Histoire de la Franc-Maçonnerie

L’histoire de la franc-maçonnerie se divise en trois phases. Tout d’abord, l’apparition de loges organisées, se constituant en groupes de maçons opératifs (bâtisseurs au Moyen Âge, qui édifièrent, entre autres, les cathédrales), puis l’admission de membres spéculatifs, et enfin l’évolution des loges devenant purement spéculatives (philosophique), et l’émergence des Grandes Loges. Le grand tournant dans ce processus est généralement considéré comme la formation de la première Grande Loge de Londres en 1717. Les deux difficultés auxquelles sont confrontés les historiens sont le manque de documents écrits, jusque dans le XIX siècle, et la désinformation générée par les maçons et non-maçons.

La théorie la plus répandue pour expliquer les origines de la Franc-maçonnerie, provenant d’une école d’historiens datant du xviiie siècle, aujourd’hui très controversée, remontent en 1337 à l’époque de la Guerre de Cent Ans. Cette théorie, reconnue par l’obédience maçonnique du Droit Humain, considère la Compagnie des Maçons de Londres exerçant le contrôle du métier dans la ville comme première organisation maçonnique. D’autres organisations maçonniques font aussi leur apparition en Écosse au xvi siècle avec la première juridiction écossaise permanente du métier en 1475 sous la forme d’une charte d’Incorporation. En 1598, que William Shaw, Maître des ouvrages du Roi et Surveillant général de l’Incorporation des Maçons, publie les Anciens Devoirs qui introduisent le terme de “loge”, chargée contrôler l’entrée des apprentis et leur accès au rang de Compagnon, de régler les différents et punit les manquements au règlement. Ces “Devoirs” incluent aussi une partie mythique faisant remonter l’histoire franc-maçonne jusqu’à l’Antiquité.
La Franc-maçonnerie est officiellement devenue spéculative en 1717 à Londres sous l’influence du pasteur écossais James Anderson et de son ami proche le physicien Isaac Newton, membre de la Royal Society.

Mais plusieurs autres hypothèses s’opposent. Certaines prônant une transition pendant laquelle les maçons auraient commencer à accepter les étrangers dans le métier ou d’autres proposant que le lien entre les maçons opératifs et spéculatifs n’était que nominal.

La franc-maçonnerie fait son apparition en France au début du xviiie siècle siècle en ne touchant d’abord que l’aristocratie. La plupart des grand maîtres sont des immigrés britanniques. À partir de 1740 la Maçonnerie va commencer à diffuser dans toute la France.

Origine du Terme

Le mot vient de franc (libre) et de maçon. Il est calqué sur sa traduction anglaise freemason, composé de free (libre) et mason (maçon). Ce terme anglais remonte au xiv siècle siècle et désignait des maîtres bâtisseurs très qualifiés.

Les premiers documents officiels anglais faisant référence aux maçons sont écrits en latin ou en normand comme “sculptores lapidum liberorum” (Londres, 1212), “magister lathomus liberarum petrarum” (Oxford, 1391), et “mestre maçon de franche peer” (Statut des travailleurs, 1351). Toutes ces expressions signifient un tailleur en pierre, de grès ou de calcaire. Dans les archives de la construction du Wadham College au xviie siècle siècle les mots francs-maçons (freemasons en anglais) et pierre de taille (freestone en anglais) ont le même sens. Le mot franc-maçon contraste aussi avec “Rough Mason”, désignant un tailleur de pierre peu expérimenté.

L’adjectif «franc» dans ce contexte, peuvent également sous-entendre que le maçon n’est pas asservi, sous contrat ou lié féodalement. Bien que ceci devait être rare chez les maçons médiévaux anglais, cela devint apparemment important de loges écossaises opératives.

LES RITES

Un Rite Maçonnique est un ensemble cohérent de Rituels et de pratiques Maçonniques.

ORIGINE DES RITES MAÇONNIQUES

Au xvii siècle, les rituels maçonniques, beaucoup plus simples que ceux du siècle suivant, n’étaient pas censés être écrits et n’étaient jamais imprimés. Ils ne sont plus connus de nos jours que grâce à un très petit nombre de notes manuscrites ayant échappé à la règle et au temps, ainsi que par quelques anciennes divulgations. L’étude de ces documents montre qu’ils évoluèrent assez considérablement au fil du temps.

