Le but des illuminati est la création d’un Nouvel Ordre Mondial et l’éradication de la « religion organisée ». Avant d’attaquer l’islam, dans ce qu’on appelle maintenant la « guerre contre le terrorisme », leur première victime a été l’Église catholique. Depuis l’avènement du Carbonari italien, un groupe maçonnique subversif dirigé par Giuseppe Mazzini, qui aurait succédé à Adam Weishaupt en tant que chef des illuminati, il y avait une conspiration pour détourner le Vatican et installer un pape en leur possession. Le complot a eu lieu par l’intermédiaire de la personne du cardinal Rampolla, un membre du célèbre de l’O.T.O. (Ordo Templi Orientis) d’Aleister Crowley, le parrain du satanisme du XXe siècle. Bien que la tentative de Rampolla de devenir le Pape ait été déjouée, il a lancé une chaîne de succession qui a abouti à Vatican II et les papes régnant actuellement, représentant l’infiltration complète de l’Église catholique par les Maçons et les occultistes.

Cardinal Rampolla

La CIA a été intrinsèquement liée avec les Chevaliers de Malte, le nom actuel des Chevaliers Hospitaliers médiévaux, qui avaient hérité des domaines et de la richesse des célèbres Templiers, qui sont considérés comme les ancêtres de la franc-maçonnerie. À ce jour, les Chevaliers de Malte sont une entité papale unique qui, bien qu’il n’ont pas de masse continentale autre qu’un petit siège à Rome, détient le statut d’État-nation. Ils fabriquent des pièces de monnaie, impriment des timbres, ont leur propre constitution et délivrent des passeports à un corps diplomatique accrédité.

Le grand maître de l’ordre a un rang dans l’église égal à un cardinal et est reconnu comme un chef d’état souverain par 41 nations. Parmi les membres importants connus des Chevaliers de Malte figurent Lee Iacocca, Alexandre de Marenches (le chef de l’intelligence française sous Giscard d’Estaing, lui-même chevalier du SMOM), ainsi que Otto von Habsbourg et le synarchiste Coudenhove-Kalergi de l’Union pan-européenne.

Les Chevaliers de Malte ont été en relation étroite avec le Martinisme depuis Cagliotro et le front des Illuminati, les Philadelphes, qui, d’après certains témoignages, avaient été établis par le marquis de Chefdebien d’Armissan, Chevalier de Malte et membre du Grand Orient et des Amis Réunis. L’OTO a également prétendu être un corps d’initiés dans lequel étaient concentrés la sagesse et la connaissance des différentes traditions ésotériques, y compris les Chevaliers de Malte et les Martinistes. Selon Russ Bellant, « Bien qu’il se présente comme une organisation catholique, l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem est un groupe maçonnique qui prétend être les vrais Chevaliers de Malte. C’est le Grand Maître depuis cinquante ans, jusqu’à sa mort il y a plusieurs années, Charles Pichel, et conseiller … pour Hitler, Ernst Hanfstaengl. »

« Les Chevaliers de Malte comprennent ce qui est peut-être le club le plus exclusif sur terre », a écrit Stephen Birmingham, l’historien social. « Ils sont plus que l’aristocratie catholique … Ils peuvent prendre un téléphone et causer avec le pape. » Martin A. Lee, dans son article « leur volonté est faite », a déclaré que la branche américaine de l’Ordre souverain militaire de Malte (SMOM) est l’un des canaux de communication les plus importants entre la CIA et le Vatican, en étant capable de transférer de l’argent à l’intérieur et à l’extérieur des pays auxquels ni la CIA ni le Vatican n’ont accès.

