Parce que la Trinité supérieure de l'être humain doit être présente avant que l'union de l'âme puisse avoir lieu ... le rite de l'Arche Royale ne peut être donné que par groupes de trois ... Leurs mains droites sont alors levées au-dessus de leurs têtes ou ils se prononcent dans une douce respiration le mot : Jah-buh-lun, Je-ho-vah, D-I-E-U.

C.C. ZainAncien Franc-maçon

Le plus grand, mais le plus terrible moment de la vie d'un maçon ... Les trois fonctionnaires suprêmes de la Loge, avec trois clés séparées, ouvrent la boîte en bois avec le "Secret des Secrets" et lui donnent à lire un bout de papier , sur lequel est écrit le nom du "dieu" dont il était le disciple ... JAH-BUL-ON.

D.C. Yermak

L’axe de la mort

Pendant mes nombreuses années à exposer les mensonges et les maux de la franc-maçonnerie, de l’Ordo Templi Orientis, des Rose-Croix et d’autres sociétés secrètes de culte, j’ai été interrogé par de nombreux francs-maçons.

Leur plainte typique est, « Comment osez-vous dire ces choses sur la maçonnerie, vous devez savoir que je suis chrétien, et il n’y a rien dans les loges ou dans leurs rituels qui ne seraient pas acceptables à ma foi chrétienne. »

Bien sûr, c’est super facile, presque comme prendre des bonbons à un enfant, pour désabuser le pleurnichard maçonnique et se plaindre que vous ou moi avons calomnié les maçons en niant les « attributs chrétiens » de leur ordre. Après tout, il y a des tas de points à faire éclater que la loge maçonnique ou des groupes similaires sont même vaguement « chrétiens » dans la nature. Mais le moyen le plus simple de traiter une telle plainte est de demander au maçon s’il a atteint le grade du rituel « Maçon de l’Arche Royale » ou équivalent (13ème degré dans le rite écossais). S’il répond « oui », alors oh, il a de gros problèmes.

Qu’en est-il avec Jahbulon ?

Alors je lui ai demandé le nom de son dieu sacré révélé dans le degré rituel de l’Arche Royale; c’est-à-dire, je lui ai posé des questions sur Jahbulon. Et d’habitude, je peux entendre soit un bégaiement long et ininterrompu, soit juste un grand halètement. En général, cela met fin à la discussion. Un maçon ne veut absolument pas parler publiquement de ce nom, Jahbulon. Tout sauf ça. Bamm ! Il s’en va. Et je peux comprendre pourquoi.

Ed Decker, un de mes amis, un bon chrétien qui est un ancien maçon et ex-mormon, dirige maintenant un ministère chrétien visant à aider les hommes à sortir de ces cultes. Dans un livre édité par Ed, intitulé « Le Côté Sombre de la franc-maçonnerie », il écrit que si les chrétiens savent très bien que le nom sacré de Dieu est Jésus, le maçon est d’abord privé de la connaissance du nom sacré de leur dieu, puis trouve tardivement que le nom de la divinité Mason n’est certainement pas Jésus, le nom au-dessus de tout autre nom (Philippiens 2: 9-11).

Le nom perdu de Dieu

Les maçons de la loge bleue, englobant les trois premiers degrés maçonnique, sont instruits qu’ils cherchent la Parole Perdue ou Perdue de Dieu … Ce n’est pas jusqu’à ce qu’ils atteignent le niveau Maçonnique « Royal Arch » (septième degré, Rite de York ) qu’ils découvrent que le nom perdu de Dieu n’était pas perdu après tout. C’est à ce niveau qu’ils apprennent le nom sacré du Dieu de la Maçonnerie.

Ils trouvent que le nom sacré du Dieu (maçonnique) est composé de trois noms représentant les trois identités de Dieu. C’est tellement sacré qu’il faut trois francs-maçons pour pouvoir parler Jahbuhlun. Les trois Maçons maintiennent les mains haut et bas et chantent : « Jah-buh-lun, Jah-buh-lun, Jah-buh-lun, Je-hov-ah ».

