image pourrait également avoir un sens biblique. Le livre de l’Apocalypse dit qu’après l’enlèvement, les habitants de la Terre seraient obligés de recevoir la «marque de la bête» (666) pour «acheter ou vendre». Quel meilleur moyen de forcer une personne à recevoir la marque de la bête qu’en l’appliquant à la naissance ?

Autres images

La couverture contient plusieurs autres images faisant référence aux événements prévus par The Economist en 2019. Voici un bref aperçu de la situation.

  • En haut de la page couverture, une flèche pointe la Lune depuis la machine volante de De Vinci. C’est peut-être une référence aux nombreuses entreprises privées qui souhaitent se rendre sur la Lune en 2019. Il convient également de noter que nous voyons le croissant de lune sur la couverture, principal symbole associé à l’islam.
  • Il existe une autre «machine volante» (une vraie) sous les mots «Nouveaux horizons de Ultima Thule». Il s’agit du satellite New Horizons de la NASA qui se rapproche de l’objet lointain mystérieux Ultima Thule le jour du Nouvel An.
  • Sous la lune est un volcan. Attendons-nous un autre volcan en éruption bientôt ?
  • En bas à gauche (debout sur le Brésil) se trouve un pangolin, le mammifère faisant l’objet d’un trafic sur la Terre. C’est sous la menace de l’extinction.
  • 2019 marquera le 150e anniversaire de la naissance de Gandhi. C’est aussi le 200e anniversaire de la naissance de Walt Whitman (présenté sous Pinnochio).
  • Angelina Jolie est le visage du chef-d’œuvre Mona Lisa, de Vinci. En haut de la couverture, nous voyons «Angelina Jolie : Répondre aux réfugiés». Elle pourrait être utilisée pour promouvoir le nouveau «pacte pour la migration» de l’ONU. En effet, Jolie est actuellement l’envoyée spéciale du HCR, l’agence des Nations Unies pour les réfugiés. Elle se concentre sur «les crises majeures qui entraînent des déplacements massifs de population, entreprennent des activités de plaidoyer et représentent le HCR et le Haut Commissaire au niveau diplomatique».

En Conclusion

La couverture de «Le monde en 2019» est un reflet approprié de l’élite occulte. Il mélange le symbolisme occulte avec des références au contrôle et à la manipulation des masses. Il est également un plaisir bizarre de prédire des événements catastrophiques tout en laissant les gens deviner avec des références vagues et inexpliquées. L’élite aime cacher l’information et l’écriture inversée souligne ce fait.

L’homme de Vitruve, symbole utilisé par les maçons pour représenter un être humain atteignant tout son potentiel, est au centre de tout. Cependant, la version 2019 est aveuglée et distraite par les choses poussées par l’élite. Allons-nous nous permettre de suivre le sombre chemin qu’ils prédisent ?

Traduit par Ordo Ab Chao

vigilant citizen

Laisser un Commentaire

quis, mi, sem, nunc ut libero commodo amet,