Le Carlyle Group

Le Groupe Carlyle ou Carlyle Group est une société de gestion d’actifs mondiaux américaine fondée en 1987 spécialisée dans le capital-investissement.
visionner vidéo
  • Twitter
  • Facebook
  • Google Plus
  • RSS

BASÉE À WASHINGTON D.C. AUX USA, QUI EST SPÉCIALISÉE DANS L’INVESTISSEMENT ET LA DÉFENSE, ET QUI A ÉTÉ FONDÉE EN 1987 PAR WILLIAM E. CONWAY, JR., DANIEL A. D’ANIELLO, STEPHEN L. NORRIS, GREG A. ROSENBAUM, ET DAVID M. RUBENSTEIN (ANCIEN CONSEILLER DE JIMMY CARTER, MEMBRE DE LA COMMISSION TRILATÉRALE), LE GROUPE POSSÈDE 89,3 MILLIARDS DE DOLLARS DE CAPITAUX PROPRES ET IL EMPLOIE PLUS DE 515 PROFESSIONNELS DE L’INVESTISSEMENT DANS 21 PAYS. CARLYLE NE VEND PAS DE PARTS BOURSIÈRES, ET DONC N’EXISTE PAS À LA BOURSE. LE NOM CARLYLE VIENT D’UN HÔTEL SITUÉ DANS L’EST DE NEW YORK, OU POUR LA PREMIÈRE FOIS, LES FONDATEURS SE SONT RENCONTRÉS POUR PARLER DE L’IDÉE. L’ACTUEL PRÉSIDENT DE CARLYLE EST LOU GERSTNER QUI EST AUSSI LE PDG D’IBM ET DE NABISCO.

Carlyle sort de l’ombre malgré lui le 11 septembre 2001. Ce jour-là, le groupe organise au Ritz Carlton de Washington une réunion avec cinq cents de ses plus importants investisseurs. Frank Carlucci et James Baker jouent les maîtres de cérémonie. George Bush père fait un passage éclair en début de journée. La présentation est rapidement interrompue, mais un détail n’échappe à personne. Un des invités porte sur son badge le nom de Ben Laden. Il s’agit de Shafiq Ben Laden, un des nombreux demi-frères d’Oussama. Les médias américains découvrent CARLYLE.

Un journaliste, Dan Briody, écrit un livre sur la face cachée du groupe, The Iron Triangle, et s’intéresse notamment aux relations étroites entre le clan Bush et les dirigeants saoudiens. Certains s’interrogent sur l’influence de George Bush père sur la politique étrangère américaine. En janvier 2001, lorsque George Bush fils rompt des négociations avec la Corée du Nord sur les missiles, les Coréens du Sud, consternés, interviennent auprès de son père. CARLYLE a des intérêts importants à Séoul. En juin 2001, Washington reprend les discussions avec Pyongyang.

Une société d’armement aussi puissante que discrète, au coeur du lobby millitaro-industriel américain. Le Carlyle Group est l’un des grands bénéficiaires de la guerre en Irak et de l’augmentation sans précédent du budget militaire américain. Le CARLYLE GROUP est très lié à la famille Bush, aux familles règnantes d’Arabie Saoudite et aussi à la famille Ben Laden. Le CARYLE GROUP est présent dans de nombreux domaines d’activités, comme l’aéronautique, la défense, l’industrie automobile et des transports, l’énergie, les télécommunications et les médias.

Ses investissements sont essentiellement situés en Amérique du Nord, en Europe et en Asie du Sud-Est. Plus de 450 institutions lui font confiance, et non des moindres : banques d’affaires internationales, compagnies d’assurance, fortunes privées des émirats pétroliers, fonds de pension publics et privés tels CalPERS, le fonds des retraités californiens qui, en février 2001, a déboursé 175 millions de dollars pour prendre 5% du capital de CARLYLE, avec une option lui permettant d’investir 675 millions supplémentaires. Jusqu’en 1998, le CARLYLE GROUP était inconnu en France. Il y contrôle pourtant une grande partie de la presse professionnelle et quelques fleurons industriels.

Carlyle n’est pas coté en Bourse, et n’est donc non tenu de communiquer à la Securities and Exchange Commission (la commission américaine chargée de veiller à la régularité des opérations boursières) le nom des associés, des actionnaires, pas plus que le nombre de leurs parts respectives. Tous n’ont pas eu une part active au sein du groupe, certains noms célèbres de la politique et des affaires étant garants de la notoriété de l’entreprise dans le but d’attirer des investisseurs.

Via la société United Defense Industries, CARLYLE fabrique des missiles, des véhicules de transport et, en Californie, le blindé léger Bradley. CARLYLE affectionne les paradis fiscaux. L’étude des différents investissements LBO réalisés sur le territoire français met à jour des cascades de holdings et de filiales domiciliées au Luxembourg, à Guernesey et aux Iles Cayman.

CARLYLE est un modèle unique, construit à l’échelle planétaire sur le capitalisme de relations ou le » capitalisme d’accès » pour reprendre l’expression du magazine Americain New Republic, en 1993. Le groupe incarne aujourd’hui, malgré ses dénégations, le « complexe militaro-industriel » contre lequel le président républicain Dwight Eisenhower mettait en garde le peuple américain en quittant ses fonctions, en 1961.

Le 11 septembre 2001, le jour de l’attaque terroriste contre le World Trade Center à New York et le Pentagone à Washington, le CARLYLE GROUP réunit dans cette même ville plusieurs centaines d’investisseurs liés au groupe. Parmi les invités figurent entre autres George H. W. Bush, 41e président des États-Unis et père du président George W. Bush, et Shafiq Ben Laden, un demi-frère d’Oussama Ben Laden, l’homme à la tête d’Al-Qaida, la structure accusée de l’agression. La proximité des noms Bush et Ben Laden en ce jour précis frappe les consciences, et révèle CARLYLE au grand public. Après les événements du 11 septembre, le seul avion à pouvoir survoler et quitter les USA sera celui des saoudiens. . . .

Laisser un Commentaire

Partager