Le nom Jahbuhlun a trois syllabes représentant un dieu composé de trois divinités subordonnées. Le matériel maçonnique identifie les trois comme Yah (ou Yahweh), Baal et Osiris. Logiquement, le nom devrait être orthographié Yah-Baal-On, mais le Rituel Maçonnique de Duncan admet qu’au fil des ans l’orthographe a été « corrompue » par la Franc-Maçonnerie jusqu’à ce qu’elle atteigne sa forme actuelle.

Decker déclare correctement que,

Ce que ces hommes font, c'est adorer un dieu démon si éloigné du vrai Dieu que ce culte doit sûrement souiller la sainteté de Dieu et garantir à ceux qui prononcent ce nom dans une telle cérémonie une marche rapide vers l'enfer...

C.C Zain, un franc-maçon qui fait partie d’un groupe appelé « La Confrérie de la Lumière », est développeur et auteur d’un cours complet sur la franc-maçonnerie ancienne ayant à voir avec « La signification spirituelle des rituels, des diplômes et des symboles maçonniques ». Zain souligne que le nom Jahbuhlun est le Grand Mot Omnifique de la Maçonnerie, le nom de leur divinité toute-puissante. Il montre en outre la signification du fait que le nom Jahbuhlun a neuf lettres et est composé de trois syllabes, Jah, buh, lun. Dans le rituel du Diplôme de l’Arche Royale, puisqu’il y a trois Maçons Royal Arch prononçant le nom trois fois chacun, dit Zain, donc vingt-sept syllabes sont prononcées au total. Ceci, explique-t-il, représente « les vingt-sept jours que dure la lune pour traverser le cercle des signes du zodiaque ».

Fait intéressant, dans le drame rituel, les trois maçons prononçant la prononciation de Jahbuhlun sont censés venir de Babylone ! Donc, nous avons un rituel – le 13ème degré dans le rite écossais et 7ème dans le rite York – dans lequel trois « Maîtres » viennent de Babylone (la police de tous les maux, voir Apocalypse 13, 17 et 18 dans la Sainte Bible) instruire le candidat sur la façon de construire l’Arche Royale (symboliquement, comment reconstruire le Temple Juif à Jérusalem et établir ainsi le royaume de l’élite et leur dieu maléfique sur terre).

La Mot Perdu et Trouvé

De plus, les trois messagers de Babylone informent le candidat que le vrai nom de Dieu, le nom qui a été perdu depuis si longtemps, n’est pas Jésus, mais Jahbuhlun. Ils omettent commodément de mentionner le fait que c’est, en fait, le nom d’un dieu monstrueux du diable, que le nom est un composite profane et blasphématoire de Yahweh, Baal et Osiris, ou On.

(« On » est une ville en Egypte où le culte du dieu du soleil, Osiris, est censé avoir commencé. En quelque sorte, beaucoup en franc-maçonnerie honorent aujourd’hui et révèrent Osiris sous le nom de « On », le nom de sa ville, curieusement épelé « Un » dans le Nom: Jahbuhlun.)

Il n’est pas surprenant que l’autorité maçonnique W. L. Wilmshurst, dans son livre bien considéré (par les francs-maçons) « Le sens de la franc-maçonnerie », proclame ce degré très vital pour la transformation de la vie du candidat. Il suggère même qu’en atteignant ce degré, on « montre l’accomplissement d’un nouvel ordre de vie ».

Le degré de l’Arche Royale, souligne Wilmshurst, fournit « un niveau de pensée et d’instruction suprêmement élevé » pour le maçon qui l’atteint.

Né de Nouveau ou Possédé par des Démons ?

