FMI "La grande remi...
 
Notifications
Tout effacer

FMI "La grande remise à zéro"  


Awake
Posts: 156
Admin
(@awake)
Dissident
Inscrit: il y a 3 ans

Allocution au Forum économique mondial
Kristalina Georgieva, directrice générale, FMI

Je remercie Son Altesse Royale le prince de Galles et le professeur Schwab de nous avoir réunis.

Il est maintenant temps de penser à ce que l'histoire dirait de cette crise. Et il est maintenant temps pour nous tous de définir notre propre rôle. 

Les historiens regarderont-ils en arrière et diront-ils que c'était le moment d'un grand renversement? Aujourd'hui, nous voyons des signes très inquiétants.

Cent soixante-dix pays finiront cette année avec une économie plus petite qu'au début de l'année, et nous prévoyons déjà qu'il y aura plus de dette, de plus gros déficits et plus de chômage. Et il y a un risque très élevé de plus d'inégalités et de pauvreté. 

A moins que nous n'agissions.

Alors, que faudrait-il aux historiens pour considérer cette crise comme le moment d'une grande réinitialisation?

Du point de vue du FMI, nous avons assisté à une injection massive de mesures de relance budgétaire pour aider les pays à faire face à cette crise et à changer de vitesse pour que la croissance revienne. Il est primordial que cette croissance conduise à un monde plus vert , plus intelligent et plus juste à l'avenir. 

Il est possible de le faire. Pourvu que nous nous concentrions sur les éléments clés d'une reprise - et agissions maintenant. Nous n'avons pas besoin d'attendre.

Au FMI, nous voyons d'énormes opportunités.

Tout d'abord , permettez-moi d'abord de parler de croissance verte.

Les gouvernements peuvent mettre en place des investissements publics - et des incitations pour les investissements privés - qui soutiennent une croissance sobre en carbone et résiliente au changement climatique.

Beaucoup de ces investissements peuvent conduire à une reprise riche en emplois - pensez à planter des mangroves, à restaurer des terres, à reboiser ou à isoler des bâtiments. Pensez aux secteurs clés pour réduire l'intensité en carbone où le secteur public et le secteur privé peuvent investir.

Je tiens particulièrement à profiter des bas prix du pétrole que nous constatons aujourd'hui, à éliminer les subventions néfastes et à introduire un prix du carbone qui inciterait à de futurs investissements.

Deuxièmement , permettez-moi de parler d'une croissance plus intelligente . Nous savons que l'économie numérique est la grande gagnante de cette crise. Mais nous ne devons pas permettre à la fracture numérique de se creuser afin que certains pays et communautés accusent un retard supplémentaire. Cela apporterait plus de douleur que de gain à l'avenir.

Il est donc essentiel que des institutions comme le FMI soutiennent des investissements qui réduiront la fracture numérique, en travaillant en partenariat avec la Banque mondiale et d'autres.

Nous devons également réfléchir attentivement à la manière de nous assurer que le bond de la croissance et de la rentabilité dans le secteur numérique entraîne des avantages partagés dans toutes nos sociétés.

Et cela m'amène à mon troisième point: une croissance plus équitable .

Nous savons que, si elle est laissée à elle-même, cette pandémie va aggraver les inégalités. Cela s'est produit lors de pandémies antérieures.

Nous pouvons éviter cela si nous nous concentrons sur l'investissement dans les personnes - dans le tissu social de nos sociétés, dans l'accès aux opportunités, dans l'éducation pour tous et dans l'expansion des programmes sociaux afin de prendre soin des personnes les plus vulnérables. Nous pourrons alors avoir un monde meilleur pour tous.

Je veux conclure avec un exemple du passé. William Beveridge, au milieu de la Seconde Guerre mondiale, a présenté son célèbre rapport en 1942 dans lequel il a projeté comment le Royaume-Uni devrait aborder ce qu'il a appelé les «cinq maux géants». Ce fameux rapport «Beveridge Report» a conduit à un meilleur pays après la guerre - y compris la création du National Health Service qui sauve tant de vies aujourd'hui au Royaume-Uni.

Et mon institution, le FMI, a également été créée à cette époque — à la Conférence de Bretton Woods.

Le moment est donc venu de passer à l'action - et d'utiliser toute la force dont nous disposons - pour tourner la page. Dans le cas du FMI, nous avons une capacité financière d'un billion de dollars et un engagement considérable du côté des politiques.

C'est le moment de décider que l'histoire se penchera sur cela comme la Grande Réinitialisation, pas la Grande Inversion.

Et je tiens à dire - haut et fort - que le meilleur mémorial que nous pouvons construire pour ceux qui ont perdu la vie dans la pandémie est de construire un monde plus vert, plus intelligent et plus juste.

Je vous remercie.

Partager :