Les Racines Occultes de la NASA et les Fraudes en Cours - partie 1

(0 votes)

Avant-propos

Après le mythe des OVNI, allons faire un tour du côté de la National Aeronautics and Space Administration ou l’universellement connue NASA. Cette institution est quasiment la seule référence mondiale pour ce qui concerne le domaine spatial. Elle a été officiellement créée en 1958 par décret du président Eisenhower, mais ses origines réelles remontent aux années 40 avec la création du JPL (Jet Propulsion Laboratory) par Jack Whiteside Parsons, un occultiste sataniste, spécialiste en fusées.

Il semble que le satanisme fasse toujours partie des activités secrètes de la NASA comme en témoignent les deux livres de Cathy O’Brien qui a subi, ainsi que sa fille Kelly, différentes programmations de contrôle mental (Projet Monarch, mind control), entre autres dans les locaux de la NASA à Huntsville en Alabama.

Cette ville est depuis 1958 le centre des activités de la NASA, comme l’écrit le site nasa.gov dans sa section historique :

En 1950, l’Armée transféra son petit groupe d’experts en missiles de Fort Bliss au Texas à Huntsville. Le groupe incluait le Dr Wernher von Braun et son équipe.
En 1958 , la totalité du développement des missiles de l’US Army, du programme d’entraînement et du centre des véhicules spatiaux de la NASA furent définitivement établis à Huntsville.
Voici quelques extraits des livres de Cathy O’Brien :
(…) Tôt le matin suivant, dans les profonds sous-sols du labo de contrôle de l’esprit de la NASA au Godard Space Flight Center proche, je fus préparée pour le programme en question. La NASA utilise diverses “drogues de synthèse de la CIA” pour engendrer chimiquement des transformations neuronales et induire l’état d’esprit requis à un moment précis. “Tranquillity”, la drogue de prédilection de la NASA de Huntsville, dans l’Alabama, créait une sensation de tranquille servilité et donnait l’impression de marcher sur un nuage. La drogue administrée cette fois était assez similaire à “Tranquillity” et engendrait une servitude totale.
(“L’Amérique en pleine transe-formation”, éditions Nouvelle Terre, page 287)

(…) “Kelly a été soumise depuis sa naissance à des technologies de contrôle de l’esprit liées aux harmoniques développées par la NASA/DARPA, qui n’ont rien à voir avec le contrôle de l’esprit induit par trauma dont je commence moi-même à guérir.” (“Pour cause de sécurité nationale”, éditions Nouvelle Terre, page 30)

(…) Huntsville a été un des premiers lieux de sévices pour Kelly et moi, dans les années 1980 dans le cadre de la programmation par le contrôle de l’esprit de la NASA. (ibid. p. 44)
– Rédigé par Hélios
[Conseil] A lire “Nasa, Nazis, Franc-Maçonnerie et le 33” en complément de cet article

Dans mon vocabulaire, NASA signifie : Never A Straight Answer [jamais de réponse directe]. Si à l’occasion vous vous mettez à fouiller dans les alunissages Apollo de la NASA, un regard affuté et un esprit ouvert vous amèneront à la conclusion que c’était un canular mis en scène. Des preuves et analyses scientifiques pures et dures révèlent en réalité une arnaque parmi tant d’autres.

Réfléchissez, le plus grand fait accompli par l’homme est une production hollywoodienne élaborée qui a coûté quelque 30 milliards aux contribuables américains. Imaginez ce que James Cameron pourrait créer avec ce genre de budget.

Mais pour être tout à fait franc, ce qui m’énerve [expression polie…] encore plus, c’est que la NASA a mis en place une colossale pompe à fric à l’aide de mensonges, de canulars et de désinformation. Le contribuable américain ne retire aucun avantage à l’existence de la NASA et aux présumées contributions scientifiques provenant de supposées explorations et expérimentations dans l’espace. En l’absence d’autres sources de vérification, nous avons dû nous prosterner devant de prétendus “experts” malgré d’irréfutables preuves que la NASA n’est rien d’autre qu’un escroc financier élaboré et un colporteur de pseudoscience.

L’attention de cette première partie se portera sur un principe indéfendable
LA FRAUDE CORROMPT TOUT CE QU’ELLE TOUCHE !!

Pour faire court, une fois qu’une fraude est détectée, tout ce qui gravite autour est dorénavant remis en question. C’est la mort de toute crédibilité ! Qui discuterait la logique selon laquelle une fraude découverte détruit la validité de tout le reste ? C’est une attitude raisonnable, prévisible et elle a le pouvoir de changer instantanément la direction de nos perceptions, même celles qu’on tenait pour sacrées. La fraude ne connaît pas de limites pour ceux qui s’y sont engagés et elle existe dès le départ. Pensez-vous que de vrais fraudeurs s’arrêtent à une seule fraude ? Ou pensez-vous qu’ils continuent jusqu’à leur mort sauf s’ils se font prendre ? La réponse est simple. Pourquoi arrêter une activité frauduleuse lucrative si vous ne vous êtes pas fait prendre ? Une fois la fraude initiale découverte, il devient non douteux qu’il puisse exister une fraude systématique.

Pour noircir encore le tableau, la NASA a été fondée par des occultistes sataniques et des magiciens noirs. Ce n’est pas une rumeur en l’air mais un fait.