Que veut dire Wimshurst quand il dit que l’adepte a atteint un « nouvel ordre de vie » ? Je crois que le candidat reçoit une expérience falsifiée de la nouvelle naissance, recevant la même chose que l’esprit de Lucifer en raison des exigences de ce degré.

En acceptant le diable dieu Jahbuhlun comme le nom sacré de Dieu, l’homme qui atteint ce niveau dans la franc-maçonnerie ou une secte similaire est possédé par un démon, se dirigeant vers l’enfer, prêt à faire les actes les plus pervers et mauvaises par leur divinité cachée, Baphomet, également connu sous le nom de Lucifer, également connu sous le nom de Satan, également connu sous le nom de Jahbuhlun.

Maintenant, le signe fatal (qui se termine par la mort spirituelle) enseigné pour ce degré est celui que vous trouverez chez les hommes dans les photographies de ce chapitre. Notamment, seuls les initiés et les adeptes de plus haut niveau seront généralement vus en train de donner ce signe maléfique en tant que disciples de Satan. J’appelle ce signe la main cachée des hommes de Jahbuhlun.

De Washington à Rothschild

Malheureusement, le premier président américain, George Washington, a exhibé ce signe, si l’on en croit le peintre de l’un de ses portraits les plus célèbres. Des présidents subséquents, comme Franklin Pierce et Rutherford Hayes, étaient des disciples de Jahbuhlun, tout comme le président Teddy Roosevelt.

Nous avons aussi les communistes Karl Marx, Vladimir Lenin et Joseph Staline qui affichent ce signe, aussi Napoléon, Salomon Rothschild, et bien d’autres dont vous trouverez les images dans les articles suivants, alors qu’ils exécutent ce signe diabolique.

Vin d’un Crâne Humain

Beaucoup d’autres facettes et activités concernant le rituel de ce degré le marquent comme Luciférien pur et son détenteur comme un adorateur Lucifer. Au cours de l’initiation au septième degré du Maçon de l’Arche Royale (Rite de York) ou 13e degré (Rite écossais), le candidat boit du vin à partir d’un crâne humain.

Par cet acte monstrueux, il renforce le fait qu’il a juré que « son crâne sera arraché et son cerveau exposé aux rayons brûlants du soleil » s’il divulgue jamais des secrets maçonniques. Il continue en affirmant que s’il divulgue les secrets, tous les péchés du défunt dont il boit le crâne seront empilés sur sa tête.

Nous voyons donc que le nouveau Dieu du Maçon, Jahbuhlun (Jah-Baal-On), est un maître rigide qui ne regarde pas avec bonté les traîtres et les révélateurs. C’était le dieu cananéen Baal, bien sûr, à qui les Juifs apostats et païens ont sacrifié leurs enfants dans le feu. Vous vous rappellerez que le prophète Élie a apporté le message du jugement de Dieu contre ceux qui adoraient Baal assoiffé de sang, lequel, en réalité, n’est rien de plus qu’une représentation idolâtre de Satan. Oui, Baal est le diable.

La tentative en vain de combiner le nom du vrai Dieu avec celui des faux dieux comme « Baal » et « On » est particulièrement très grave pour le vrai Dieu dans les cieux. Cependant, le maçon fait exactement cela avec Jahbuhlun et aggrave alors son erreur en adoptant comme un de ses principaux logos le signe de l’aigle à double tête (symbolisant un corps de Dieu, et deux têtes !)

Le Triple Tau

Cependant, une autre preuve de la tromperie de Jahbuhlun est le symbole du Triple Tau, qui est le symbole le plus important du degré de l’Arche Royale. Composés de trois symboles d’interconnexion tau (T), ces trois symboles représentent une triade de pouvoirs sacrés, le pouvoir juif du roi, prêtre et prophète. En d’autres termes, le maçon assume une trinité de pouvoirs spirituels juifs: en réalité, cette trinité des Juifs est en concurrence avec le vrai Dieu de la Bible : Père, Fils et Saint-Esprit.

