Publié le

De la chaire au devant

Le premier jour de l’invasion à grande échelle de l’Ukraine par la Russie, Jill Nelson a interviewé Oleg Magdych, un pasteur de Kiev qui, pendant son temps libre, livrait des fournitures aux troupes servant sur les lignes de front. Elle lui a encore parlé pour son histoire « Quittez la scène à droite » dans ce numéro, et l’a trouvé beaucoup plus proche des lignes de front que jamais. Je lui ai demandé de nous en dire plus sur sa situation.

Comment le rôle de Magdych a-t-il changé au cours des deux dernières années ? Après la deuxième invasion de l’Ukraine par la Russie il y a près de deux ans, Magdych est devenu commandant d’un bataillon de volontaires stationné d’abord près de Kiev, puis dans la région orientale du Donbass. Trois mois plus tard, il a été blessé au combat et a évacué lui-même et deux autres personnes parce que son unité n’avait pas la capacité d’évacuer le personnel blessé. Deux de ses hommes sont morts. Après avoir été opéré au bras, il a décidé de créer une équipe d’évacuation médicale pour aider à sauver la vie des soldats blessés.

Son découragement face à l’impasse des combats transparaît vraiment dans votre histoire. Comment sa foi l’a-t-elle soutenu ? Magdych a déclaré que sa foi est la seule chose qui le soutient, et c’est aussi l’une des raisons de son engagement auprès des forces armées ukrainiennes. « Si les Russes avancent, cela mettrait en danger tous les ministres chrétiens », a-t-il déclaré. « Si vous n’êtes pas orthodoxe russe, vous représentez un danger pour eux. » Magdych a fait référence à des cas où les forces russes ont confisqué des biens religieux dans des territoires occupés et torturé et tué des pasteurs.

Et sa famille ? Sont-ils toujours en Ukraine ? L’épouse de Magdych et ses deux fils ont décidé de rester en Ukraine et vivent toujours à Kiev. Son épouse, Oksana, conseille les anciens combattants et leurs familles qui subissent le traumatisme de la guerre.

Comment son église s’est-elle comportée au cours des deux dernières années ? De nombreux membres ont quitté Kiev et certains ont fui vers d’autres pays d’Europe. Mais ils se réunissent toujours en ligne pour les services religieux hebdomadaires.

Comment la plus grande église d’Ukraine a-t-elle résisté à près de deux ans de guerre ? L’Église a beaucoup souffert mais elle a aussi été une lueur d’espoir. Magdych a déclaré que de nombreux chrétiens ont sacrifié leur vie pour leur pays et qu’il a observé un changement dans la manière dont les pasteurs enseignent à leurs congrégations, sachant que la mort est une réalité omniprésente. Il estime que l’Église protestante est en train de se renforcer et a gagné en crédibilité aux yeux des Ukrainiens. « Ils aident les réfugiés, ils aident les soldats et ils aident dans les hôpitaux », a déclaré Magdych. « Cela va donc être une bonne chose pour l’Église protestante ukrainienne. »