Notifications
Tout effacer

L'occupation militaire de l'Amérique commence  


Awake
Posts: 156
Admin
(@awake)
Dissident
Inscrit: il y a 3 ans

Les policiers-soldats considèrent les coupables et innocents en tant que combattants ennemis.

Il semble désormais certain que le verrouillage social imposé lors de la crise du COVID sera prolongé par une «deuxième vague» imputée en partie à des personnes protestant contre l'exécution policière de George Floyd.

https://twitter.com/WLWT/status/1267931543571439616

Dans l'état actuel des choses, il n'y a aucun moyen que les manifestations massives en Amérique se terminent de si tôt. Les manifestations gilets jaunes en France ont duré des mois, mais ont été mises sur la touche par le COVID. Macron et les néolibéraux ont sérieusement flippé semaine après semaine par des manifestations et des émeutes gilets jaunes. L'élite les considérait comme une menace sérieuse pour l'État français et son établissement corrompu.

Trump n'a absolument aucune option viable. Il a menacé d'envoyer des troupes fédérales dans des États en violation de ce qui reste de Posse Comitatus Act. Cela a été principalement détruit par la logique de l'État de sécurité nationale du néocon John Yoo et de l'administration Bush.

Trump a menacé d'utiliser l'Insurrection Act pour poursuivre les émeutiers et les pillards. Il convient de mentionner que la police (désormais intégrée à des soldats de la Garde nationale fédéralisée) exploite la violence pour attaquer des manifestants pacifiques, par exemple, l'attaque chimique suivante à Philadelphie.

https://twitter.com/nyclawgrrrl/status/1267653367519686656

La police de Chicago est connue pour son utilisation de la violence excessive en réaction à la dissidence dans la Windy City. Apparemment, rien ou presque n’a changé depuis 1968 et la brutalité des manifestants, des médias et des passants par la police du maire Daley pendant la Convention démocratique.

Peu de gens nient que George Floyd a été exécuté de façon sadique, mais ce qui manque ici, c'est le fait que son meurtre fait partie d'un problème beaucoup plus vaste qui n'est pas abordé.

La paramilitarisation de l'application des lois par les autorités fédérales et locales a abouti à des soldats de la police lourdement armés qui considèrent à la fois les coupables et les innocents comme des combattants ennemis. Depuis la présidence de Ronald Reagan et le début de la guerre désastreuse contre la drogue, le Pentagone a fourni un flux constant de matériel conçu pour la guerre et le meurtre de masse aux services de police de la mer à la mer qui brille.

https://twitter.com/TimRobbins1/status/1267895974065668096

Ce n'est pas accessoire. L'État s'est préparé à la guerre en Amérique sur une période de plusieurs décennies. Lors du témoignage Iran-Contra du colonel Oliver North, nous avons appris que le gouvernement prévoyait de restituer et d'emprisonner des milliers de dissidents américains lors d'une guerre en Amérique centrale contre le gouvernement sandiniste au Nicaragua. North a été impliqué dans la guerre illégale de la CIA contre le Nicaragua et son soutien aux mercenaires Contra.

Au moment où j'écris ces lignes, les occupations militaires fédérales des centres-villes, des quartiers, des infrastructures essentielles, etc., sont en cours. La gravité des émeutes a fourni une couverture pour un mouvement suralimenté visant à mettre pleinement en œuvre un État de police militaire. Il ne sera pas réalisé comme tel par beaucoup, sinon la plupart des Américains.

Les émeutiers et les pillards s'appuyant sur les manifestations contre le racisme et la brutalité policière fournissent une excuse parfaite à l'État pour contrôler militairement les grandes zones métropolitaines bleues ou libérales des États-Unis, peut-être pour un certain temps à venir.

https://twitter.com/JohnnyAkzam/status/1267923650856005639

Il ne fait aucun doute que cette «guerre civile» se poursuivra pendant l'été et atterrira sur les genoux des deux parties pendant les conventions. En raison des émeutes et des protestations, les démocrates ont repoussé leur convention au mois d'août à partir de juillet, probablement dans l'espoir qu'il y aura une sorte de résolution qui dissipera la poussière d'ici la fin de l'été. Cela ne se produira pas, même si, à partir de mercredi, les émeutes et la violence ont augmenté d'un cran ou deux.

De même et sans doute plus violemment lors de la convention RNC la semaine suivante à Charlotte, Caroline du Nord. (Note tardive: la Caroline du Nord a rejeté la convention se déroulant en Caroline du Nord, réalisant et redoutant sans doute les conséquences).

Attendez-vous à des conventions nationales militarisées, comme jamais auparavant.

 

Another Day in the Empire

Partager :