Le Triple Tau est le symbole ou le logo le plus significatif du Maçon de l’Arche Royale. Il représente le maçon qui a atteint soit le septième degré du rite York ou le treizième degré du rite écossais comme étant incorporé dans les attributs de la divinité, ou la Sainte Trinité, parce qu’il déclare blasphématiquement être le grand « Je Suis Ce Que Je Suis ». Donc, s’identifiant à la promesse de Satan dans le Jardin d’Eden, « vous serez comme des dieux ».

« Je suis ce que je suis », proclame le Maçon

Tout aussi blasphématoire est la conférence sur le septième, ou degré de l’Arche Royale, du Rite de York, où le Maçon initié pose la question,

« Êtes-vous un maçon de l’Arche Royal ? » Sa réponse doit être : « Je suis ce que je suis. »

En d’autres termes, dans le rituel de ce degré, le maçon a non seulement reconnu le diable, sous l’apparence de Jahbuhlun, comme son Seigneur sacré, mais il déclare maintenant qu’il est lui-même un homme, le grand JE SUIS ! En d’autres termes, il dit: « Je suis Dieu ! »

Découvrir la Main Cachée

Maintenant, vous voyez pourquoi j’ai intitulé cette partie 4, « La Main Cachée des Hommes de Jahbulon ».

Dans les premiers degrés, on dit au Maçon que le nom de Dieu a été perdu. On lui dit même qu’un nom de remplacement de Dieu, MAHABONE, devrait être utilisé. Mais plus tard, après avoir avalé tout le rituel après l’escroquerie rituelle, on dit finalement à l’initié trompé et propagandiste qu’il se connaît lui-même sous le nom de Jahbuhlun et qu’il est maintenant prêt à se déclarer, un simple homme, comme le grand JE SUIS.

Évidemment, l’élite maçonnique des illuminati ne veut pas que le grand public connaisse ces choses terribles. Après tout, incroyablement, l’image publique de la franc-maçonnerie est que c’est une sorte de groupe « chrétien ». Par conséquent, la revendication doit être maintenue et les secrets retirés des masses « vulgaires et profanes » (vous et moi, cher lecteur).

Par conséquent, le nom de l’horrible dieu que les maçons adorent doit rester caché.

Le nom et l’identité du Dieu caché doivent être déguisés à tout prix, et donc un signal de la main appropriée a été conçu pour représenter cette dissimulation grotesque:  Le signe de la main cachée.

Signe main cachée du Maître du Second Voile

Comment effectuer le Signe

La figure ci-dessus est tirée directement du Rituel Maçonnique de Duncan (3rd Edition). Il représente le maçon de l’Arche Royal qui exécute le signe magique du Maître du Second Voile, que j’appelle de manière informelle et plus informelle le Signe de la Main Cachée des Hommes de Jahbuhlun.

Selon Duncan, le candidat présente ce signe lorsqu’il est approché par trois voyageurs de Babylone. Leur objectif: Reconstruire le Temple de Salomon à Jérusalem et finalement établir un empire mondial des Juifs.

Dans son cours d’enseignement sur la Maçonnerie Ancienne, C. C. Zain de la Fraternité de la Lumière explique que le rituel de ce degré exige une compréhension aiguë de l’astrologie. Mais, sa performance serait dérivée d’un passage des Écritures. « Le signe est fait, écrit Zain, en poussant la main sur la poitrine et en l’allongeant de nouveau. » L’explication maçonnique officielle de ce signe – un mythe destiné à détourner le profane de la vérité – est qu’il se réfère au quatrième chapitre de l’Exode dans la Sainte Bible :

« L’Eternel lui dit encore: Mets ta main dans ton sein. Il mit sa main dans son sein; puis il la retira, et voici, sa main était couverte de lèpre, blanche comme la neige. »

Lépreux, en effet, est la main du maçon qui cherche vainement à cacher et couvrir son serment d’allégeance à Jahbuhlun, son dieu sacré. Mais, croyez-moi, il n’y a pas de relation du Maçon avec Moïse, un prophète de Dieu qui adorait loyalement le vrai JE SUIS, le Dieu qui règne pour toute l’éternité dans le ciel.