La NASA est un cartel satanique-militaire-hollywoodien pseudoscientifique, dont le vrai but est d’utiliser les fonds des contribuables pour faire sa promotion et se faire de l’argent par le développement et le déploiement de technologies et de méthodes pseudoscientifiques. La première fraude à mon avis concerne les origines réelles de la NASA et la panoplie de personnages qui ont eu une influence significative. Allez sur NASA [site officiel anglais] cherchez, et vous trouverez des biographies épurées ou une absence totale d’information. [rien non plus sur le wiki français]

Fraude n°1 – La pré-NASA

Le prédécesseur de la NASA était un jeune scientifique talentueux spécialiste des fusées, Jack Whiteside Parsons. [1914-1952. Le wiki anglais précise qu’il est occultiste, mais ce n’est pas mentionné sur le wiki français]

Wernher von Braun a déclaré que c’était Parsons l’autodidacte, et non lui, le vrai père du programme spatial américain pour sa contribution au développement du combustible solide pour fusées.
Jack Whiteside Parsons
L’enfance de Jack se passa dans la solitude et l’opulence. Il pouvait passer sa journée assis dans une pièce à lire, ne s’inquiétant jamais de venir en aide à sa famille ou de la provenance de son prochain repas. Il lisait Jules Verne avec férocité, entre autres son roman de 1865 “De la Terre à la Lune” et le récent magazine de science-fiction “Histoires étranges”. Bientôt, l’espace devint bien plus que le ciel au-dessus de la tête de Jack, il se transforma en romantique obsession.

Un jour, Jack se faisait tabasser à l’école quand un garçon plus âgé se précipita et mit fin au massacre. Ce garçon, Ed Foreman, deviendra le meilleur ami de Jack à l’âge adulte et jouera un rôle essentiel dans les rêves de fusées de Jack. Ed et Jack passaient leurs journées à parler de livres de science-fiction et ils commencèrent bientôt à les mettre en pratique par eux-mêmes.

À l’aide du matériel d’ingénieur du père de Ed dont profita Jack en travaillant à la société Hercules Powder, ils fabriquèrent des explosifs. Ses enseignants et la mère de Jack commencèrent à s’inquiéter pour lui. Mais Ed et Jack continuèrent leurs expériences.

En 1934, année des 20 ans de Jack, l’intérêt du duo pour les fusées passa de la littérature fantastique pour enfants à la recherche quand ils obtinrent, bien que n’étant pas étudiants, le soutien de l’Institut de Technologie de Californie (CalTech) tout proche. Ed, Jack et plusieurs membres de la communauté CalTech formèrent le groupe GALCIT de recherche sur les fusées.
En 1936, le jour d’Haloween, le groupe réalisa son premier test de moteur près du barrage de la Porte du Diable à Pasadena. Le moteur explosa mais ils devinrent bientôt célèbres dans le campus. On les surnomma “l’escadron suicide” en raison du danger et ils furent pris pour des fous avec leurs expériences, particulièrement pour la technologie des fusées qui était considérée par de nombreux scientifiques de l’époque comme de la folie et de la pure science-fiction en termes d’usage pratique et de développement technologique.
“L’escadron suicide”
Cet “escadron suicide” fut à l’origine du fameux Jet Propulsion Laboratory [JPL], l’institution responsable du Mars Rover Landing et de nombreuses autres avancées dans les sciences robotiques et les fusées. Parsons avait manifestement un réel talent, avec un sens apparemment inné de la propulsion et de la fuséologie (une industrie naissante à l’époque), dynamique également convoitée par le complexe militaro- industriel. Parsons fit son chemin sous l’apparence d’un fringant personnage à la réputation d’expert en fusées et de risque-tout. On pourrait penser que l’ensemble de ces réalisations scientifiques suffiraient à remplir la vie d’une personne, mais Parsons avait bien d’autres ambitions. Il voulait abattre les murailles du temps et de l’espace et il avait pleins d’idées totalement non-scientifiques sur la manière de le faire.
Ces idées trempaient dans l’occulte, le satanisme et la magie noire. Parsons “jura allégeance aux abysses, seul choix entre la folie, le suicide ou ce serment. (Puis) je jurai serment au Magister Templi, et aussi le serment de l’Antéchrist devant Frère 132, le Dieu Inconnu. Et je devins ainsi un Antéchrist lâché dans le monde ; et je me suis engagé à ce que le travail de la Bête 666 soit accompli”. Qui aurait cru que c’était aussi facile ?

Il semblerait que antéchrist n’est éloigné que de quelques lettres de “anarchiste”, et le manifeste qui suivra sera en grande partie une exhortation à “faire ce que vous voulez” dans la plupart des choses, que ce soit les fluides corporels, l’économie et/ou la politique. Le but de tous ces efforts, selon Metzger, était d’amener l’Apocalypse, car en théorie les choses ne pourraient aller que mieux ensuite.
Mais maintenant vous pourriez vous dire “Quel ramassis de conneries !” Mais le FBI, assez réticent sur le fait que le salaire de Parsons financé par les contribuables pouvait subvenir aux besoins de l’Antéchrist et à hâter l’apocalypse, le considéra comme suffisamment sérieux pour ouvrir une enquête.
Des documents publiés récemment par le FOIA [Freedom of Information Act, Loi sur la liberté de l’information] montrent 130 pages d’un texte lourdement censuré dans lequel les G-Men [les agents du FBI] tentent de rendre plausibles les croyances religieuses de Parsons et documentent sa manipulation fréquemment négligente de matériel classifié. Mais en vérité, Jack Whiteside Parsons est plus connu pour ses idéaux occultistes, la magie noire et sa vénération à un agenda satanique.

