FONDÉ EN 1921, IL EST COMPOSÉ D’ENVIRON 5 000 MEMBRES ISSUS DU MILIEU DES AFFAIRES, DE L’ÉCONOMIE ET DE LA POLITIQUE. SON SIÈGE SE SITUE À NEW YORK AVEC UN BUREAU À WASHINGTON.
LE CFR EST CONSIDÉRÉ COMME L’UN DES THINK TANKS LES PLUS INFLUENTS EN POLITIQUE ÉTRANGÈRE. IL PUBLIE UNE REVUE BI-MENSUELLE, FOREIGN AFFAIRS, DISPOSE D’UN SITE WEB TRÈS CONSULTÉ, PUBLIE DE NOMBREUX RAPPORTS ET LIVRES AINSI QUE DES VIDÉOS (SON CRISIS GUIDES A GAGNÉ UN EMMY AWARD).
À NE PAS CONFONDRE AVEC LE COMMITTEE ON FOREIGN RELATIONS (COMITÉ DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES DU SÉNAT DES ÉTATS-UNIS).

MISSION

Le CFR veut être « une ressource pour ses membres ainsi que pour les officiels du gouvernement, les dirigeants des entreprises, les journalistes, les enseignants et les étudiants, les leaders civils et religieux, des citoyens, de façon à les aider à mieux comprendre le monde ainsi que les choix de politique étrangère que doivent faire tant les États-Unis que d’autres pays ». Le CFR entend à ce que ses membres reflète la diversité de la société américaine et entend développer l’expertise de la génération montante de leaders en proposant des programmes qui incluent des rencontres et des discussions avec les officiels du gouvernement, des leaders mondiaux et des membres éminents de la communauté des affaires étrangères.

Son think tank le David Rockefeller Studies Program est composé d’environ cinquante adjoints et chercheurs à temps complet ainsi que de dix récipiendaires d’une bourse d’un an qui couvrent les régions majeures et les problèmes actuels de l’agenda international. Ces chercheurs contribuent aux débats de politique étrangère en faisant des recommandations à l’administration présidentielle, en témoignant devant le Sénat des États-Unis en fournissant des conseils à la communauté diplomatique, en interagissant avec les médias notamment par le biais de rapports, de livres d’articles sur les sujets de politique étrangère.

Le CFR publie Foreign Affairs, une importante revue d’affaires internationales et ce qu’ils appellent des Independent Task Forces c’est-à-dire des rapports réalisés par des experts d’origine et de champs d’expertise divers. Ces rapports comportent à la fois des analyses et des prescriptions sur des sujets importants de politique étrangère. Le CFR vise aussi à fournir une information et des analyses à jour tant sur les événements mondiaux et que sur la politique étrangère des États-Unis. En 2008, son Crisis Guide: Darfur a reçu un Emmy Award dans la catégorie New Approaches to News & Documentary Programming: Current News Coverage.

C.F.R New York

Organigramme

PHILOSOPHIE

Pour Fareed Zakaria, le Council est profondément marqué par la pensée de James Madison qui « se méfiait des partis politiques, qu’il rangeait en bloc aux côtés des « factions » de tout acabit et considérait comme un grave danger pour la jeune République américaine ».

Walter Lippmann en 1914

Dans cette optique le Council a toujours voulu tout comme la Brookings Institution s’affranchir des barrières politiques et faire travailler ensemble des démocrates et des républicains.

Ce point le distingue fortement d’autre Think Tank tel l’Heritage Fondation dont l’un des dirigeants a déclaré un jour « notre rôle est de fournir aux acteurs politiques conservateurs les arguments qui soutiendront notre camp ».

Le Council semble, au contraire, viser plutôt à fabriquer un consensus fondé sur la raison et l’étude des faits, un trait proche de la pensée de Walter Lippmann, un de ses fondateurs.

LE PROGRAMME WORLD ORDER IN THE 21ST CENTURY

Pensant que l’architecture de gouvernance mondiale reflétait trop le monde tel qu’il existait en 1945 et n’était plus adapté au monde actuel, le CFR a lancé en 2008 un programme de cinq ans intitulé « International Institutions and Global Governance: World Order in the 21st Century ». « Le programme cherche à identifier les faiblesses critiques du cadre actuel de coopération multilatérale ; à proposer des réformes spécifiques adaptées aux nouvelles situations mondiales : à promouvoir un leadership constructif des États-Unis visant à renforcer les capacités des organisations existantes et à promouvoir de nouvelles institutions ainsi que de nouveaux partenariats plus efficaces tant au niveau régional que mondial incluant le secteur privé et les ONG ».
Le programme se focalise sur quatre grands défis :

  • Contrer les menaces transnationales parmi lesquelles le terrorisme, la prolifération d’armes de destruction massive et de maladies infectieuses ;
  • Protéger l’environnement et promouvoir la sécurité énergétique ;
  • Gérer l’économie mondiale ;
  • Prévenir et répondre à des conflits violents.