George Washington dans une pose maçonnique. Autour de son cou est l’emblème de la déesse de la lune, le complément féminin du dieu Soleil, Osiris, secrètement vénéré dans la maçonnerie occulte. Cet emblème, en combinaison avec le dispositif en forme de diamant juste au-dessus, indique que Washington avait fait vœu de vengeance à tous les ennemis de l’Ordre des illuminati.

Le marquis de Lafayette de France a présenté à George Washington ce tablier maçonnique ci-dessus qui est maintenant conservé dans la bibliothèque de la Grande Loge de Pennsylvanie, à Philadelphie. Il contient de nombreux symboles occultes, dont la signification est probablement réservée aux frères maçonniques de niveau supérieur. Beaucoup, cependant, sont exposés et expliqués dans ce livre, au grand dam, j’en suis sûr, de la confrérie maçonnique.

Ci-dessus l’emblème de l’Ordre exclusif de Cincinnati (aussi appelé la Société de Cincinnati) porté par des membres de l’élite. La société secrète s’est réunie en privé et était dirigée par George Washington.

Illustrations d’un ensemble en porcelaine montrant les symboles importants de la Société des Cincinnati, un ordre secret d’hommes riches élitistes qui a commencé après la guerre d’indépendance, dirigé par George Washington. Les symboles comprennent un ange couronné étrange soufflant dans une corne et un phénix avec une torche enflammée dans sa tête à partir de laquelle émet un feu tourbillonnant, ou un signe du soleil. La Société des illuminati a finalement été dissoute lorsque le public a pris conscience que cette petite bande de conspirateurs semblait exercer un contrôle excessif sur les gouvernements.

Les initiés de nombreuses sociétés occultes, y compris les francs-maçons et les rosicruciens, choisissent une marque qui leur est propre et qu’ils apposent à leur signature. C’est la signature de George Washington. Voyez si vous pouvez trouver sa « marque ».

Le président George Washington prête serment en tant que premier président des États-Unis après l’adoption de la Constitution américaine par les États-Unis. Le monsieur qui se tient directement derrière lui donne une version décidément diabolique d’un signe de la main de la société secrète. (G. Washington: Maître Maçon, par Allen E. Roberts, Macoy Publishing & Maçonnique Supply Co., Inc., Richmond, Virginie, croquis par Ronald LeHew)

De nombreux tableaux et dessins représentant les délégués qui ont rédigé et approuvé la Déclaration d’Indépendance montrent qu’un ou plusieurs des délégués identifient secrètement leur statut de membres d’une société secrète à l’aide de signes de la main. Le nom de Jésus n’est jamais mentionné dans la Déclaration d’Indépendance ou dans la Constitution subséquente des États-Unis. Au lieu de cela, les fondateurs de notre nation, ont utilisé des termes Illuministes codifiés et vagues comme « Dieu de la nature » ou « Providence ».

Benjamin Franklin, un chef de file des délégués, était à la fois un maître maçon (grande loge des neuf soeurs, Paris, France) et un rosicrucien. Thomas Jefferson, qui a aidé à rédiger la Déclaration d’Indépendance, a écrit favorablement à propos de l’Ordre des illuminati et de son fondateur, le Professeur Jésuite Adam Weishaupt.

Cette affiche qui montre le premier président des États-Unis, George Washington, en tant que franc-maçon, est distribuée par l’Association maçonnique nationale de George Washington. Il a été imprimé dans le Journal du Rite Ecossais (août 1992).