L’Association américaine de l’Ordre militaire souverain de Malte (SMOM) a été fondée en 1927. Les Chevaliers de Malte, notamment Baron von Papen, a joué un rôle crucial dans la montée d’Hitler au pouvoir. Von Papen est devenu chancelier de l’Allemagne en 1932 avec le soutien des nazis. En juin, il a ordonné la dissolution du Reichstag, appelant à de nouvelles élections, après quoi les nazis ont émergé comme le plus grand parti dans le nouveau Reichstag. Après une rencontre avec Hitler, von Papen a persuadé le président von Hindenburg d’offrir à Hitler la Chancellerie, qu’il a assumée en 1933. Von Papen devient son vice-chancelier. Il a été inculpé de conspiration pour mener une guerre agressive lors des procès de Nuremberg, mais a été acquitté, puis a offert une généreuse pension au premier chancelier d’après-guerre, Konrad Adenauer.

Comme l’a expliqué Françoise Hervet, « il est probablement prudent de dire que les milliers de Chevaliers du SMOM, principalement en Europe, en Amérique du Nord, en Amérique Centrale et en Amérique du Sud, constituent la plus grande et la plus puissante et la plus réactionnaire des organisations du monde d’aujourd’hui. » En 1934, le membre John J. Raskob, travaillant en étroite collaboration avec John Davis, de Morgan Bank, avait été un des principaux financiers de l’intrigue pour organiser un putsch fasciste échoué aux États-Unis. En 1941, le cardinal Francis Spellman a été énuméré comme grand protecteur et conseiller spirituel de l’ordre. Spellman a travaillé avec le pape Pie XII pour aider les criminels de guerre nazis à échapper à la justice. Durant son mandat à New York, l’influence nationale considérable de Spellman a valu à sa résidence le surnom de « la centrale électrique ». Il a accueilli des personnalités comme Joseph P. Kennedy, Bernard Baruch, David I. Walsh, John William McCormack et de nombreux autres politiciens, artistes et membres du clergé.

Bien que Spellman ait souvent critiqué des films qu’il a perçus comme « immoraux » ou « indécents », John Cooney, l’un de ses biographes, a cité quatre personnes interviewées qui ont déclaré que Spellman était homosexuel et le journaliste Michelangelo Signorile décrit Spellman comme « l’un des plus notoires, puissants et homosexuel sexuellement vorace dans l’histoire de l’Église catholique américaine. » Un biographe de J. Edgar Hoover, Curt Gentry, a également soutenu que les dossiers sur Hoover contenait « de nombreuses allégations selon lesquelles Spellman était un homosexuel très actif ».

Depuis 1943, comme l’a expliqué Frédéric Laurent, « le Saint-Siège est devenu le centre clandestin de l’espionnage anglo-américain en Italie ». Les Chevaliers de Malte et le chef de l’OSS William Donovan, avaientt établi en secret une connexion de renseignements avec le Vatican dès 1941, quand il ont évacué le père Dominicain Félix A. Morlion de Lisbonne à New York. Morlion a ensuite travaillé en étroite collaboration avec Giovanni Battista Montini, le futur pape Paul VI. En 1944, le Pape Pie XII a décoré Donovan avec la Grande Croix de l’Ordre de Saint-Sylvestre, la plus ancienne et la plus prestigieuse des chevaliers papaux, donnée à une centaine d’autres hommes dans l’histoire qui « par les armes, des actions, ont répandu la Foi, et ont protégé et défendu l’Église. »

Selon Alexis Bugnolo, le pape Paul VI appartenait à un réseau de consécrations qui remontaient au cardinal Rampolla, que l’OTO revendiquait comme l’un de ses principaux membres. Le Liber LII : Manifeste de l’OTO des listes comme ayant participé aux assemblées de l’OTO, ou dans des temps plus reculés comme comprenant entre autres, Merlin, Orphée, Dante, Paracelse, Jakob Boehme, John Dee, Francis Bacon, Andreae et Elias Ashmole. Parmi les participants les plus récents figurent Goethe, Nietzsche, Wagner, Papus, Hargrave Jennings, Karl Kellner, Franz Hartmann et le Cardinal Rampolla.