Au xviii siècle, après la réorganisation des pratiques consécutive à la fondation des premières Grandes Loges, les Ancients et les Moderns pratiquent de nouveau des rituels assez similaires, qui ne se distinguent que par un assez petit nombre de points remarquables, tels que la place de certains éléments symboliques, la manière de transmettre les mots de passe, ou une référence plus ou moins importante à la religion chrétienne.

Cependant, dès les années 1740, on voit apparaître de nouvelles divergences, à côté des rituels traditionnels des trois premiers degrés, sous la forme de plusieurs centaines de rituels de degrés additionnels dits de « hauts grades » dont beaucoup n’étaient que des variantes les uns des autres, ou restèrent à l’état de projets, ou ne furent en réalité jamais vraiment pratiqués. Cette multiplication des rituels maçonniques aboutit à diverses initiatives visant à normaliser les pratiques et à les rassembler en ensembles cohérents et stables : les rites maçonniques.

LISTE DE RITES MAÇONNIQUES

Les rites maçonniques aujourd’hui les plus répandus à travers le monde sont :

Le Rite d’York (principalement aux États-Unis)
Le Rite émulation (principalement au Royaume-Uni et dans les anciennes colonies britanniques)
Le Rite écossais ancien et accepté (dans le monde entier, surtout en ce qui concerne son système de hauts grades maçonniques)
Le Rite français (principalement en France, au Brésil, et en Europe continentale).

Tous les autres ont une diffusion beaucoup plus limitée. Beaucoup sont même désormais éteints.

Le Rite des Anciens Devoirs
Le Rite du Mot Maçon
Le Rite standard d’Écosse
Le Rite des Moderns
Le Rite des Antients
Le Rite d’adoption
Le Rite suédois
Le Rite du Royal Secret
Le Rite de Misraïm
Le Rite de Memphis
Le Rite de Memphis-Misraïm
Le Rite canadien
Le Rite philosophique italien
Le Rite opératif de Salomon
Le Rite écossais primitif
Le Rite écossais rectifié
Le Rite Swedenborg
Le Rite de Schroeder
La Stricte observance templière
Les Ordres de Sagesse
Le Rite des philalèthes

LES OBÉDIENCES

Depuis son origine, la franc-maçonnerie est organisée en loges, qui sont ses groupes fondamentaux, les seuls qui disposent du pouvoir essentiel en franc-maçonnerie : celui d’initier de nouveaux membres.
Depuis le début du xviiie siècle, ces loges sont elles-mêmes le plus souvent regroupées en fédérations de loges appelées obédiences (du latin obedire, « obéir »), qui prennent le plus souvent les titres de :

Grande Loge (terme originaire d’Angleterre, le plus fréquent)
Grand Orient (terme originaire de France, moins répandu dans le monde)
ou d’autres, plus rares.
LOGES, OBÉDIENCES & RITES MAÇONNIQUES
GRANDES LOGES & GRANDS ORIENTS
LOGES INDÉPENDANTES, SAUVAGES OU CLANDESTINES

OBÉDIENCES FRANÇAISES

En 2013, on compte environ 170 000 adhérents aux diverses Loges Maçonniques…
LES OBÉDIENCES EN FRANCE NE SE RECONNAISSENT PAS TOUTES ENTRE ELLES MAIS LEURS MEMBRES, INDÉPENDAMMENT DES NUANCES VOIRE DES DIVERGENCES DE LEURS OBÉDIENCES, SE RECONNAISSENT LE PLUS SOUVENT ENTRE EUX COMME FRÈRES ET SŒURS.
Grand Orient de France - 1250 loges - 52 000 membres
Grande Loge de France - 850 loges - 34 000 membres
Grande Loge de l’Alliance maçonnique française - 680 loges - 15 600 membres
Grande Loge nationale française - 600 loges - 26 000 membres
Le Droit Humain - 670 loges - 17 000 membres
Grande Loge féminine de France - 370 loges - 14 000 membres
Grande Loge traditionnelle et symbolique Opéra - 250 loges - 4500 membres
Grande Loge mixte de France - 188 loges - 4500 membres
Grande Loge mixte universelle - 70 loges - 2000 membres