Les officiers américains de la guerre de Sécession arborant le signe maçonnique de la Fraternité de Jahbuhlun. A gauche, le major Robert Anderson de l’armée confédérée et à droite le général George McClellan, général de l’armée du Potomac. (Photos de la Florida Mason, janvier 2004, p.7)

Le Russe Mikhaïl Kátkov (1818-1880), éditeur occulte de la Gazette de Moscou. Kátkov a introduit les enseignements hindous et la théosophie à la Russie. Il a également publié quelques livres de la mystique russe, Helena Blavatsky.

Ci-dessus, John Wilkes Booth (à gauche), un acteur bien connu, avec ses frères dans une production César, en 1864, juste un an avant d’assassiner le président Abraham Lincoln. Booth et son frère aîné, Edwin, étaient tous deux membres de la loge maçonnique, mais en raison de la notoriété de John Wilkes, les francs-maçons ont silencieusement retiré leur nom de leurs rouleaux.

À ce jour, le bureau du membre du Rite écossais soutient que le seul franc-maçon était son frère Edwin (Photo du livre, American Brutus, de Michael W. Kaufman).

Cette photographie du lieutenant Elisha Hunt Rhodes est tirée d’un livre de 1993 intitulé Freemasons at Gettysburg, de Sheldon A. Munn. La légende au-dessus de la photographie indiquait que le lieutenant Rhodes était un membre et un vénérable maître (l’équivalent du président de la Loge) de la Loge Harmonie n ° 9, Cranston, Rhode Island, et Grand Maître de la Grande Loge de Rhode Island. 1892-1893. « 

John Jay, élu par le président George Washington et confirmé par le Sénat américain. nouvellement assemblé pour être le premier président de la Cour suprême de la Cour suprême des États-Unis.

L’ancien secrétaire d’Etat, Colin Powell, tient la main du chef de l’OLP, Yasser Arafat, alors qu’il place secrètement sa main droite dans son manteau, un signe pour les autres initiés. Powell est un Maçon du 33e degré et un ancien du CFR (Council on Foreign Relations). Le défunt Arafat était également un membre de la loge maçonnique Rutherford.

Le président Franklin Pierce (ci-dessus) et le président Rutherford B. Hayes (ci-dessous) ont reconnu avoir été francs-maçons dans le livre autorisé, 10 000 francs-maçons célèbres, une publication officielle du Conseil suprême des maçons du rite écossais.

Rutherford B. Hayes, président des États-Unis (1822-1893).

Le président Teddy Roosevelt U.S.A., qui visite les troupes à bord d’un navire de la Marine, donne le signe secret des fidèles du dieu, Jahbuhlun. C’est lui qui a dit un jour: « Parlez doucement et gardez bien votre main cachée » ou était-ce « Parlez doucement et portez un gros bâton? »

Karl Marx, un radical juif qui a inspiré à Lénine et Trotsky ses théories communistes, était secrètement un grand prêtre de Satan (voir le livre de Richard Wurmbrand, Marx et Satan). Illustré ici dans son portrait officiel, Marx affiche un signe de main maçonnique énigmatique.

Vladimir Lénine, un maçon juif qui a dirigé le renversement du tsar communiste en Russie, affiche le signe caché des hommes qui adorent le dieu, Jahbuhlun. Lénine et ses partisans ont établi la terreur rouge, le massacre brutal de dizaines de millions.

Le général Paul Von Hindenburg, le héros de guerre allemand de la Première Guerre mondiale a remporté de nombreuses victoires. Plus tard, à l’époque nazie, un dirigeable, nommé d’après le général, The Hindenburg, fut détruit par les flammes alors qu’il tentait d’atterrir dans le New Jersey (États-Unis) après un célèbre vol transatlantique. Beaucoup de vies ont péril.

