Le film « Alice au pays des merveilles » est utilisée pour symboliser les esclaves MK-Monarch qui sont utilisés comme prostitués ou esclaves sexuels (voir Contrôle mental Monarch).

Alice au pays des merveilles est nommé d’après « les aventures d’Alice au pays des merveilles », écrit par Charles Dodgson sous le pseudonyme de Lewis Caroll. C’est l’une des œuvres les plus mystiques et les plus surréelles de la littérature, et il est utilisé comme livre de référence dans la sorcellerie pour créer des esclaves monarch. « Au pays des merveilles » se réfère à l’état dissociatif permanent dans lequel les esclaves MK-Monarch vivent.

La mascotte d’Alice au pays des merveilles est le lapin et les miroirs.

Dans le livre, le lapin blanc représente le gestionnaire/programmeur d’Alice, et « descendre dans le trou du lapin » est une métaphore pour la sodomie, qui est utilisé en partie dans l’abus rituel de l’esclave pour provoquer la dissociation avant que les démons soient invoqués pour posséder l’esclave Monarch. Ces démons contrôlent tous les aspects de l’esclave et deviennent leurs personnalités alter.

Alice suit le Lapin blanc

Jetons un coup d’œil à la façon dont ces esclaves sont présentés :

Playboy magazine utilise la publicité Beta Kittens (chatons). (Les magazines ont un double objectif. Ils servent de matérialisme inconscient pour les masses, et une cravate d’esclave MK-Monarch pour illuministes sans visage dans le monde entier) :

Il s’agit d’un magazine américain destiné plus aux hommes qui présente des photographies de femmes nues. Il a été fondé à Chicago en 1953 par le franc-maçon Hugh Hefner et ses associés. Playboy est l’une des marques les plus connues au monde, et en plus du magazine phare aux États-Unis, des versions nationales spécifiques de Playboy sont publiées dans le monde entier.

Pamela Anderson sur la couverture du magazine Playboy de janvier 2007, la 11ème fois qu’elle est apparue dessus (Pam a été sur sa couverture 13 fois). Notez le signe du dollar $ sur l’entrejambe de sa culotte — un message à ceux qui savent que Pam est disponible comme une esclave sexuelle pour un prix.

La mascotte emblématique et durable de Playboy est un profil stylisé d’un lapin portant une cravate de smoking, appelée « Mr Playboy ». Une blague courante dans le magazine implique de cacher le logo quelque part dans l’art de la couverture ou de la photographie.

Dans une interview, Hefner a expliqué son choix d’un lapin comme logo de Playboy à la journaliste italienne Oriana Fallaci.

Le lapin, en Amérique a une signification sexuelle; Et je l'ai choisi parce que c'est un animal frais, timide, vivace, sautant — sexy. D'abord il vous sent, puis il s'échappe, puis il revient, et vous avez envie de le caresser, de jouer avec lui. Une fille ressemble à un lapin. Joyeux, plaisantant. Considérez la fille que nous avons rendue populaire: la Playmate du mois. Elle n'est jamais sophistiquée, une fille que vous ne pouvez pas vraiment avoir. Elle est une fille jeune, saine et simple — la fille d'à côté... Nous ne sommes pas intéressés par la femme mystérieuse et difficile, la femme fatale, qui porte des sous-vêtements élégants, avec de la dentelle, et elle est triste, et quelque part mentalement sale. La fille Playboy n'a pas de dentelle, de sous-vêtements, elle est nue, bien lavé avec du savon et de l'eau, et elle est heureuse.

Oriana FallaciLOOK magazine, 10 janvier 1967

Ces « Playmates » sont des esclaves Monarch :

Linda Beatty sur la couverture du magazine Playboy de août 1976

Couverture pour le magazine Playboy de Juin 1967, mettant en vedette le lapin blanc / maître gardant un œil attentif sur l’esclave sexuelle.

Le lapin blanc / gestionnaire présentant ses esclaves sexuels (Deanna Baker, Lenna Sjooblom, Ellen Michaels, Linda Summers et Marilyn Cole) sur la couverture Playboy de janvier 1973.