Lorsque Léon XIII mourut en 1903, on s’attendait à ce que Rampolla fût élu pape. Sa candidature a pris de l’ampleur jusqu’au dernier moment où l’empereur autrichien François-Joseph Ier, a imposé le veto « Jus exclusivae » pendant le Conclave. Craig Heimbichner, écrit en août 2003 Catholic Family News, affirme que Monseigneur Jouin est intervenu personnellement avec l’empereur Franz Joseph pour demander que le « Jus exclusivae » soit invoqué, ayant obtenu certaines preuves que le cardinal Rampolla avait au moins une étroite affinité avec Les francs-maçons.

Curieusement, Rampolla avait été secrétaire d’État de Léon XIII, qui avait publié une des condamnations les plus profondes de la franc-maçonnerie, l’encyclique Humanum Genus en 1884. Léon XIII, comme le pape Pie IX, lui demandait la publication de l’Alta Vendita, un texte supposé produit par la plus haute loge du Carbonari italien et écrit par Giuseppe Mazzini, prétendu chef de l’ordre Illuminati après son fondateur Adam Weishaupt.

Il fut d’abord publié par Jacques Crétineau-Joly dans L’Eglise et la Révolution. La brochure a été popularisée dans le monde anglophone par Monseigneur George F. Dillon en 1885 avec son livre La guerre de l’antéchrist avec l’Église et la civilisation chrétienne. Étonnamment, le document détaille un complot maçonnique pour infiltrer l’église catholique et finalement installer un pape maçonnique. Dans son « Instruction Permanente » de 1819 à ses membres, l’Alta Vendita a déclaré :

Notre but final est celui de Voltaire et de la Révolution française, la destruction pour toujours du catholicisme et même de l'idée chrétienne... Le catholicisme a une vie beaucoup plus tenace que cela. Elle a vu les plus implacables, les plus terribles adversaires, et elle a souvent eu le malin plaisir de jeter de l'eau bénite sur les tombeaux des plus enragés... Le Pape, quel qu'il soit, ne viendra jamais dans les sociétés secrètes. C'est aux sociétés secrètes de venir d'abord vers l'Eglise, dans la résolution de conquérir les deux... Le travail que nous avons entrepris n'est pas l'œuvre d'un jour, ni d'un mois, ni d'une année. Cela peut durer plusieurs années, peut-être un siècle, mais dans nos rangs, le soldat meurt et la bagarre continue... Nous ne voulons pas vaincre les Papes à notre cause, les faire néophytes de nos principes et propagateurs de nos idées... Ce que nous devons exiger, ce que nous devrions rechercher et attendre, comme les Juifs attendaient le Messie, est un pape selon nos besoins.

Le réseau mentionné par Bugnolo, qui a été révélé pour la première fois par le Dr Austen Ivereigh dans The Great Reformer : François et la Réalisation d’un Pape Radical, ont conspiré ensemble pour promouvoir la candidature du Cardinal Jorge Mario Bergoglio, qui est devenu le Pape Francis actuel. Leur but, selon Bugnolo, était la destruction de l’Église catholique. Comme le démontre Bugnolo, le réseau a été une conséquence du conclave qui a conclu avec l’élection Saint Pape Pie X au lieu de Rampolla. Les disciples de Rampolla furent élevés à la dignité de l’épiscopat et ordonnés par Pie X, tandis que ceux du Pie X par le cardinal Rampolla. Dans le premier cas, les co-consécrateurs étaient soit les deux, soit au moins en un seul individu, eux-mêmes évêques ordonnés par le cardinal Rampolla.