OBÉDIENCES ANGLAISES

LA FRANC-MAÇONNERIE MODERNE, DITE PARFOIS « SPÉCULATIVE » PAR OPPOSITION À LA MAÇONNERIE DE MÉTIER DITE « CORPORATIVE » OU « OPÉRATIVE », EST NÉE EN GRANDE BRETAGNE, PLUS PRÉCISÉMENT EN ÉCOSSE ET EN ANGLETERRE, AVANT DE S’ÉTENDRE TRÈS RAPIDEMENT, AU DÉBUT DU XVIII SIÈCLE, À TOUTE L’EUROPE PUIS, PRINCIPALEMENT PAR L’INTERMÉDIAIRE DES COLONIES EUROPÉENNES, À L’ENSEMBLE DU MONDE.
Grande Loge unie d’Angleterre - 8320 loges - 600 000 membres
Grande Loge d’Écosse - 1800 loges - 150 000 membres

OBÉDIENCES AMÉRICAINES (USA)

La franc-maçonnerie aux États-Unis est caractérisée par sa transparence et son nombre important de membres.
LES OBÉDIENCES DITES RÉGULIÈRES
LES OBÉDIENCES LIBÉRALES
Grande Loge de Pennsylvanie - 110 000 membres
Grande Loge de l’Ohio - 120 000 membres

OBÉDIENCES ALLEMANDES

L’Allemagne est, avec l’Angleterre, l’Écosse et la France, l’un des principaux berceaux de la Franc-Maçonnerie moderne, dite « Spéculative ».
BIEN QUE LES LOGES « OPÉRATIVES » Y AIENT ÉTÉ NOMBREUSES ET IMPORTANTES, ET BIEN QU’ELLES AIENT SU ELLES-AUSSI, COMME LEURS HOMOLOGUES ANGLAISES, ACCUEILLIR TRÈS TÔT DES « MAÇONS ACCEPTÉS » (C’EST-À-DIRE DES HOMMES QUI N’ÉTAIENT PAS DU MÉTIER, PAR EXEMPLE ARTISTES ET PHILOSOPHES), LES PREMIÈRES VÉRITABLES LOGES MODERNES FURENT, EN ALLEMAGNE COMME PARTOUT EN EUROPE, D’ORIGINE BRITANNIQUE.
Grandes Loges Unies d’Allemagne - 470 loges - 14 000 membres
Grande Loge féminine d’Allemagne - 15 loges - 400 membres

PHOTOS DE LOGES MAÇONNIQUES 

L’HERMÉTISME

L'hermétisme est une philosophie, une religion, un ésotérisme, ou une spiritualité...
Hermétisme peut prendre trois sens différents. Le mot désigne ainsi une doctrine ésotérique fondée sur des écrits de l’époque gréco-romaine attribués à l’inspiration du dieu Hermès Trismégiste (nom donné par les Grecs au dieu égyptien Thot) et une doctrine occulte des alchimistes, au Moyen Âge et à la Renaissance. Dans un sens commun, il désigne le caractère de ce qui est difficile à comprendre. Pour garder un minimum de cohérence, on ne saurait parler d’hermétisme (au sens d’ésotérisme) sans certaines conditions : affirmation de l’autorité d’Hermès ou d’Hermès Trismégiste ou de Thoth, ésotérisme (secret), inscription dans un courant historique précis (celui du Corpus Hermeticum, pour l’essentiel), tendance philosophique précise (centrée sur l’Un-Tout, la divinisation de l’esprit, les correspondances, l’alchimie mystique). Sinon, on tiendra pour hermétiste Rimbaud, toute l’alchimie…
L’hermétisme est une philosophie, une religion, un ésotérisme, ou une spiritualité en quête du salut, par l’esprit (comme le gnosticisme) mais supposant la connaissance analogique du cosmos. Le salut passe par la connaissance : se connaître, se reconnaître comme “étant fait de vie et de lumière”, comme Dieu, en tant qu’intellect. Et cela constitue une contemplation, la vue du Bien, en sa “beauté impérissable, incompréhensible”.
HERMÈS TRISMÉGISTE
DOCTRINE
INITIATION
HISTOIRE
TEMPS MODERNES
[rwp-review id="0"]

Pin It on Pinterest

Partages
PARTAGER
2edf2d243621791935e44699587a8c9dSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSS