Catégories : covid-19illuminati

« Ordo Ab Covid » : Les Plans de l’Élite dans la Culture Populaire

La philosophie de base de l’élite occulte et ses plans pour l’humanité sont cachés à la vue de tous. Des monuments célèbres aux films à succès, sans jamais oublier l’industrie de la musique, tout est organisé pour ceux qui ont les yeux Au centre de tout cela, une devise : L’Ordre par le Chaos.

Depuis fin 2008, The Vigilant Citizen analyse la culture populaire pour mettre en évidence les schémas des messages et du symbolisme. Et, depuis les tout premiers articles publiés sur ce site, un thème majeur ne cesse de refaire surface dans toute la culture populaire: «l’arrivée» d’une crise mondiale qui provoque un chaos massif et la mort qui permet l’avènement d’une nouvelle ère. En d’autres termes : Ordre par le Chaos.

Ce thème se retrouve dans toute la culture populaire, en particulier dans les produits financés et commandés par l’élite occulte. Pourquoi donc ? Parce que, depuis le 19ème siècle, la devise officielle de l’élite occulte est Ordo Ab Chao, latin pour Ordre par le Chaos.

Il s’agit d’un insigne représentant le 33e degré en franc-maçonnerie (le plus haut degré du REAA). En haut, la devise officielle du degré : Ordo Ab Chao.

Comme dans tout le reste de la franc-maçonnerie, la devise Ordo Ab Chao a plusieurs significations, allant des actes métaphysiques nébuleux à la concrète ingénierie sociale. À plus grande échelle, cette devise est la recette ultime d’un changement radical dans la société :
  1. Un événement provoque le chaos et la panique
  2. Une solution fait surface qui arrive aussi à faire avancer l’agenda de l’élite
  3. La société change sans résistance

De nos jours, le but ultime de l’élite est de créer un gouvernement mondial qui contrôle les ressources du monde tout en maintenant les masses soumises et surveillées par des tactiques de l’État policier. La «solution» à la crise est un grand pas dans cette direction.

C’est pourquoi ils accueillent ces moments de chaos. Ce sont des opportunités. Alors que les masses souffrent et s’affaiblissent, l’élite gagne en puissance et en contrôle. Et, puisque les symboles gouvernent le monde, L’Ordre par le Chaos est célébré dans toute la culture populaire à travers le symbolisme. Voici quelques exemples par ordre chronologique.

LES GEORGIA GUIDESTONES

Depuis leur dévoilement en 1980, les énigmatiques Georgia Guidestones ont dérouté les gens avec ses messages inquiétants. En effet, inscrits sur de gigantesques dalles de pierre figurent «10 commandements» pour une nouvelle ère. Et le premier dit : « Maintenir l’humanité sous 500 millions en perpétuel équilibre avec la nature ». Pour satisfaire ce monument, la population mondiale actuelle doit être réduite d’au moins 90%.

Une dalle des Guidestones.

Comme expliqué dans l’article Les Georgia Guidestones, tout sur ce monument est conforme à l’agenda de l’élite occulte. Du gouvernement mondial au contrôle de la population, tout est là. Voici les dix «commandements» :
  1. Maintenir l’humanité en dessous de 500 000 000 individus en perpétuel équilibre avec la nature.
  2. Guider la reproduction intelligemment en améliorant la forme physique et la diversité.
  3. Unir l’humanité avec une nouvelle langue mondiale.
  4. Traiter de la passion, la foi, la tradition et toutes les autres choses avec modération.
  5. Protéger les personnes et les nations avec des lois et des tribunaux équitables.
  6. Laisser toutes les nations régler leurs problèmes externes et internes devant un tribunal mondial.
  7. Éviter les lois et les fonctionnaires inutiles.
  8. Équilibrer les droits personnels et les devoirs sociaux.
  9. Faire primer la vérité, la beauté, l’amour en recherchant l’harmonie avec l’infini.
  10. Ne pas être un cancer sur la terre, laisser une place à la nature.

Cette crise actuelle nous pousse vers ces commandements. Par exemple, un monde en détention est clairement un exercice «d’équilibre entre les droits personnels et les devoirs sociaux». De plus, nous «laissons définitivement de la place à la nature».

Un titre NZ Herald sur les «avantages» environnementaux de cette crise.

En bref, les Georgia Guidestones «attendent avec impatience» un événement apocalyptique massif pour apporter des changements spécifiques au monde. Et ce n’est pas le seul point de repère à communiquer ce message spécifique aux États-Unis.

L’AÉROPORT INTERNATIONAL DE DENVER

Comme expliqué dans l’article L’Aéroport International de Denver, il y a un tas de choses étranges qui se passent dans cet Aéroport. Au centre de tout cela, une peinture murale à 4 panneaux montrant la mort et le chaos, suivie de la création d’un nouveau monde. Comme l’indique l’article :

Lorsque vous analysez le symbolisme des peintures murales, vous vous rendez compte qu’elles racontent une histoire terrifiante d’événements futurs sur le point de se produire, comme s’il s’agissait d’une sorte de prophétie. Il existe des références sociales et politiques spécifiques et d’autres détails occultes qui transforment ces peintures en un manifeste du Nouvel Ordre Mondial.

Au risque de vous faire des cauchemars ce soir, voici une des peintures murales.

Une figure militariste massive portant un masque à gaz enfonce son épée dans le cul d’une colombe. Une ligne infinie de mères pleurent en tenant des bébés morts. Est-ce que vous voulez voir ceci avant de monter dans un avion ?

Pour une raison quelconque, j’ai toujours trouvé l’arc-en-ciel au sommet de cette murale extrêmement troublant. Encore plus dans le contexte actuel.

Au milieu du confinement de la pandémie, une tendance mondiale a émergé, enduire des arcs-en-ciel sur les fenêtres et les lieux publics.

Je n’analyserai pas les quatre peintures murales ici, mais il y a une fin joyeuse.

Après la mort et la dévastation : renaissance d’un nouveau monde uni autour d’une sorte de plante lumineuse.

Une fois de plus, une œuvre d’art placée dans un espace public raconte l’histoire d’une mort et d’une oppression massives suivies de la renaissance d’un nouveau monde qui unit toutes les nations.

BANK OF AMERICA

Les peintures murales énigmatiques exposées au centre d’affaires de Bank of America à Charlotte, en Caroline du Nord, tournent autour du même thème général que les autres sites sinistres ci-dessus.

Les trois peintures murales exposées au siège de Bank of America.

Comme expliqué en détail dans l’article Symboles Occultes trouvés dans Bank of America, avec une grande richesse de symbolisme. Au centre de tout : l’Ordre par le Chaos.

La fresque à droite est appelée «Planification/Connaissance» et elle est remplie de symbolisme occulte et maçonnique. Il nous dit essentiellement que ceux qui «planifient» le monde ont une «connaissance» occulte.

La fresque centrale est appelée «Chaos/Créativité». Elle dépeint une période de transition caractérisée par des troubles et d’oppression. Il y a des troubles civils, des personnalités militaires dans les rues, des barbelés partout. Il y a aussi ce gars :

Parmi le chaos, il y a une personne portant une combinaison de matières dangereuses. À la différence de la fresque murale de l’aéroport de Denver, la période de chaos semble être liée à une sorte de menace biologique.

Flash Spécial mis en avant. C’est tout ce que nous voyons dans les nouvelles :

Les gens en combinaison de matières dangereuses sont partout dans l’actualité en ce moment.

Enfin, la peinture murale de gauche est intitulée «Fabrication/Construction». Elle représente principalement un travailleur après un travail bien fait. Ordre par le chaos. Encore.

LE FILM 2012

Les films de catastrophe attirent le public avec de grands effets visuels… pour ensuite l’endoctriner avec des messages. Sorti en 2009, le film 2012 dépeint la fin du monde comme prédit par les Mayas ou autre chose. Au-delà des scènes spéculaires de monuments célèbres détruits, le film véhiculait un seul message : seule l’élite survivrait à cette période de chaos.

Le slogan du film : «Nous avons été prévenus». L’image sur l’affiche : Le monument brésilien «Christ Rédempteur» tombant. Symbolique.

Comme expliqué dans l’article La signification symbolique cachée du film «2012» (en anglais), l’histoire parle moins de la fin du monde et plus de l’élite mondiale qui survit à une crise majeure. En effet, dans le film, l’élite savait qu’un cataclysme arrivait des années à l’avance et ils l’ont caché aux masses. Ils ont utilisé ce temps pour se préparer à une nouvelle ère tandis que le reste de la population mondiale devait mourir.

Les Jeux Olympiques ont été suspendus. Un peu comme les Jeux olympiques de 2020.

Dans le film, l’élite demande à la Chine de construire d’énormes navires (Arches) qui protégeraient les «élus» alors que le monde serait anéanti. Le prix d’un billet pour entrer dans ces navires : 1 milliard d’euros par personne.

La reine d’Angleterre monte à bord du navire en Chine.

En fin de compte, les élus ont survécu au cataclysme tandis que le reste du monde est mort. Leurs navires ont débarqué en Afrique et l’élite a commencé une nouvelle civilisation en place qu’ils ont appelée Cape d’Espoir. Encore une fois, nous en voyons des échos aujourd’hui.

Coronavirus: l’élite chilienne réprimandée pour s’être échappée par hélicoptère pour les vacances de Pâques en pleine épidémie.

Bien que 2012 ne soit pas un virus mortel, il représente symboliquement la philosophie de base de l’élite : Ordre par le Chaos.

LE MAGAZINE « THE ECONOMIST »

Depuis des années, The Economist rampe sur les gens tout les ans avec des couvertures de magazines étranges et énigmatiques qui semblent faire de sombres prédictions pour l’année à venir. Alors que certains pourraient dire «qui s’en soucie», il y a une raison pour laquelle ce magazine devrait être pris au sérieux : The Economist est directement lié à l’élite mondiale – ceux qui font de ces prédictions une réalité. Comme écrit dans l’article The Economist de 2015 (en anglais) :

Je ne dédierais pas normalement un article entier analysant la couverture d’une publication, mais ce n’est pas une publication. Il s’agit de The Economist et il est directement lié à l’élite mondiale. Il appartient en partie à la famille bancaire Rothschild d’Angleterre et son rédacteur en chef, John Micklethwait, a participé à plusieurs reprises à la conférence du Bilderberg – la réunion secrète où les personnalités les plus puissantes du monde de la politique, de la finance et des médias discutent des politiques mondiales. Le résultat de ces réunions est totalement secret. Il est donc sûr de dire que les gens de The Economist savent des choses que la plupart des gens qui ne savent pas.

Cela étant dit, voici la couverture de The Economist intitulée «Le Monde en 2019».

Couverture de The Economist « Le Monde en 2019 ».

Je n’analyserai pas tout ici (lire l’article complet à ce sujet ici), mais voici quelques détails pertinents dans le contexte d’aujourd’hui.

Les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse.

Le livre de l’Apocalypse décrit le Cavalier comme un signe d’avant-garde du jugement dernier. On dit que le cheval blanc symbolise la conquête, la venue de l’Antéchrist; Le cheval rouge représente la guerre; le cheval noir est associé à la famine et le cheval pâle apporte la mort/épidémie. Dans le contexte actuel, on pourrait dire que la crise actuelle a entraîné simultanément certaines formes de conquête, de peste, de famine et de mort.

Voici un autre élément étrange trouvé sur la couverture qui commence à avoir un sens.

En bas à gauche de la couverture se trouve un Pangolin.

Bien qu’il existe plusieurs théories flottantes concernant les origines du virus, il y en a une qui ne cesse d’apparaître dans les médias : le virus a été transmis à l’homme par un Pangolin en Chine.

La couverture contient d’autres détails plus pertinents que jamais : une cigogne portant un bébé avec un code-barres (Bill Gates veut une «identification numérique» grâce à la vaccination) et «l’homme de Vitruve» tenant un code QR (les citoyens confinés doivent générer une attestation avec un code QR sur leur téléphone pour se déplacer).

Cela étant dit, voici la couverture du dernier numéro de The Economist.

La main de l’élite qui tient les masses «en laisse», comme un chien. C’est ce qu’ils veulent.

Ordre par le Chaos…

MADONNA EUROVISION 2019

Il y a environ un an, j’ai analysé la grande finale du concours Eurovision qui est l’un des événements non sportifs les plus regardés au monde. Le spectacle a culminé avec une performance dérangeante et profondément occulte de Madonna qui semble prédire les choses à venir. Après avoir participé à une sorte de rituel occulte, un groupe de personnes portant un masque à gaz a entouré Madonna.

Madonna portant une couronne (corona) entourée de gens avec des masques à gaz.

Alors que Madonna interprète la chanson Future, elle chante :

Not everyone is coming to the future
Tout le monde ne va pas vers le futur
Not everyone is learning from the past
Tout le monde n’apprend pas du passé
Not everyone can come into the future
Tout le monde ne peut pas venir dans le futur
Not everyone that’s here is gonna last
Tout le monde qui est là ne va pas durer

Ensuite, Madonna souffle un vent de mort sur les gens masqués et tout le monde meurt. De plus, en arrière-plan, la Statue de la Liberté est brisée. Aujourd’hui, nos libertés sont également brisées.

Avance rapide jusqu’à aujourd’hui, Madonna dit des choses étranges sur le virus. Dans une vidéo récente publiée sur son compte sur les réseaux sociaux, Madonna est assise dans une baignoire et dit ceci à propos de la pandémie :

C’est le grand égaliseur, et ce qui est terrible c’est ce qui est génial. Ce qui est terrible, c’est que cela nous rend tous égaux à bien des égards – et ce qui est merveilleux c’est que cela nous rend tous égaux à bien des égards.

Je n’utiliserais pas le mot «merveilleux» n’importe où près de ce virus.. Mais je ne suis pas un psychopathe connecté à l’élite. En parlant de cela, Madonna s’est également associée à ceux qui veulent transformer cette crise en cauchemar Orwellien.

EN CONCLUSION

Bien que cet article ait examiné des éléments très différents, ils ont quelques points en commun. Tout d’abord, ils sont financés et commandés par l’élite. Deuxièmement, ils font tous partie de la culture populaire, qui définit et «colore» notre société. Troisièmement, ils racontent tous une histoire similaire: «l’arrivée» d’une crise majeure pour inaugurer un nouvel ordre mondial défini par l’élite qui monte et les masses qui s’effondrent.

On pourrait se demander : « Pourquoi ces messages sont-ils toujours là ? Ne voudraient-ils pas garder leurs plans secrets ? Non. Les plans doivent être cachés à la vue de tous, pour plusieurs raisons. Premièrement, le concept de programmation prédictive nous dit que, une fois que les masses sont exposées à une idée choquante, elles sont moins choquées et acceptent davantage quand elle se produit réellement. Deuxièmement, l’élite croit aux lois karmiques. Si les masses sont correctement prévenues et si elles acceptent volontiers ce qui se passe, l’élite est libérée de la «vengeance» karmique [c’est pareil avec le symbolisme trouvés dans les false flag]. Enfin, les symboles gouvernent le monde. Tout au long de l’histoire, le symbolisme des personnes au pouvoir a toujours été enduit dans toute la société.

Ceux qui gouvernent le monde en ce moment avec un Nouvel Ordre Mondial. Mais, avant que cela ne se produise, il doit y avoir du chaos.

VIGILANTCITIZEN

Voir les Commentaires

Ce site web utilise des cookies.