La Vie Secrète des Parsons

Mais il avait une vie secrète, qui semblait totalement en désaccord avec sa vie publique et qui devint dominante au cours des années 1940. Jack Parsons et sa femme Helen avaient pris contact avec la loge de l’O.T.O. (Ordo Templi Orientis), fraternité internationale de magie, en 1939 à Los Angeles et l’avaient rejointe en 1941. Elle était dirigée par Wilfred Talbot Smith, le britannique qui l’avait fondé dix ans plus tôt, en 1930.
Wilfred Talbot Smith
Smith et la femme de Parsons vivaient une très bonne entente, qui resta très discrète autour du bâtiment et dans le grenier du temple de l’O.T.O. Ce dernier espace fut aménagé et il possédait même une copie de la “Stèle de la Révélation” égyptienne vénérée par les adeptes du célèbre magicien Aleister Crowley. C’était à l’époque le seul temple de ce genre au monde à fonctionner correctement.
Aleister Crowley (déjà franc-maçon du 33ème degré), le leader mondial de l’O.T.O., prit des mesures qui accrurent le prestige de Parsons dans l’ordre. Aux alentours de 1943-44, il parvint à convaincre Smith, via un document intitulé “Smith est-il un dieu ?” qu’une recherche astrologique avait montré que Smith n’était pas un homme, mais plutôt l’incarnation d’une déité.

Ayant saisi l’allusion de Crowley, le “dieu” se lança dans une pratique privée de la magie, avec finalement des résultats gratifiants semble-t-il, et ne resta le dirigeant de la loge que de nom. Bien que sa femme l’ait quitté pour Smith, Parsons resta en bons termes avec elle. Il était très occupé par les activités de l’ordre, dont la plus importante était d’envoyer de l’argent à Crowley, tant pour l’entretien minimal du vieil homme que pour le fond d’édition de l’O.T.O. Un bon pourcentage provenait de la poche personnelle de Parsons.
Aleister Crowley
Crowley, qui avait apporté sa réelle réputation à l’O.T.O. (qui était déjà bien connu des cercles maçonniques), fut la principale source d’inspiration dans la vie de Parsons. Les accomplissements du vieil homme étaient nombreux : poésie, littérature, alpinisme ; maître en jeu d’échecs et pratiquant bisexuel de magie sexuelle.

Rendu célèbre par les journalistes à scandale comme “L’homme le plus malfaisant sur Terre“, il s’était fixé comme identité principale “Grande Bête 666” dont il est question dans le livre de la “Révélation” de la Bible, tout en ne s’appuyant pas particulièrement sur cet ouvrage pour ses idées religieuses.
Selon une majorité de récits, Parsons hérita après le décès de son père (au début des années 40) d’une propriété avec dépendances au 1003 South Orange Grove Avenue à Pasadena en Californie. Au grand émoi des voisins, l’endroit devint un havre pour les bohèmes et les athées, le genre de personnes à qui Parsons aimait louer des chambres.
Le quartier général de la loge y fut transféré en lui attribuant deux pièces de la maison : une chambre (qui devint un temple bien décoré) et la bibliothèque en boiserie dominée par un immense portrait de Crowley.
Selon un récit paru à l’époque dans le Los Angeles Times, la police, suite aux rapports des voisins à propos de rituels où une femme enceinte nue sautait par neuf fois à travers un feu, vint enquêter un jour, mais Parsons les fit partir en mettant en avant ses qualifications scientifiques.

Apparition de L. Ron Hubbard

Il était, dit-on, “le plus grand humanitaire de l’histoire”.

Mais cet homme imaginatif et intelligent possédait une autre facette. Et pour comprendre la scientologie, il faut commencer par L. Ron Hubbard.

À la fin des années 40, Hubbard était fauché et couvert de dettes. Écrivain de science-fiction et de fantastique, il fut forcé pour s’en sortir de vendre sa machine à écrire pour 28,50 $.
L. Ron Hubbard
Il en fut réduit un jour à mendier auprès de l’administration des anciens combattants pour qu’ils le laissent bénéficier d’un trop-perçu de 51 $. “Je suis presque sans un sou”, écrivait Hubbard, ancien lieutenant de la Navy. Hubbard présentait aussi des troubles mentaux. À la fin 1947, il demanda aux anciens combattants de l’aider à obtenir un traitement psychiatrique.

Dans ses moments les plus privés, Hubbard s’écrivait des déclarations bizarres dans des carnets qui feraient surface quarante ans plus tard dans le tribunal de Los Angeles.
“Tous les hommes sont tes esclaves”
écrivit-il dans l’un des carnets.
“Tu peux être sans pitié dès que ta volonté est contrecarrée et tu as le droit d’être impitoyable”
écrivit-il dans un autre livre.
Hubbard était perturbé, agité et à la dérive pendant cette période peu connue de sa vie. Mais il ne perdit jamais confiance dans ses capacités d’écrivain. Il gagnait sa vie dans le passé grâce à l’écriture et il pouvait le faire à nouveau. Avant les problèmes financiers et émotionnels qui le consumèrent dans les années 40, Hubbard avait acquis un petit succès en écrivant pour divers magazines à sensation bon marché. Il se spécialisa dans les aventures violentes, les westerns, les mystères, les récits de guerre et la science-fiction. C’était un marin et un pilote de planeur expert, avec un penchant notable pour les manœuvres spectaculaires.