Ensuite, nous avons la Playboy Bunny, une serveuse au Playboy Club. Les clubs de Playboy étaient à l’origine ouverts de 1960 à 1988. Le club a rouvert dans l’hôtel Palms à Las Vegas de 2006 à 2012. Les Bunnies-girls portaient un costume appelé « costume de lapin », inspiré du logo de lapin Playboy en smoking, composé d’un corset, des oreilles de lapin, un collier, des poignets et un coton moelleux.

Hefner et deux lapines au Playboy Mansion

Le traitement de Playboy Bunnies a été exposé dans une pièce écrite par Gloria Steinem et réimprimé dans son livre de 1983 « Actes scandaleux et Rébellions quotidiennes ». L’article, publié en 1963 dans Show magazine sous le titre « A Bunny’s Tale » ( Un conte de lapin) (publié en deux parties, Partie I et Partie II). Détaille comment les femmes ont été traitées aux Clubs — les conditions de travail exploitables des Bunnies (Lapines) et les exigences sexuelles qui en résultaient, et qui contournaient la loi.

Certaines de ces « Bunnies » sont aussi des esclaves.

Le Playboy Mansion est la maison de Hefner à Los Angeles, en Californie, où il aime faire des fêtes dégoûtantes / orgies, et où il vit avec un certain nombre de femmes à la fois. Le manoir dispose de 22 chambres, dont une cave à vin, une salle de jeux, un zoo et une cage d’oiseaux, un cimetière pour animaux de compagnie, des courts de tennis, une cascade et une piscine — dont une terrasse et un barbecue, une grotte, un sauna, une salle de bains et une maison de jeux avec deux chambres équipées d’un lit, d’un miroir de plafond et d’un téléphone.
Son image de séducteur et bon vivant a beaucoup contribué au succès de la marque Playboy.

Les Esclaves Bunnies/Playmates/Sexuels :

Paris Hilton

Kate Moss, photographiée par Mert Alas et Marcus Piggott pour le numéro double de Janvier / Février 2014 du magazine Playboy, en l’honneur du 60e anniversaire du magazine.

Deanna Brooks, playmate du mois de mai 1998

Arnold Schwarzenegger sur la couverture du magazine Playboy [Japon] en janvier 2004

Jean Parker et Mary Carlisle vers les années 1930

Danielle Lloyd à une fête de thé « Chapelier fou » en 2012 pour Asda BBC dans la campagne « Enfants dans le besoin »

Kimberly Wyatt à une fête de thé « Chapelier fou » en 2012 pour Asda BBC dans la campagne « Enfants dans le besoin »

Rihanna dans sa vidéo musicale pour la chanson S & M

Madonna au Gala de l’Institut de costumes, qui s’est déroulé au Metropolitan Museum of Art le 4 mai 2009 à New York

Vidéo de la chanson de Nicki Minaj, Pills N Potions, qui est la première piste de son prochain album, The Pink Print

Carmen Electra qui a gagné la gloire sur les pages Playboy

Kim Kardashian sur la couverture de Playboy de décembre 2007

Bruce Willis

La Toya Jackson sur la couverture du magazine Playboy de mars 1989; La boucle d’oreille en diamant symbolise les démons qui la possèdent. La forme d’étoile représente Satan ~ l’étoile est une métaphore pour l’ange

Drew Barrymore sur la couverture du magazine Playboy de janvier 1995. Drew a soulevé son T-shirt pour révéler un tatouage de papillon sous son nombril, symbolisant sa possession démoniaque MK-Monarch

Jessica Rabbit, dont le mari Roger Rabbit est son gestionnaire / agresseur

Katy Perry comme Jessica Rabbit

Goldie Hawn sur la pochette du magazine Playboy édition de janvier 1985

Goldie porte des hauts talons rouges. Dans Le Magicien d’Oz (1939), les souliers de rubis de Dorothy sont les clés pour le déverrouillage de stargates. Depuis que Dorothy découvre qu’elle n’était plus au Kansas, tout ce qu’elle voulait c’était rentrer chez elle. C’est le point de sa quête. À la fin du film, elle revient finalement à la maison. Son retour est par le même tourbillon de porte d’argent qui l’a amenée au sous-monde d’Oz. Son transit nécessite l’utilisation des souliers de rubis magiques et quelques mots magiques dans un rituel où Dorothy est assistée par Glinda la Bonne Sorcière du Nord. C’est la sorcellerie qui ouvre la stargate, avec un artefact ancien.

