USA : Personne n’au...
 
Notifications
Tout effacer

USA : Personne n’aurait imaginé que les pertes d’emplois se seraient multipliées à un tel rythme !  


Awake
Posts: 156
Admin
(@awake)
Dissident
Inscrit: il y a 3 ans

Si vous aviez essayé d’avertir les gens vers la fin de l’année 2019 que près de 40 millions d’américains perdraient leur emploi, d’ici la mi-2020, personne ne vous aurait cru. Personnellement, même si je gère ce site, « The Economic Collapse Blog », je ne vous aurais pas cru non plus. Même si je n’ai cessé d’alarmer que ce type de crise économique allait se produire un jour, jamais je n’aurais imaginé que nous aurions perdu autant d’emplois en si peu de temps. Comme je l’ai dit l’autre jour, plus d’un quart de tous les emplois aux Etats-Unis ont déjà été supprimés et les pertes d’emplois ne cessent d’augmenter. En fait, Boeing est actuellement en train de licencier des milliers d’employés hautement qualifiés…

Près de 13 000 employés de chez Boeing, principalement aux Etats-Unis, devraient perdre leur emploi au cours des prochaines semaines, alors que les réductions du géant américain de l’aérospatiale vont commencer à prendre effet.

D’autres licenciements sont attendus, dont certains pourraient affecter le Royaume-Uni.

Ces réductions étaient attendues depuis que Boeing a annoncé le mois dernier son intention de réduire de 10% sa main d’œuvre mondiale, soit environ 16 000 emplois.

Beaucoup de ces emplois sont très bien rémunérés et offrent de bons avantages sociaux, et ils ne seront pas faciles à remplacer.

Pendant ce temps, les grands détaillants partout en Amérique continuent de faire faillite les uns après les autres. Mercredi, nous avons appris que l’enseigne « Tuesday Morning » venait de faire faillite…

Mardi matin, le détaillant à prix réduit “Tuesday Morning” a déposé le bilan (chapitre 11) et avait prévu dès mercredi de fermer plus d’un tiers de ses magasins.

« Tuesday Morning » avait déjà commencé à rencontrer quelques difficultés financières mais avec le début de la pandémie de Covid-19, et le fait de fermer temporairement certains de ses sites en raison du virus, le chute a été fatale.

Tout comme les emplois de chez Boeing, ce sont des emplois qui ne reviendront plus jamais.

A ce stade, c’est impossible pour moi de mentionner toutes les entreprises qui licencient en ce moment, mais il y a un autre exemple que je voulais mentionner ici que je trouvais tout à fait étonnant, c’est le cas de CBS News qui a annoncé qu’ils effectuaient actuellement eux aussi certains licenciements…

« Je suis vraiment désolée, a déclaré mercredi la présidente du réseau Susan Zirinsky, lors d’une réunion du personnel sur Zoom concernant les réductions de postes. « Il n’y a pas une personne qui ne nous manquera pas ».

CBS News a été durement touchée par une série de réductions de coûts au sein de ses entreprises qui ont vu un pourcentage à un chiffre du personnel de presse du réseau être licencié, selon une estimation donnée par la présidente du réseau Susan Zirinsky lors d’une conférence en direct mercredi après-midi.

Ceux qui possèdent CBS News ont pourtant de gros moyens, et les américains qui ont tendance à regarder les informations ces temps-ci, plus qu’à l’ordinaire, ne voient pas vraiment ces licenciements chez CBS News, comme un signe positif de l’économie américaine.

Bien sûr, de nombreux chômeurs ne souffrent pas encore profondément grâce aux grosses primes hebdomadaires qu’ils reçoivent actuellement du gouvernement fédéral.

Plus tôt dans la journée, on m’a conseillé d’écouter un podcast sur un forum populaire où un nouveau chômeur décrivait à quel point sa vie était devenue bien plus agréable et plus confortable maintenant qu’il était au chômage…

Avant le Covid-19, je n’étais qu’un miséreux.

J’avais un travail payé à 14,75$ l’heure, et je détestais me réveiller tous les jours. J’ai depuis été licencié (évidemment), mais je fais partie de ceux qui gagnent beaucoup plus en ne travaillant pas.

