Partout en Europe, les dirigeants ont désespérément cherché de nouvelles façons de sécuriser les frontières. Les inquiétudes concernant la migration ont contribué à l’évolution de nouvelles formes de technologie autoritaire.

À la périphérie de Vienne, le personnel de l’Institut Autrichien de Technologie travaille sur un projet qui pourrait radicalement changer la sécurité des frontières au sein de l’Union européenne.

Développé par des chercheurs de l’institut, il est connu sous le nom de Foldout. À l’aide de capteurs et de drones terrestres et aériens, cette nouvelle technologie vise à détecter les migrants et les trafiquants d’êtres humains à travers les forêts, les champs et d’autres environnements, en plein jour et dans l’obscurité. Cela alerte ensuite les gardes-frontières de leurs déplacements, via un système informatique intégré.

Foldout est testé dans le cadre d’un projet pilote de deux ans à une frontière simulée en Bulgarie, avec des lancements futurs prévus en Grèce, en Finlande et en Guyane française en Amérique du Sud. D’un coût de 9 millions de dollars, il est entièrement financé par l’Union européenne, qui soutient des centaines de projets similaires.
0
Foldout, connaissiez-vous ce projet ?x

Le marché mondial des systèmes de sécurité aux frontières devrait atteindre une valeur d’environ 53 milliards de dollars d’ici 2022. Dans son budget 2014-2020, l’UE a affecté 14,2 milliards de dollars à la sécurité des frontières, mais l’organisme a presque triplé la somme à 38 milliards de dollars pour la prochaine période 2021-2027. Cette énorme injection de liquidités, faite à la suite de la crise des migrants en Europe en 2015, a permis à un certain nombre de petites entreprises à but lucratif d’accéder à des fonds publics de l’UE et de certains États, afin de développer leurs produits.

Souvent, le financement est accessible en formant des consortiums avec des instituts de recherche et des universités. Certains politiciens et militants affirment cependant que bon nombre de ces projets financés par l’UE ne parviennent pas à assurer une transparence totale sur leur technologie et leurs méthodes de mise en œuvre et que les preuves claires et quantifiables de leur succès sont rares.

Foldout rejoint un autre projet de surveillance controversé, appelé iBorder Ctrl, développé par une société nommée Silent Talker en 2015 par des chercheurs de l’Université métropolitaine de Manchester, le projet utilise la reconnaissance faciale et l’intelligence artificielle pour tenter de détecter les cas de mensonge potentiel des visiteurs dans l’UE. Ces dernières années, l’inquiétude suscitée par sa technologie et ses procédures n’a cessé de croître.

En 2015, Patrick Breyer, un activiste allemand des droits numériques et membre du Parti Pirate au Parlement européen, a déposé une demande de liberté d’information auprès de l’Agence exécutive pour la recherche de la Commission européenne, relative à iBorder Ctrl.

Cette technologie est très contestée et scientifiquement non fondée. Cela a des effets secondaires involontaires - et peut-être nocifs. Pourtant, nous utilisons l'argent public pour financer ces projets dans l'espoir d'une réussite commerciale, sans penser à nos concitoyens,

dit Breyer

Avec des partenaires de développement du Luxembourg, de la Grèce, de Chypre, du Royaume-Uni, de la Pologne, de l’Espagne, de la Hongrie, de l’Allemagne et de la Lettonie, iBorder Ctrl utilise une approche à deux volets. Avant de voyager, les utilisateurs téléchargent une application dans laquelle ils téléchargent des photos de documents d’identité, tels qu’un passeport, un visa ou une preuve de fonds. Au sein de l’application, ils subissent ensuite un entretien avec un avatar numérique du contrôle des frontières, qui leur demande les raisons de leur visite dans le pays en question. L’avatar utilise l’intelligence artificielle pour analyser les mouvements et les gestes du visage, afin de déterminer s’ils disent la vérité.

Si les visiteurs potentiels sont signalés comme à haut risque par l’avatar, les agents du contrôle des frontières au port d’entrée utilisent alors un appareil de contrôle portatif, qui compare les images visuelles prises par les agents à celles capturées par iBorder Ctrl. Les visiteurs sont enfin réévalués et leurs identités reconfirmées à l’aide de méthodes telles que les empreintes digitales, un scanner des veines de la paume et l’appariement du visage avant qu’une décision ne soit prise pour leur permettre de passer.