Malgré sa mauvaise santé et l’effondrement de sa carrière d’écrivain après la guerre, Hubbard resta une fabrique virtuelle à idées. Et sa principale idée était en train de naître. Il était fasciné depuis toujours par le phénomène du mental et les mystères de la vie. Il était expert en hypnotisme. Pendant un rassemblement d’amateurs de science-fiction à Los Angeles en 1948, il hypnotisa plusieurs personnes de l’assistance, et convainquit un jeune homme qu’il berçait un petit kangourou dans ses bras.
L’intense curiosité de Hubbard pour le pouvoir de l’esprit le poussa à établir en 1946 des rapports amicaux avec le scientifique spécialiste en fusée, Jack Whiteside Parsons. Parsons était à l’époque le protégé du sataniste britannique Aleister Crowley et il dirigeait un groupe adepte de magie noire créé d’après la célèbre loge occulte de Crowley en Angleterre.

Hubbard admirait également Crowley, et pendant une conférence en 1952, il parla de lui comme “mon très bon ami“. Parsons et Hubbard vécurent bientôt dans la vieille demeure de South Orange Grove Avenue à Pasadena. La résidence abritait un mélange étrange d’artistes bohème, de scientifiques et d’occultistes. Un petit temple en forme de dôme soutenu par six colonnes de pierre avait été érigé dans le jardin.
Aleister Crowley et L.Ron Hubbard
C’est dans ce lieu qu’Hubbard rencontra sa deuxième femme, Sara Northrup. Bien qu’elle soit amoureuse de Parsons, Hubbard ne se découragea pas. Il épousa Sara Northrup avant de divorcer de sa première femme. Longtemps avant la contre-culture des années 60, les résidents de la propriété fumaient de la marijuana et étaient adeptes d’une philosophie d’une libération sexuelle ritualiste.
Des biographes de Crowley ont écrit que Parsons et Hubbard pratiquaient de la “magie sexuelle”. Comme le cite un biographe, un Hubbard en robe chantait des incantations pendant que Parsons et sa future femme, Cameron, s’engageaient dans une relation sexuelle destinée à produire un enfant à l’intellect et aux pouvoirs supérieurs.

La cérémonie devait s’étaler pendant 11 nuits consécutives. Hubbard et Parsons se chamaillèrent finalement au sujet de la vente d’un voilier qui se termina au tribunal.

Les années suivantes, Hubbard essaya de mettre de la distance entre lui et son embarrassante association avec Parsons, le fondateur du projet gouvernemental à l’institut de technologie de Californie qui évolua ensuite en JPL (Jet Propulsion Laboratory). Parsons mourut en 1952 dans l’explosion chimique qui détruisit son laboratoire.
Hubbard soutint qu’il travaillait en secret pour les Renseignements de la marine afin de mettre fin à la magie noire en Amérique et pour enquêter sur les liens entre les occultistes et d’éminents scientifiques dans la propriété de Parsons. Hubbard disait que la mission fut une telle réussite que la maison fut rasée et le groupe de magie noire dispersé.

Mais la veuve de Parsons, Cameron, contesta le récit de Hubbard dans une brève interview pour le Times. Elle dit que les deux hommes “s’aimaient beaucoup” et “sentaient qu’ils ouvraient la voie à une force qui allait changer les choses”. Et changer les choses, ils le firent. L. Ron Hubbard allait créer l’Église de Scientologie, un chef-d’œuvre de contrôle de l’esprit.
L’Église de Scientologie est une secte malveillante et dangereuse qui se fait passer pour une religion. Son but est de gagner de l’argent. Elle pratique diverses techniques de contrôle de la pensée sur des gens attirés en son sein et prend le pouvoir sur leurs finances et sur leur vie. Son but est de leur soutirer jusqu’au moindre centime et d’en faire ses esclaves pour promouvoir ses buts malfaisants.

Jack Whiteside Parsons de son côté était membre fondateur du Jet Propulsion Laboratory de la NASA, certains le considérant comme l’un des “pères de la fuséologie” et d’autres disant en plaisantant que JPL voulait dire en fait Jack Parsons’ Laboratory, mais vous ne trouverez pas grand-chose le concernant sur les sites de la NASA. La contribution de Parsons en tant qu’ingénieur et chimiste a été quelque peu assombrie par son intérêt pour l’occulte, ce qui a conduit certains critiques à parler d’une réécriture des livres d’histoire.

Aussi bizarre que fut Parsons, cela n’a pas empêché la NASA de donner son nom à un cratère sur la face cachée de la lune. On ne peut bien sûr en fait voir la face cachée de la lune ni confirmer qu’un tel cratère existe, c’est donc bien commode.
“. . . Le programme spatial de l’Amérique doit beaucoup à la création et aux innovations de Parsons sur les fusées – et en 1972 l’Union Astronomique Internationale l’a honoré en nommant Cratère de Parsons un cratère sur la face cachée de la lune. Après avoir co-fondé le JPL – dont ses admirateurs parlent comme le “Jack Parsons’ Laboratory” – Parsons démarra Aerojet Corp., aujourd’hui le principal producteur mondial de fusées et le fabricant de propulseurs à combustible solide pour les navettes spatiales. . .”
Une autre énigme est la contribution
de Parsons au design occulte du
Pentagone
Parsons, qui prêta serment à l’antéchrist en 1949, contribua à la conception du Pentagone à l’époque où John J. McCloy était directeur de la CIA.