Je gagnais entre 550 et 600$ par semaine en fonction de mes heures, mais depuis le Covid-19, je récupère plus de 1 000$ par semaine. Mon amie est dans la même situation et elle touche également un peu plus de 1 000$ par semaine.

Sans devoir aller au boulot, il peut maintenant passer des journées à traîner avec sa petite amie au chômage, et il affirme qu’il n’arrive même pas à imaginer retourner à son ancienne vie…

Aujourd’hui, nous prévoyons de faire de la randonnée car cela va être si agréable et je vais utiliser mon nouveau grill pour cuisiner du steak ce soir. La petite amie apprécie tout particulièrement le bon vin, et parfois elle aime faire des folies en achetant des très bons vins chers (que je vais sûrement partager avec elle plus tard).

Je ne comprends vraiment pas les gens qui disent qu’ils sont plus stressés ou qu’ils se disputent plus avec leur petite amie qu’avant. Cela n’a absolument aucun sens pour moi. Je viens de passer les deux meilleurs mois que j’ai eu depuis un moment. Je ne peux pas imaginer revenir à mon ancienne vie et revivre ce qu’on vivait. Je ne le referai plus jamais !

La seule chose qui n’est pas parfaite en ce moment, c’est le fait de ne pas pouvoir voyager normalement, mais je n’avais pas pris de vacances si ce n’est une ou deux fois par an, à cause de problèmes de travail ou d’argent. Désormais, je suis en mesure d’économiser 800 à 1 000$ par mois avec le plan de relance du Covid-19 et grâce à la prime, nous allons donc très certainement prendre de belles vacances à un moment donné cet été.

La mauvaise nouvelle pour ce jeune couple et pour des dizaines de millions d’autres chômeurs américains, est que le président Trump et les républicains ne prévoient pas de prolonger les primes de chômage une fois qu’elles expireront en juillet.

Donc, à partir de ce moment-là, il y aura des millions et des millions d’américains qui ne pourront pas payer leurs factures mensuelles.

En fait, le New York Times prévient déjà que nous serons bientôt confrontés à une vague d’expulsions alors que les paiements de secours du gouvernement et les protections juridiques s’épuisent pour des millions d’américains sans emploi… »

Les Etats-Unis, déjà aux prises avec un effondrement économique sans précédent depuis une génération, sont confrontés à une vague d’expulsions alors que les versements de secours et les protections juridiques du gouvernement s’épuisent pour des millions d’américains sans emploi qui ont peu d’épargne et peu de choix lorsqu’ils cherchent de nouveaux logements.

Les plus durement touchés sont les locataires qui avaient de faibles revenus et peu d’épargne avant même la pandémie, et dont les coûts de logement ont absorbé une plus grande partie de leur salaire. Ils étaient également plus susceptibles de travailler dans des industries où les pertes d’emplois ont été particulièrement graves.

Initialement, les généreuses primes de chômage accordées par le Congrès étaient censées aider les chômeurs à s’en sortir tant que la pandémie était présente.

Mais que se passera-t-il si ce virus persistait plusieurs années comme la grippe espagnole ?

Et le Washington Post essaie maintenant de nous convaincre qu’il y a de bonnes chances que le Covid-19 ne disparaisse jamais…

Il y a de fortes chances que le coronavirus ne disparaisse jamais.

Même après la découverte et le déploiement d’un vaccin, le coronavirus restera probablement pendant des décennies à venir, infectant toujours autant la population mondiale.

Oui, ce virus pourrait devenir une crise permanente, et sans aucun doute l’élite essaye déjà de l’utiliser pour remodeler fondamentalement notre société.

Tant qu’un certain pourcentage de la population aura profondément peur de ce virus, l’activité économique continuera de s’affaiblir à des niveaux bien inférieurs à ce que nous considérons comme normaux.

Comme l’a admis le New York Times, un effondrement économique est déjà là, et cela va incroyablement s’aggraver dans un futur proche.

Source : theeconomiccollapseblog.com

Via : businessbourse.com

Partager :