Capture d’écran d’un rapport de communication annuel.

Peu de gens contesteraient la nécessité de contrôles aux frontières. Si un visiteur potentiel dans un pays a été reconnu coupable d’un crime ou recherché par la police, il est logique que les agents enquêtent sur eux. Selon Breyer, cependant, les contrôles de iBorder Ctrl sont un risque car ils sont basés sur des expressions faciales, qui pourraient être mal signalées et entraîner de graves problèmes pour les personnes entrant dans l’UE à l’avenir.

L’Agence exécutive pour la recherche a refusé à Breyer un accès complet aux informations sur les composants et la mise en œuvre d’iBorder Ctrl, au motif que les documents pourraient révéler des secrets commerciaux confidentiels. Breyer fait actuellement appel de la décision.

Migration, robots frontaliers et biométrie

Selon un rapport publié par la Commission européenne en 2018, près de la moitié des 6,7 millions de demandeurs d’asile dans le monde ont été enregistrés dans l’UE entre 2014 et 2016. Cette augmentation des migrations mondiales a déclenché des répliques politiques et électorales à travers le continent.

Partout en Europe, les dirigeants ont désespérément cherché des moyens de sécuriser les frontières de leurs nations. Chaque État membre a réagi différemment à la situation, mais les inquiétudes concernant la migration ont contribué à une réaction généralisée contre les migrants et à la montée des politiciens populistes.

En Espagne, le parti Vox a remporté les premiers sièges parlementaires d’extrême droite depuis la mort du dictateur fasciste, le général Franco, en promettant une politique de tolérance zéro en matière d’immigration. En Italie, l’ancien vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur, Matteo Salvini, a connu une vague de popularité après avoir interdit les navires humanitaires des ports du pays. Pendant ce temps, en Pologne, le parti conservateur Law and Justice a récemment été réélu sur une plate-forme comprenant de fortes positions anti-migrants.

Les mesures prises par certains pays européens ont été un peu draconiennes. Par exemple, en 2017, la Bulgarie a achevé la construction d’une clôture frontalière recouverte de fil de rasoir, soutenue par un financement de 173 millions de dollars de l’UE.

Alors que le nombre de migrants entrant en Europe est passé d’environ 180 000 en 2017 à 134 000 en 2018, l’entrée illégale reste une préoccupation majeure dans l’UE.

En janvier 2020, un grand nombre de Grecs ont commencé à protester contre les camps de migrants surpeuplés sur les îles de Lesbos et Samos après que le gouvernement a annoncé sa prédiction de 100 000 nouveaux arrivants au cours de l’année. En Serbie, le gouvernement a annoncé qu’entre 80 et 100 migrants traversaient quotidiennement ses frontières.

Parallèlement, des pays comme l’Allemagne, l’Autriche, la Suède, le Danemark, la France et la Norvège ont temporairement réintroduit les contrôles aux frontières intérieures, afin de contrer les menaces perçues de migration illégale, de terrorisme et de criminalité organisée. Désormais, les voyageurs vers ces pays en provenance d’autres pays de l’UE pourraient passer des points de contrôle frontaliers où leurs passeports peuvent être contrôlés, comme ils l’étaient avant l’époque de la liberté de circulation.

Au lendemain de la crise des migrants, les législateurs européens ont décidé que la technologie était la clé pour contrôler le flux de personnes dans le bloc. En conséquence, la Commission européenne a prévu plus de 1 milliard de dollars entre 2021-2027 pour la technologie de gestion des douanes, y compris les lecteurs de plaques d’immatriculation automatisés et les équipements de surveillance. En outre, le Parlement européen a annoncé l’année dernière que l’Agence des garde-frontières et des garde-côtes de l’UE, connue sous le nom de Frontex, recevra 10 000 agents opérationnels supplémentaires pour renforcer la frontière de l’UE d’ici 2027.

Cela fait écho au déploiement de technologies similaires ailleurs. Au cours de la dernière décennie, les nations du monde entier ont pris d’énormes engagements pour contrôler leurs frontières. En 2019, les États-Unis ont promis 23 milliards de dollars pour sécuriser leurs frontières – une augmentation de 22% par rapport au budget de 2017 – avec 182 millions de dollars spécifiquement affectés à la technologie de surveillance. Selon le Carnegie Endowment for International Peace, 75 pays déploient activement l’intelligence artificielle pour surveiller leurs frontières.