Ce n’est pas une coïncidence si la NASA a effacé ses réelles origines et essayé de les réécrire. Les puissants piliers de certitude scientifique censés supporter la NASA sont en fait des magiciens noirs de l’occulte. C’est probablement un petit fait trivial qui est omis dans les études scolaires actuelles.

La NASA a émergé de “l’homme qui se proclamait le plus malfaisant au monde”, Aleister Crowley, du sataniste-magicien noir- L. Ron Hubbard et son contrôle de l’esprit des masses, et du super sataniste occultiste magicien noir Jack Whiteside Parsons, le pionnier-créateur de la NASA. Deux additions plus tardives s’ajoutèrent à cette trinité contre-nature pour former l’équipe de rêve de la NASA, Wernher von Braun et Walt Disney. Tous les éléments étaient en place pour créer l’une des plus énormes fraudes financières et théologiques de l’histoire humaine – la NASA.

L'équipe gagnante des débuts

Crowley – Parsons- Hubbard
En définitive, la NASA n’a sûrement pas poussé sur de humbles fondations. C’est L. Ron Hubbard qui l’a le mieux formulé. “Vous ne vous enrichirez pas en écrivant de la science-fiction, si vous voulez devenir riche démarrez une religion“. Le destin ne manque pas d’ironie. La NASA s’est enrichie grâce à de la science-fiction et pour beaucoup de gens la NASA est une religion.

L'équipe de rêve de la NASA au grand complet

Qu’ont en commun un occultiste assermenté, fondateur du JPL et de la NASA,
un écrivain de science-fiction et fondateur de l’Église de Scientologie, un ex-nazi
devenu le spécialiste américain en fuséologie et Walt Disney, le fondateur du
royaume magique ? Oh, vous pourriez être surpris de l’étendue de leurs efforts
communs à Babylone au nom d’Horus, de Mars et des formes extraterrestres de
vie. . . oui, vous seriez vraiment surpris, c’est en fait “plus étrange que la fiction” –
et ensuite la magie, les extraterrestres, les voyages dans l’espace et la “science”
ont bien plus en commun que ce que vous pourriez le penser – et ensuite, les
américains y ont-ils beaucoup réfléchi ? Oui, vous seriez très surpris.
1. Jack Whiteside Parsons – Occultiste, magicien noir, Sataniste, dirigeant de la loge de l’Ordo Templi Orientis en Californie

2. Aleister Crowley – franc-maçon du 33ème degré, chef de l’ Ordo Templi Orientis, magicien noir, Sataniste, la Bête ‘666’

3. L.Ron Hubbard – Contrôleur de l’esprit des masses, magicien noir, sataniste, fondateur de la secte Église de Scientologie

4. Werner von Braun – Ex-NAZI, directeur du programme allemand des fusées V-2 et recruté aux US en vertu de l’opération Paperclip. Probablement le plus normal de la bande.

5. Walt Disney – Occultiste, contrôle de l’esprit des masses, magicien noir, Illuminati-pédophile, franc-maçon et membre de l’Ordre de Molay
Ordre de Molay
En tant que pierre angulaire de l’équipe de rêve de la NASA, l’adoption d’une pseudoscience a fourni le modèle qui a permis la montée et la perpétuation des spécialistes en canulars de la NASA. La NASA n’a pas eu à chercher loin son excellent exemple de pseudoscience. Les Soviétiques avaient perfectionné l’art de la pseudoscience quand les US et l’URSS se sont engagés dans la “fausse guerre froide”. La guerre froide fut pré-planifiée par la cabale des banksters Khazars-Rothschild-sionistes (la mafia Khazare) après la seconde guerre mondiale quand elle a pris le contrôle financier des deux gouvernements.

Sans surprise, les deux pays ont poursuivi ces dépenses inconsidérées et des milliards de dollars des contribuables furent déversés dans une course spatiale maçonnique mythique avec les Soviétiques. Le père de la pseudoscience fut un homme du nom de Trofim Lysenko [1878-1976, biologiste soviétique qui mena dans les années 30 une campagne scientifique agricole, connue aujourd’hui comme “lysenkoïsme”, qui combattait ouvertement la génétique contemporaine et qui dura jusqu’au milieu des années 60 en URSS ; il représente le modèle de la pseudoscience. Rien trouvé en français, voir ici en anglais] qui travailla pour le compte d’un meurtrier de masse formé par les jésuites, Joseph Staline.
Trofim Lysenko
Lysenko devint finalement la voix scientifique officielle de la Russie et aussi absurdes qu’étaient ces affirmations, ne pas être d’accord signifiait un aller simple pour le goulag. La pseudoscience n’est pas de la science, mais science et science politique se sont réunies pour générer des revenus en créant un faux dogme scientifique renforcé par un lavage de cerveau répété.

La NASA a bien étudié le lyssenkisme et a trompé le monde avec ses tours de passe-passe. Mais grâce à internet, nous avons l’occasion de rattraper notre retard et d’analyser réellement ce qui nous a été montré et dit sur l’omniscient portail vers les étoiles – la NASA.
Lysenko avec Staline
La NASA incarne actuellement une entité militaire maçonnique contrôlée qui agit comme le seul gardien de l’information sur le cosmos et la place que nous y occupons. Penser que les origines occultes de la NASA n’ont pas été affinées par la franc-maçonnerie est d’une naïveté certaine.
De vastes industries contrôlées par la mafia khazare se sont greffées autour de la NASA et le complexe militaro-industriel. Prenez un petit échantillon des entreprises majeures en aérospatial et du département de la défense pour l’année 2014, regardez les principaux actionnaires et cherchez quatre institutions, Vanguard Group, BlackRock Advisors LLC ; Fidelity ou State Street Corp. 80 % environ de l’industrie est détenue par ces filiales khazares-Rothschild. Regardez rapidement les divers fonds d’investissement et vous verrez les quatre mêmes sociétés.