Sam Faiers en tant qu’Alice au pays des merveilles aux côtés du chapelier fou et de la Reine des cœurs (tous les deux représentent des démons), photographié par Anna Michell pour le numéro de juillet 2014 du magazine HOT HOT

Thylane Loubry, 10 ans, photographiée par Sharif Hamza pour le numéro de décembre 2010 / janvier 2011 de Vogue Paris.

Anna Nicole Smith sur la couverture du magazine Playboy de février 2001. Anna porte des diamants, symbolisant les démons qui la possèdent.

Jessica Biel en tant que Jessica Rabbit dans un sketch le samedi soir en live

Jessica Stam dans un photoshoot de l’édition d’avril 2015 de Numéro China; Le lapin représente le gestionnaire / programmeur.

Les ballons symbolisent l’esclave Monarch comme un navire ou un récipient pour recevoir les démons qui les possèdent.
Étymologie du ballon :
(Chimie) Un vaisseau rond, généralement avec un cou court, pour tenir ou recevoir ce qui est distillé; Un récipient en verre de forme sphérique.
Les boissons alcoolisées telles que le brandy, le whisky, le rhum ou l’arak appellent les esprits et sont obtenus par distillation du vin – les démons sont des esprits.

L’horloge fait allusion au Lapin Blanc qui est obsédé par le temps et qui a mené Alice dans le trou du lapin dans la dissociation – psychopompe transitant par la stargate :

Robbie Williams dans le clip de You Know Me, où il écoute de la musique et commence à dériver (la musique incessante est utilisée pour dériver les esclaves monarch insensés, puis ils sont drogués (dissociation) et rituellement sodomisés pour que les démons les possèdent.

Whitney Houston dans le clip vidéo pour I’m Your Baby Tonight. Notez le miroir circulaire à droite, les spirales (dénotant la descente dans la folie) de chaque côté de la fenêtre, et le plancher à damier signifiant dualité.

Whitney se dirige vers le miroir – la main de l’autre côté représente les démons qui ont été invoqués pour la posséder, qui deviennent les personnalités alter.

Whitney et son alter se reflètent mutuellement contre le miroir, symbolisant la dualité: les démons imitent la voix d’un esclave monarch et ses manières, ils volent l’identité de l’esclave.

Whitney passe à travers le miroir dans le pays des merveilles – symbolisant son être subjugué par la drogue après de devenir folle, puis être possédé par des démons qui la lient spirituellement.

Morten Harket dans le clip vidéo du single Take-On de A-ha.

Morten est emprisonné à l’intérieur d’une bande dessinée – Pays des merseilles / dissociation, après avoir été rendu fou et possédé par les démons qui le lient spirituellement.

Une fille dans un café la lisant tombe en amour avec lui et parvient à entrer dans son monde – la fille représente le démon qui possède Morten et « entre dans son monde » ou son corps.

Morten est pris au piège « à travers le miroir », symbolisant sa dissociation ou sa folie.

La jeune fille s’échappe ensuite dans le monde réel – après les démons possèdent l’esclave, imitent leur voix et les manières. Et volent l’identité des esclaves; Ils sont ceux qui interagissent avec le monde extérieur.

La possession démoniaque de Morten Harket.

Morten tente de se libérer de la possession démoniaque et de quitter le monde fantastique / dissociation / Pays des merveilles en se jetant contre les murs

Il est drogué et subjugué, rituellement sodomisé pour que les démons invoqués le possèdent, puis il revient à son ancien état de dissociation.

Ekaterina Volkova, photographié par Timur Artamonov pour Elle Russie en mars 2010

Amanda Seyfried, photographiée pour Vogue Italia juillet 2002

Les flamants roses sont utilisés pour symboliser Alice au pays des merveilles. Les anciens Egyptiens considéraient cette créature comme une représentation vivante de leur dieu Ra. Ra est Satan, qui est derrière le mal des esclaves Monarch.

Beyoncé dans le clip Party

Selena Gomez dans le programme de protection des princesses de Disney

Demi Lovato, photographié pour la revue Complex en octobre 2015

Amanda Seyfried jouant au flamingo croquet, photographié par Mark Seliger pour le magazine Vogue Italia

Catherine Deneuve, photographiée par David Bailey pour le magazine Vogue en 1968

  • 12
odio in Lorem vel, sed libero

Partager avec un ami