Source : Whitehouse.gov et Markets and Markets

Martin Lemberg-Pederson, de l’université danoise d’Aalborg, est un expert des migrations mondiales et du marché croissant des technologies de contrôle des frontières. Il est préoccupé par les implications de la collecte et de l’utilisation d’énormes quantités de données privées, il dit :

Ces programmes de contrôle aux frontières sont en fin de compte un outil de contrôle des informations des migrants et de marquage de leurs droits.

Ethique et Droits Civils

Breyer estime qu’en cherchant à imposer des contrôles aux frontières de plus en plus resserrés, les pays de l’UE bafouent également les droits de leurs propres citoyens, il dit :

Je ne comprends pas comment le public peut financer un projet qui porte atteinte à leurs libertés civiles, mais je ne peux pas accéder à des informations sur la façon dont leur argent a été utilisé.

Les demandes d’entrevues faites aux scientifiques derrière iBorder Ctrl pour cette histoire ont également reçu aucune réponse. Des demandes d’accès à l’information à l’Agence exécutive pour la recherche de la Commission européenne, demandant des preuves quantifiables du succès de la technologie iBorder Ctrl, ont été partiellement accordées.

Nous avons reçu de la CE une copie fortement expurgée du rapport sur le dispositif de collecte de données d’iBorder Ctrl. L’accès à un autre rapport sur l’analyse et l’éthique a cependant été refusé, en partie parce que les informations pourraient « sérieusement miner leur intérêt commercial, y compris leur propriété intellectuelle », selon une lettre de Barbara Kampis, porte-parole de la Research Executive Agency.

Le rapport sur le dispositif de collecte de données détaille la fréquence croissante des migrants se cachant dans des véhicules pour traverser les frontières de l’UE, tels que les 39 ressortissants chinois trouvés morts en 2019 dans une remorque de camion arrivée au Royaume-Uni depuis la Belgique. Il explique comment iBorder Ctrl développe des méthodes de détection par rayonnement afin d’éviter cela. Les sections sur la façon dont cela pourrait être accompli sont rédigées.

Les chercheurs disent que le manque de transparence affiché dans la rédaction des documents soulève des questions sur l’éthique.

« Beaucoup de ces projets sont très, très éthiquement problématiques et comportent de nombreux risques », a déclaré Rowena Rodrigues de Trilateral Research, un organisme basé au Royaume-Uni qui évalue les implications éthiques, juridiques et sociales des technologies émergentes.

L’Institut Autrichien de Technologie, où Foldout en cours de développement, a refusé de fournir le nom du chercheur principal du projet, ou des entretiens avec l’un des neuf chercheurs travaillant sur le projet.

Selon le porte-parole de l’institut Michael Hlava, Foldout a respecté les exigences de l’UE « dans un contexte éthique » et concernant la « prévention des abus et des aspects de la vie privée ».

Pour Breyer, cependant, la combinaison de la nature commerciale de ces projets et de leur mise en œuvre publique sera toujours profondément troublante. Il dit :

Une fois ces technologies développées, utilisant l'argent public à des fins privées, la pression devient immense pour réaliser un profit et les déployer. La technologie peut être utilisée par des entreprises privées ou des gouvernements autoritaires pour éroder les droits des citoyens. Nous ne savons tout simplement pas où cela finira.

codastory
Newsletter
S’abonner
S'abonner aux
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Populaires
Inline Feedbacks
Voir tous les Commentaires
Jean-paul ottino
Invité
Jean-paul ottino
il y a 6 mois
  1. Merci pour cette analyse, qui met en evidence que les horribles citoyens, n’ ont + comme recours que voter pour des  » populistes » qui cherchent a nous proteger dictatorialement contre ces humanistes qui nous imposent des quotas de migrants  » democratiquement  » ! Merci pour ce moment 😀 .
Partager
nunc id sem, quis, porta. Aenean diam ut pulvinar
Partager avec un ami
Bonjour, ceci peut vous intéresser : Reconnaissance Faciale et Avatars Numériques aux frontières de l'UE
Suivre ce lien : https://ordo-ab-chao.fr/reconnaissance-faciale-avatars-numeriques-frontieres-ue/