Raytheon, Boeing, Northrup Grumman, General Dynamics Corp, General Dynamics, United Technologies Corp, sont quelques-unes que vous connaissez peut-être. Sans doute, des centaines d’autres entrepreneurs existent.
Raytheon — Vanguard, BlackRock et State Street Corp.
Les maçons de la NASA prélèvent des milliards de dollars aux contribuables, uniquement pour les redistribuer aux sociétés khazares-Rothschild et à leurs filiales du complexe militaro-industriel. Le niveau de compartimentage parmi ces sociétés interconnectés est si important que toutes existent sur le principe de nécessité absolue, ce qui veut dire que seul le sommet de la structure connaît le but final désiré. Toutes les autres sont virtuellement gardées dans l’ignorance, ce qui est exactement du goût de la NASA. La NASA constitue le plus grand “trou noir” jamais découvert créé spécialement sur le plan financier. La NASA est la reine des “opérations secrètes” avec des capacités technologiques et militaires avancées totalement inconnues des civils. Des milliards de dollars ont été détournés par la NASA et sont ré-alloués à d’autres usages infâmes par la mafia khazare.

En contrepartie de notre obéissance et de notre crédulité, nous avons droit à une fausse saga de conte de fées sur le cosmos, dirigée et produite par Hollywood pour une fraction du coût réel. Il est certainement plus profitable de simuler que de faire. La frontière entre Hollywood et la NASA est virtuellement indistinguable pour l’observateur extérieur.
Hollywood a encaissé à flots et elle perpétue la vénération de la NASA par d’inépuisables films de science-fiction spatiale. Ne soyez pas surpris de trouver les mêmes actionnaires majoritaires des grandes compagnies hollywoodiennes et les mêmes filiales telles que Disney, Comcast, MGM, Time Warner, Dreamworks, et Sony Entertainment. Allez faire de nouveau votre recherche et vous trouverez ces sociétés, Vanguard Group, Fidelity, BlackRock LLC et State Street Corp, qui sont les actionnaires majoritaires et ainsi Hollywood devient de facto une machine de propagande pour la NASA. La majorité des médias de masse est également contrôlée par la mafia khazare et il ne se passe quasiment pas de jour sans qu’un article soit écrit vantant les incroyables exploits de la NASA et sa quête pour la vie dans le vide spatial. Un problème, ce n’est que de la foutaise !
Disney — Vanguard, BlackRock et State Street Corp
Dépenses de la NASA depuis 1958 [à voir ICI, cliquez ensuite sur l’image pour l’agrandir]

Comme vous pouvez le voir sur le tableau, le financement a démarré en 1958 et se poursuit jusqu’à nos jours. Vous ne tiendrez pas compte de 2009 et au-delà car ce sont des estimations mais l’évolution des dépenses concorde. Si on fait le total des chiffres, c’est une sacrée somme d’argent. Le budget estimé pour 2015 est de 17,5 milliards de dollars et en retour nous avons. . .
WASHINGTON – Budget NASA 2015 : préparation de nouvelles missions scientifiques majeures astrophysiques et planétaires.

- Étude d’un télescope infrarouge à large champ
- Observatoire d’énergie noire et des exoplanètes
- Nouveau prototype de Mars rover
- Premiers travaux sur la mission robot de la lune Europe de Jupiter
- Système de lancement spatial d’une fusée de transport lourd et de la capsule Orion
- Études de la mission Europa
- Mission de réalignement aux astéroïdes proposée par la NASA
- Télescope spatial James Webb
Si vous n’êtes pas sûrs que ces dépenses de la NASA soient justifiées, vous pouvez jeter un œil sur cette petite publication de poche [un PDF de 215 pages ! Allez regarder même si en anglais] nommée NASA Spinoff [produits dérivés de la NASA]. Spinoff introduit des sociétés qui se servent de “la technologie aérospatiale produite par la NASA, reconnue comme ayant contribué en totalité ou en partie à des améliorations”.

Vous pouvez aussi aller sur le magasin de la NASA et acheter toutes sortes de trucs ! [à voir pour rigoler]
“L’image de marque” et le marketing des produits de la NASA ou les produits sponsorisés par la NASA sont trompeurs au plus haut point. S’il y a la marque “NASA” dessus, c’est forcément bien. Dans le Spinoff, la technologie NASA a contribué aux biens du consommateur, à la sécurité publique, à l’énergie et l’environnement, à la productivité industrielle et à bien d’autres choses encore. Je veux juste dire par là que vous réfléchissiez à deux fois si vous achetez un lave-linge avec une nouvelle fonctionnalité créée par une technologie NASA conçue dans l’espace. C’est obligatoirement le top, n’est-ce pas ?