ORGANISATION

Le CFR comporte deux types de membres : des personnes physiques et des sociétés

Concernant les personnes physiques, elles doivent être citoyennes des États-Unis ou résidents permanents ayant demandé leur citoyenneté. Pour devenir membres permanents, sa candidature doit être appuyée par au moins trois membres anciens. Les personnes entre 30 et 36 ans peuvent se voir offert la possibilité de devenir membres pour une durée de cinq ans.

Concernant les sociétés (250 au total) il existe trois catégories :

basique, Premium (cotisation de plus de 25 000 $) et President’s Circle (cotisation de plus de 50 000$). Tous les cadres des sociétés ont l’opportunité de pouvoir ainsi atteindre des présidents ou des chefs de gouvernements des Officiels des États-Unis ou des membres du congrès. Les membres des catégories President et premium peuvent aussi assister à des dîners privés ou à des réceptions données par des officiels importants des États-Unis ou des leaders mondiaux.

Le CFR a deux co-chairmen, un président (actuellement Richard N. Haass) et un comité directeur qui compte actuellement trente-six membres parmi lesquels nous pouvons citer :

Robert E. Rubin vice- président du bureau, Fouad Ajami, Madeleine Albright, Alan Blinder, Richard Holbrooke, Colin Powell, Fareed Zakaria.

Il existe aussi un International Advisory Board composé de 35 membres venant du monde entier.

Le CFR dispose également d’une équipe de chercheurs rémunérés.

UNE CERTAINE INFLUENCE

Une étude de Laurence Shoup et de William Minter des curriculum vitæ de 502 membres importants des gouvernements des États-Unis sur la période allant de 1945 à 1972 a montré que plus de cinquante pour cent d’entre eux avaient été membres du Council on Foreign Relations. Pour ces auteurs, être membres de cette institution pouvait être considéré comme « un rite de passage pour quelqu’un aspirant être un dirigeant de la sécurité nationale ».

Le Council on Foreign Relations a compté plusieurs politiciens tel Gerald Ford, plus de douze Ministres des Affaires étrangères dont John Foster Dulles, Dean Rusk, Henry Kissinger, Madeleine Albright, Colin Powell, des banquiers, des juristes, des journalistes (notamment Walter Lippmann), des professeurs comme Wesley Clair Mitchell et une figure importante de l’OSS puis de la CIAAllen Dulles.

En 1962, le groupe a commencé un programme d’abord pour les officiers de l’US Air Force puis de l’US Army, de l’US Navy et de l’US Marine Corps.

Le Council qui accepte en général (il y a des exceptions, tel Grover Norquist) des membres républicains et démocrates plutôt « centristes » semble avoir vu son influence dans les sphères gouvernementales diminuer sous la présidence de George W. Bush au profit de think tank néoconservateur tel le PNAC (Project for the New American Century). L’actuelle administration Obama compte certains membres ayant eu des liens avec le CFR. Parmi eux, nous pouvons citer : Tom Vilsack, secrétaire à l’Agriculture, Ken Salazar, secrétaire à Intérieur, Robert Gates, secrétaire à la Défense ou Timothy Geithner, secrétaire au Trésor, entre autres.

Par ailleurs, quelques-uns de ses membres sont également des Bilderberger, tandis que d’autres sont membres de la Commission Trilatérale, des institutions qui tentent de peser sur les décisions prises dans les domaines de la régulation de l’économie mondiale et la géopolitique.

MEMBRES HISTORIQUES NOTABLES

Hamilton Fish Armstrong, Bruce Hopper, Isaiah Bowman, Averell Harriman, Conrad Black (International Advisory Board member), McGeorge Bundy, Allen Dulles, John Foster Dulles, PresidentGerald Ford, George Kennan, Walter Lippmann, Robert McNamara, Wesley Clair Mitchell, John McCloy, David Rockefeller, Nelson Rockefeller, Walt Rostow,Elihu Root, Dean Rusk, Arthur Schlesinger, Albert Wohlstetter, Roberta Wohlstetter, Paul Warburg, Caspar Weinberger, Leslie H. Gelb (président honoraire).

  • 2
commodo Sed leo. commodo felis elit. ante. quis Curabitur

Partager avec un ami