Le pape Paul VI a poursuivi le Concile Vatican II qu’il a fermé en 1965, mettant en œuvre ses nombreuses réformes, y compris l’assouplissement de la position de l’Église envers la Maçonnerie. Il s’est entouré des francs-maçons, y compris le secrétaire d’État le cardinal Jean Villot, Pasquale Macchi, prêtre d’honneur du pape Paul et secrétaire privé jusqu’à ce qu’il soit excommunié pour hérésie mais réintégré par Villot et fait cardinal, et le cardinal Augustin Bea, qui était secrétaire d’État sous le pape Jean XXIII et Paul VI.

Le cardinal Annibale Bugnini a été nommé par Paul VI pour créer une nouvelle liturgie. Dans une référence audacieuse au dicton maçonnique trouvé au revers du billet du dollar américain, le nom de sa nouvelle liturgie était le « Novus Ordo Missae », du latin pour le « nouvel ordre de la messe ». Après la formulation du service d’adoration du Nouvel Ordre, le Dr Smith, le représentant luthérien, se vanta publiquement: « Nous avons terminé le travail commencé par Martin Luther ». Bugnini a expliqué que son but était de redessiner la nouvelle messe afin de « dépouiller de nos prières catholiques et de la liturgie catholique tout ce qui peut être l’ombre d’une pierre d’achoppement pour nos frères séparés, c’est-à-dire pour les protestants ».

Bugnini a finalement été exilé en Iran par Paul VI en raison d’allégations qu’il était franc-maçon. Mais Paul VI lui-même a fait allusion à une allégeance similaire dans un discours à l’Assemblée des Nations Unies à New York, le 6 mars 1967 :

Votre vocation est d'apporter non seulement certaines personnes, mais tous les gens ensemble comme des frères. Qui peut manquer de voir la nécessité et l'importance de voir progressivement la mise en place d'une «autorité mondiale» capable de prendre des mesures efficaces sur le plan juridique et politique. Les délégués à l'organisation internationale, les fonctionnaires, les messieurs de la presse, les enseignants et les éducateurs, vous devez tous comprendre que vous avez votre rôle à jouer dans la construction d'un "Nouvel Ordre Mondial".

Cette étroite collaboration entre le futur Paul VI et la CIA s’est poursuit après la guerre par l’intermédiaire de James Jesus Angleton, un membre clé de Georgetown et aussi un Chevalier de Malte. Angleton, le chef de longue date du contre-espionnage, était le chef du Bureau du Vatican de la CIA ainsi que le bureau d’Israël. Angleton était responsable de la liaison avec les agences israéliennes du Mossad et Shin Bet, des relations cruciales qu’il a géré pour le reste de sa carrière. Angleton devient également responsable de l’Empire de Lovestone, le réseau dirigé pour la CIA par Jay Lovestone. Ancien chef du Parti communiste des États-Unis, plus tard un dirigeant syndical, Lovestone a travaillé avec des syndicats étrangers en utilisant des fonds cachés pour construire un système mondial des syndicats anticommunistes.

Quand il est devenu chef de l’organisation, le chevalier de Malte Allen Dulles a engagé les services de Reinhard Gehlen. Les Chevaliers de Malte donnèrent à Gehlen son plus haut prix d’honneur, le Gran Croci Al Merito Conplacca, en l948. Bien que Gehlen n’ait pas été catholique, il a reçu l’honneur en raison de ses efforts dans la « croisade contre le communisme athée ». Gehlen fut ensuite installé par les Américains comme premier chef des services secrets de l’Allemagne de l’Ouest, le Bundesnachtrichtdienst (BND), sous le chancelier Adenauer de l’Allemagne de l’Ouest, qui avait reçu la Grande Croix Magistrale personnellement du SMOM Grand Maître Prince Chigi. En 1950, c’était McCloy qui avait été chargé de nommer un nouveau chef des services secrets de l’Allemagne de l’Ouest. Après avoir discuté avec Frank Wisner, il décida sur Gehlen.

© Traduit par Ordo-Ab-Chao.fr

conspiracyschool
  • 13
in sem, libero dolor diam ut dictum odio massa venenatis Lorem Curabitur

Partager avec un ami