Fraude n°2 - La fraude des missions Apollo

« C’est une croyance répandue que l’homme volera un jour directement de la Terre vers la Lune, mais pour faire cela, nous aurions besoin d’un véhicule aux proportions tellement gigantesques qu’il se trouverait être une impossibilité économique. Il faudrait qu’il développe une vitesse suffisante pour pénétrer l’atmosphère et s’affranchir de la gravité terrestre et, ayant effectué le trajet jusqu’à la Lune, il devrait avoir encore assez de carburant pour alunir en toute sécurité et effectuer le trajet de retour vers la Terre. De plus, afin de permettre à l’expédition une marge de sécurité, nous n’utiliserions pas un seul vaisseau, mais au moins trois … chaque fusée serait plus grande que l’Empire State Building de New York [380 m] et pèserait près de dix fois le tonnage du Queen Mary, soit environ 800.000 tonnes. »
Wernher von Braun
père du programme spatial Apollo, dans son livre Conquête de la Lune (source)
On reviendra plus loin sur le thème des missions Apollo avec l’étude de Jack White sur les photos dites “lunaires”
Pour rendre crédible les voyages interstellaires, la NASA a été créée. Le programme spatial Apollo imposait l’idée que l’homme pouvait voyager vers la lune et y poser le pied . Toutes les missions Apollo ont été soigneusement répétées et ensuite filmées sur de larges et solides scènes sur un site de tests top secret de la commission à l’énergie atomique dans le désert du Nevada et sur une scène sécurisée et gardée de Disney, où se trouvait une maquette à très vaste échelle de la lune.
– William Cooper
Les alunissages Apollo sont aujourd’hui parfaitement démythifiés et on savait depuis le début qu’ils étaient technologiquement impossibles. Un peu de recherche suffit pour comprendre l’absurdité de la situation. Il a aussi été prouvé au-delà de tout doute que le célèbre réalisateur Stanley Kubrick a été embauché pour simuler les alunissages Apollo en raison de ses avancées technologiques avec la projection sur écran frontal comme dans 2001 l’Odyssée de l’espace.
L’analyse par le Pr Oleg Oleyniks de la parallaxe stéréoscopique des supposées photos de la lune confirment l’usage d’une projection par écran frontal.
Vous êtes-vous jamais demandé pourquoi il n’y a jamais eu virtuellement de films réalisés sur les alunissages ? Le plus grand accomplissement et exploit de l’humanité n’a jamais été commémoré par Hollywood. Désolé, ce n’est pas une coïncidence. Seuls deux films sur les missions Apollo ont été faits. “L’étoffe des héros” et “Apollo 13

Aucun des deux ne présente de scène sur la lune. La raison en est simple. Les séquences lunaires d’Hollywood paraîtraient si réalistes qu’elles jetteraient un doute sur les images originales d’Apollo.
Il y a aussi le film Capricorn One créé en 1977 avec James Brolin, Sam Waterson et O.J. Simpson. Le scénario du film a pour thème une mission simulée vers Mars tournée en studio et supposée réelle pour le public. À la fin les responsables sont pris et le canular révélé. C’est une collaboration NASA-Hollywood-CIA servant à démythifier les sceptiques d’Apollo. La CIA a créé le terme “théoricien de la conspiration” pour contrer les sceptiques du Rapport Warren sur l’assassinat de JFK.

Voici une vidéo (en anglais, à traduire avec le lecteur) qui montrent clairement que les missions Apollo étaient un canular.
Une autre vidéo ajoutée sur l’incohérence de ces phrases d’Aldrin pendant une conférence. (vidéo sous-titrée en français)
Allez consulter aussi l’étude approfondie de l’imagerie Apollo par l’analyste de photos, Jack White [et cliquez sur chaque petite photo pour son étude. Il y aura un autre article de lui plus loin]. Par ailleurs, l’argument-massue du canular Apollo fut l’annonce que la NASA avait perdu toutes les boîtes de photos d’Apollo 11, les séquences vidéo et les données de télémétrie. Comment cela est-il possible ? Ce genre de choses ne se produit que si c’est intentionnel, ces artefacts étaient beaucoup trop importants pour qu’on s’en occupe avec autant de négligence.
L’exploration lunaire s’est arrêtée parce qu’il était impossible de poursuivre le canular sans être découvert. Et bien entendu ils se sont trouvés à court d’épisodes pré-filmés. Personne n’est monté plus haut que 500 km, au maximum, au-dessus de la surface terrestre. À cette altitude ou en dessous, les astronautes sont en-deçà de la ceinture de radiations de Van Allen et cette ceinture les protège des radiations extrêmes qui emplissent l’espace. Personne n’a jamais été mis en orbite, jamais aluni ou marché sur la lune dans un quelconque programme spatial rendu public. Si l’homme était vraiment allé un jour sur la lune, cela a été fait en secret et avec une technologie tout à fait différente.
Les énormes radiations rencontrées dans la ceinture de Van Allen, les radiations solaires, les radiations cosmiques, les éruptions solaires, le contrôle de la température et bien d’autres problèmes en lien avec le voyage spatial empêchent les organismes vivants de quitter notre atmosphère avec notre niveau de connaissance technologique. Tout collégien intelligent avec un livre des bases de la physique peut prouver que la NASA a simulé les alunissages Apollo. Ici la NASA admet par mégarde le danger de la ceinture de radiations de Van Allen et devra mettre toute sa technologie de pseudoscience pour le démontrer [l’auteur de l’article fait allusion à la vidéo ci-dessous où un type de la NASA explique qu’on ne peut pas envoyer un équipage dans la capsule Orion en raison du danger des radiations de la ceinture de Van Allen]. Pourquoi la ceinture de Van Allen est-elle problématique maintenant ? Le problème n’a-t-il pas été résolu avec les missions Apollo ?