Trois « héros » communistes rouges qui ont conspiré pour établir une dictature bolchevique en Russie: Sergei Kirov, Mikhail Levandovsky et Konstantin Mekhonoshin. Ces hommes ont vu à la purge, à la torture et à la mort de milliers de gens avant qu’ils ne soient, à leur tour, anéantis par Staline. Levandovsky (au centre) affiche son signal de main maçonnique « Jahbuhlun ». Mekhonoshin (à droite) porte le chapeau phrygien illuminati.

Quatre commandants des camps du Goulag. Notez que les quatre affichent le signe secret de la maçonnerie juive, tout comme le père fondateur du communisme, le franc-maçon juif, Karl Marx.

Le sculpteur Auguste Bertholdi était membre du Grand Orient de Paris. C’est Bertholdi (1834-1904) qui a sculpté la statue monumentale de la Liberté des Illuminati qui orne maintenant le port de New York. La statue est pleine de messages codés provenant de sociétés secrètes et de symboles blasphématoires. Pourtant, la grande majorité des Américains adorent la Statue de la Liberté et ne voient naïvement en elle que la vertu et la bonté.

Au milieu du XIXe siècle, l’écrivain français Victor Hugo (auteur de Les Misérables) s’est impliqué dans divers milieux occultes. Ici, nous voyons l’esprit mystique de Hugo donnant un échantillon clair de la main maçonnique luciférienne. C’est Victor Hugo qui a écrit l’histoire, « L’homme qui rit », à propos d’un garçon dont le visage avait été terriblement déformé en permanence par un sourire de bouchers diaboliques.

L’histoire grotesque était à la base du personnage du « Joker » de Batman. On a prétendu que Victor Hugo n’était pas seulement un Rosicrucien, mais aussi un Grand Maître de l’ordre occulte connu sous le nom de « Prieuré de Sion ».

Dans cette publicité pour Hitachi Electronics, Napoléon utilise le signe de la main gauche (occultisme sombre) de la magie. Napoléon était également réputé être un illuminati et un initié dans les Mystères Majeurs (degré Areopagite). Notez aussi le badge de signe du soleil (maltais).

Maintenant, nous trouvons une autre indication de la participation dans les sociétés secrètes de Napoléon. Habillé en rouge, couleur des Rothschild et du sang, Napoléon expose son orientation par le « main à gauche ». La symbologie de l’église avec trois tours dans le fond de la peinture (derrière le rideau !) Signifie que Napoléon était un souverain politique, et aussi le Seigneur de la sphère spirituelle.

Dans ce célèbre tableau de Napoléon, l’empereur est représenté en utilisant sa main droite pour le signe du maçon de l’Arche Royale.

Le politicien et écrivain américain d’origine irlandaise Ignatius Donnelly fit sensation en 1882 avec son livre « Atlantis: le monde antédiluvien ». Donnelly a affirmé la preuve scientifique de l’existence du continent perdu de la légendaire Atlantide, le prédécesseur de la civilisation moderne qui a coulé sous la mer. Le livre de Donnelly contenait même un graphique montrant l’évolution supposée des alphabets de l’époque de l’Atlantis jusqu’aux époques des Mayas, des Egyptiens et des Hébreux, etc.

Les élites illuminati d’aujourd’hui croient qu’elles sont, en fait, des descendants des hommes-dieux et des prêtres qui, par eux-mêmes, ont échappé à la chute tragique de la légendaire Atlantide. Plus récemment, les studios Disney ont réalisé un film, Atlantis, basé sur le thème, un film saturé de codes et de symboles ésotériques.

Le prince héritier Alexander de Yougoslavie, résidant maintenant à Londres, la ville où son père, le défunt roi Peter, a fui pendant la Seconde Guerre mondiale, est montré lors de son premier voyage à Belgrade, Yougoslavie, en 1991. Son Altesse Royale, ensemble avec sa famille, posé correctement pour cette photo.

Basé sur la position de sa main, le prince héritier voulait clairement que ses associés des sociétés secrètes et le monde de l’occultisme maçonnique sache qu’il était l’un d’eux et que le pouvoir de l’élite a maintenant été établi dans l’ancienne nation soviétique.