Un ingénieur de la NASA admet qu'ils ne peuvent pas aller au-delà des ceintures de Van Allen

Echelle réelle de la distance Terre – Lune
Vision réelle de la Lune depuis la Terre avec Google Earth

Fraude n° 3 – La Station Spatiale Internationale (ISS)

La station spatiale internationale, tout comme ce qui nous a été apporté par la NASA, est un canular franc-maçon, une complète fabrication réalisée avec des effets spéciaux, des maquettes, des piscines, des avions à zéro gravité et divers trucs cinématographiques. La vidéo expose les points-clé des preuves du canular et détruit exactement la manière de créer et conserver l’illusion.
Ensuite on trouve la brochure officielle d’utilisation de l’ISS et la brochure de l’ONU qui parlent de l’étonnant futur qu’apporteront à l’humanité les expériences menées sur l’ISS et l’exploration de l’espace. Il n’y a pas de Station Spatiale Internationale, tout est fait en studio. La navette spatiale est un autre gaspillage qui coûte 209 milliards de dollars aux contribuables américains et plus de 100 milliards pour l’ISS bien que les estimations varient.
Vous seriez stupéfaits par toutes les réalisations et expériences menées sur l’ISS.

L’ISS fête ses quinze ans de présence humaine “dans l’espace”, comme l’annonce un article de Romandie News (lire ici).

Voici cinq courtes vidéos VOSTF (ne figurant pas dans l’article original) qui expliquent certaines impossibilités techniques de l’ISS (Merci à ce Blog pour le sous-titrage)
Pour simuler l’absence de gravité, il n’est pas difficile de tourner des séquences de l’ISS dans un avion à zéro-G (la NASA en parle en 2004 pour son “programme de gravité réduite”), comme le montre cette vidéo :

Fraude n°4 – Le canular de la catastrophe de la navette spatiale Challenger

La catastrophe du Challenger est un autre canular franc-maçon perpétré sur le peuple américain. Mais cette catastrophe ne s’est-elle pas produite le 28 janvier 1986 quand la navette spatiale Challenger de la NASA a explosé après 75 secondes de vol, entraînant la mort de ses sept membres d’équipage ?

Non, seule une maquette légère et vide d’une navette, propulsée par des fusées externes, fut envoyée pour impressionner des spectateurs ébahis et on l’a fait exploser. Quel foirage ! Mais la NASA pouvait faire face ! Ils ont recyclé les astronautes “non-morts (sic) en frères et sœurs des morts ou autres liens de famille. La sécurité nationale, vous savez ! Les bonnes nouvelles sont donc qu’au moins 6 des 7 américains sont toujours en vie en 2015 – juste trente ans plus vieux. Vous pouvez en voir six d’entre eux ci-dessous :

Fraude n°5 – Des francs-maçons dans l'Espace

Parmi les francs-maçons confirmés, on trouve John Glenn, Gordon Cooper, Edgar Mitchell, Buzz Aldrin, Donn Eisele, Gus Grissom, James Irwin, Walter Shirra, Thomas Stafford, Paul Weitz. Ce sont les seuls astronautes affirmativement identifiés comme francs-maçons. Ce qui n’inclut manifestement pas ceux qui travaillent dans les coulisses de la NASA et il y en a beaucoup.

Conclusion de la première partie

Nous avons maintenant cinq faits de fraude et de tromperie de la NASA. Comme je l’ai déclaré en introduction, LA FRAUDE CORROMPT TOUT CE QU’ELLE TOUCHE !!!

Plus ennuyeux est le fait que la NASA serve d’outil irréfutable à une cabale pour déconnecter les gens de la compréhension de leur conscience de soi, de leur vrai pouvoir et de leur importance. La NASA nous a dit que nous n’étions que l’une des quadrillions de planètes orbitant des centaines de milliards d’étoiles dans des milliards de galaxies et dans de possibles multivers illimités. En essence, nous sommes un grain de poussière sur une tête d’épingle tourbillonnant dans une tornade. Notre existence est une pure chance et s’est formée à partir de rien avant l’arrivée du big bang. Je m’oppose avec véhémence à ce discours.

Le meme en cours selon lequel la conscience, la vie et tout ce que nous vivons n’est qu’une “parfaite” série d’accidents et que les coïncidences ont remplacé la véritable compréhension de notre divinité. C’est une énorme tromperie commise par la cabale pour aider à contrôler la majorité de la planète et défendre son édifice de pouvoir. Ceux qui contrôlent ont tenté de nous couper de la compréhension que nous humains ne sommes pas sortis d’un débordement primordial qui est devenu soudain conscient. L’espèce humaine est la création la plus intelligente de créateurs intelligents, nous ne le savons tout simplement pas. Comme l’a souligné le Pr Robert Lanza dans Biocentrisme, seule la conscience peut engendrer la matière et la conscience est une structure qui emplit un vide qu’on nomme espace.
© Traduit par BistroBarBlog
Les Racines Occultes de la NASA partie1
0
Criterion 1
note finale (0 votes) 0
Nombre d'évaluation Laisser votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une évaluation.

Verifié
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Afficher plus
{{ pageNumber+1 }}
Laisser votre évaluation

Pin It on Pinterest

Partages
PARTAGER
dd8ee13222eb3ef33ab6811d965d9cb4\\\\\\\\\\\\