Le fabuleusement riche Salomon de Rothschild, fondateur et superviseur de la branche de Vienne, Autriche du clan Rothschild.

Dans quelle mesure le Vatican et son pape noir de l’ordre des jésuites ont-ils été impliqués dans le complot de 1865 visant à assassiner le président Abraham Lincoln?

Burke McCarty, dans un livre extraordinaire de 1924, La vérité supprimée sur l’assassinat d’Abraham Lincoln, allègue que le puissant et influent Giacomo Antonelli, cardinal et secrétaire des États pontificaux sous le pape Pie IX, sous la supervision de la parcelle, a caché un Associé assassin nommé John Wilkes Booth dans l’État du Vatican, où il avait fui, pour le protéger de l’exécution par les autorités américaines qui ont demandé son extradition.

Dans le livre, le chercheur McCarty inclut cette photo du Cardinal Antonelli, cependant, le signe révèle le côté caché évident d’Antonelli.

Origène (185-254 AD) est souvent appelé un « père de l’église primitive ». Mais, en fait, Origène a apporté de nombreuses hérésies, y compris le gnosticisme (idéologie illuministe) à l’Église.

Origène, un érudit très cité, vient d’Alexandrie, en Egypte, ce qui nous donne un autre indice de ses philosophies hérétiques. Dans cette plume et cette encre qui révèlent le dessin, il semble que la main gauche d’Origène montre le mystérieux signe d’une ancienne société secrète.

Cette édition du fascinant magazine « The Paranoia » comprend un article qui examine la vie tragique du jeune et populaire acteur River Phoenix, mort d’une overdose à Halloween en 1993. L’auteur de l’article, Al Hidell, a parlé de la La participation de Phoenix au culte sexuel sordide connu sous le nom « Les Enfants de Dieu », aussi appelé « La Famille ».

Ce culte était de pratiquer l’inceste, la prostitution sacrée et d’autres maux. River Phoenix, qui était célèbre pour ses rôles dans des films comme Stand By Me et Running On Empty, ne pouvait évidemment pas échapper à son passé. La raison pour laquelle il est montré sur la photo donnant le signe de la franc-maçonnerie n’est pas mentionnée dans le magazine, mais certaines autorités disent que le chef des « Fils de Dieu » David Berg avait des liens politiques avec une loge maçonnique de haut niveau.

Lloyd Shearer (à droite), avec l’acteur James Dean au début des années 1950, a écrit la fameuse chronique « Parade de la personnalité de Walter Scott » pour le magazine Parade.

« La guerre est un enfer », a déclaré le général William Tecumseh Sherman, un homme cruel et brutal, qui montre ici le signe du culte de Jahbuhlun dans cette photo officielle de l’armée américaine. Des centaines de civils ont été massacrés pendant la marche enflammée de Sherman à travers le Sud.

Trois figures majestueuses appartenant à un temple nubien. Chacun porte l’ankh égyptien, signifiant la renaissance et la réincarnation dans une main. D’autres symboles sont également vus (Dessin: Livre, Les tours rondes d’Atlantis, par Henry O’Brien, Adventures Unlimited Press, Kempton, IL, 2002)

Un rappel de la convention du Parti républicain qui représente le président Ronald Reagan. Le site qui le propose à la vente le décrit ainsi: « De la convention de 1984, un Ronnie souriant dans une position napoléonienne. » Reagan a reçu le titre honorifique 33° degré par les dirigeants du Rite écossais lors d’une cérémonie privée tenue au bureau ovale du président à Washington, DC, quelques semaines avant la fin de son second et dernier mandat. L’auteur a une image de cette cérémonie dans ses archives.

TEXE MARRS

© Traduit par Ordo Ab Chao

libero ut consectetur neque. sed vulputate, ipsum ultricies et, consequat.